Les 4 priorités du PLF 2020    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    HCP : la confiance des ménages poursuit sa tendance baissière    Une nouvelle banque dans le giron de la BCP    Brexit : Les principaux points d'accord entre Londres et Bruxelles    L'ancien SG du FLN Amar Saâdani affirme la marocanité du Sahara    Salon du cheval. El Jadida à l'heure de la fantasia    FIFM: Tilda Swinton, Présidente du jury de la 18e édition    Aéroport Hassan 1er de Laâyoune : Le trafic aérien grimpe de 11,68% à fin août    Le Forum régional des coopératives agricoles féminines les 18 et 19 octobre à Al Hoceima    Prix Katara du roman arabe : Deux Marocains distingués    Surf : Le magazine américain «Traveller» consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Don d'organes, quelle est la procédure ?    Fatema Nouali Azar : «Nous n'avons aucune crainte quant à la pérennité du Festival»    Climat: Des ONG fustigent les banques impliquées dans l'entrée en Bourse d'Aramco    Tensions dans le Golfe: La diplomatie aux abonnés absents, regrettent des experts    Crédit Agricole du Maroc. Une émission de 850 MDH dans le pipe    Catalogne: La mobilisation se poursuit après de nouvelles violences    Cartes d'abonnement. Après le Raja, succès chez le WAC    Communiqué du Bureau politique du PPS    Rien à attendre    Elide Fire: La boule anti-feu fait son entrée au Maroc    Argentine: Le social au cœur de la campagne    Le Maroc s'incline face au Gabon en amical    Malika Demnati expose «le vivre ensemble» à Dar Souiri    Témara : Un policier utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    La FAO salue les efforts du Maroc pour éradiquer la malnutrition    Affaire Hajar Raissouni : Grâce royale pour les condamnés, un grand pas en avant    Afriquia : «1.000 idées» pour développer l'entrepreneuriat    La lettre « agressive » de Trump à Erdogan    La raison ou la haine ?    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Regards croisés : A travers deux portes…ouvertes
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009


À 7 heures et demie du matin, un mardi de ce mois
de juin, un citadin était attablé dans un glacier quelque
part sur le boulevard Mohammed V…
Deux policiers de la circulation prenaient leur petit-déjeuner, casquettes ôtées, à 10 DH : café crème, croissant, jus d'orange et un verre d'eau fraîche. La ville ne se réveillait pas seulement, elle grouillait à cette heure-ci. Les taxis blancs ont déjà déversé les banlieusards par dizaines, devant les portes ouvertes du glacier, d'où les policiers constataient, mais se nourrissaient, ces mêmes taxis qui rechargeaient « des fournées » en partance pour les unités des quartiers industriels. C'étaient des ouvriers et employés qui faisaient escale au centre pour rejoindre l'autre bout de la ville. En face, en arrière plan, l'assistante de la Grande Pharmacie Commerciale levait les rideaux, heureusement pour ses minces bras, électriques. Le camion des Brasseries du Maroc déchargeait les caisses de bières qui allaient être ingurgitées dans la journée par les assoiffés d'une ville en bouillonnement, Casablanca.
Coupe ces regards croisés, un journaliste alourdi par sa sacoche débordante, ses années de scribouillages, ses déceptions quant à un environnement sciemment déséquilibré. Les femmes aux pantalons serrés s'assuraient des rondeurs de leur corps à travers les reflets du verre.
Une fois la place libérée, un couple est arrivé. Le garçon chétif et mal habillé ; la femme vulgairement maquillée. Le citadin n'avait pas besoin de beaucoup de matières, grises ou colorées, pour comprendre les gesticulations de cette femme vulgaire. Elle ne se contentait pas de ce qu'il lui a donné. Sur ses lèvres, il lisait : « Je n'ai pas de quoi aller à la maison ». Le garçon tenait ses sous dans sa poche qu'il gardait avec sa main droite. Il a fini par céder et ce qu'il lui a tendu lui a fait revenir son sourire qui laissait apparaître une vilaine dentition. Le soleil commençait à faire son effet et les émissions des pots d'échappement, surtout des autobus, amplifiaient l'effet de serre en cette matinée de juin. Les plus sensibles, pour traverser cette artère, se bouchaient les narines… Pour beaucoup de Casablancais, le CO2 est le deuxième plat du jour. Toujours ouvertes, les portes du glacier éjectaient les regards croisés des oisifs qu'elles récompensaient avec des bouffées d'air empoisonné.
Le citadin décida alors de se prendre un petit moment de repos. Tous ces va-et-vient le fatiguaient. Il se réfugia dans un autre glacier sans portes ouvertes pour éviter les regards croisés. Le temps de s'asseoir et de faire appel au serveur, qu'un clochard pénètre dans le local et interpelle celui-ci. Vu la canicule qui s'est abattue sur la capitale économique pendant ces trois jours, le clochard avait soif et exigeait qu'on lui serve un verre d'eau fraîche. Sauf que le gars en question n'y est pas allé de main morte. Il voulait son eau et criait pour l'avoir. Sur ce, notre citadin n'a même pas eu le temps de se rafraîchir, plutôt la mémoire qu'autre chose. Le spectacle des regards croisés a fait irruption dans son environnement sans les deux portes ouvertes.
Le Casablancais, en fait, est quotidiennement celui-ci. Heureux qui comme ceux qui s'enferment au prix cher dans un monde où il n'y a ni mendiants ni clochards, ni taxi blanc ni reflet de verre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.