Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Le roi nomme Chakib Benmoussa président de de la Commission spéciale sur le modèle de développement    ADM : circulation suspendue entre Larache et Moulay Bousselham    Nouzha Bouchareb : Le Maroc s'engage à contribuer au plan ONU-Habitat    Elections britanniques: Premier face-à-face entre Johnson et Corbyn    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Lutte contre le SIDA, la région MENA doit encore fournir des efforts    Immobilier. Accor et le groupe Yasmine se rapprochent    Marché des capitaux. L'AMMC muscle ses contrôles    Insolite. Deux américains parviennent à transformer l'air...en vodka !    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Luis Enrique reprend les commandes de la sélection espagnole    Pour Washington, la colonisation israélienne ne viole pas le droit international    Arrestation à Marrakech d'un individu pour trafic de drogues dures    Lâayoune Charkia: un policier dégaine son arme pour neutraliser un individu dangereux    Bolivie: Les dessous du complot anti-Morales…    Vidéo. Un camion chargé de migrants fonce dans un poste-frontière de Bab-Sebta    Zineb El Rhazoui, la marocaine qui "divise" en France    Aminux lance sa radio ?    Mustapha Iznasni, un Grand de la Presse nationale s'est éteint    Le Maroc se prépare au grand froid    Marrakech : Artcurial met en vente un chef d'œuvre d'Etienne Dinet    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Transport de marchandises. Les conditions d'accès préoccupent les partenaires sociaux    Edito : Anticiper    Un centre de dialyse et un autre de santé urbain inaugurés à Hay Hassani    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Projets verts «Rhamna E-Mob» : 30 motos électriques remises aux autorités locales    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Moustapha Cissé Lô : Le Maroc intégrera bientôt la CEDEAO    Driss Lachguar : L'USFP a toujours servi les intérêts de la nation    Hommage à Bruxelles à la première génération des Marocains de Belgique    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le Onze national sommé de secouer le cocotier à Bujumbura    Le plan Maroc vert, un modèle à suivre    "Le Mans 66" en tête du box-office    L'art plastique marocain s'invite à Tunis    L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabat business school et Tunis business school s'allient
Publié dans Les ECO le 28 - 02 - 2018

Le business school de l'Université internationale de Rabat (UIR) a renforcé son réseau international constitué de 40 établissements en concluant un accord de partenariat avec Tunis business school, la plus sélective école de management en Tunisie.
Selon les termes de ce partenariat, les deux écoles de management ont décidé d'œuvrer ensemble dans le cadre d'échanges d'étudiants et de professeurs ainsi que pour la délivrance de double-diplômes.
«Nous avons des partenaires aux Etats-Unis, au Canada, en France, en Colombie, au Danemark, etc, et même au Japon, mais nous n'avions pas jusqu'alors de relation avec une autre business school en Afrique. C'est chose faite et nous nous réjouissons de participer au développement de l'enseignement supérieur dans le cadre de relations sud-sud», indique Olivier Aptel, le directeur général de Rabat Business school.
À Rabat Business school, la mobilité internationale est obligatoire pour être diplômé du programme de licence en management (IBPM) et fortement développée dans les programmes de masters.
3 questions Olivier Aptel, directeur général du pôle management de l'UIR
Leseco.ma : Quels sont les objectifs de ce partenariat conclu avec Tunis business school ?
Olivier Aptel : Les principaux objectifs concernent l'échange d'étudiants et de professeurs entre deux institutions de haut niveau de sélectivité. TBS et RBS sont reconnues par leurs Etats respectifs, habilitées à délivrer des diplômes accrédités par leur ministère de l'Enseignement supérieur et fortement orientées vers les entreprises qui recrutent leurs diplômés. Ce sont des «machines de guerre» à servir les entreprises pour garantir l'employabilité de leurs étudiants.
Quel est l'intérêt de ces programmes d'échange entre les deux business school ?
Rabat business school impose une mobilité internationale obligatoire en Licence (IBPM) et l'incite fortement dans les Masters. Nos étudiants partent principalement en Amérique du Nord et en Europe. Nous avons même des partenaires en Asie et il nous paraissait utile d'offrir à ceux qui le souhaitent une opportunité de mobilité dans un pays proche géographiquement et culturellement tel que la Tunisie. Notre plan stratégique prévoit un portefeuille de business schools partenaires en évolution permanente pour passer de 40 établissements aujourd'hui à 100 en 2023. Apprendre le management nécessite de se confronter à d'autres pratiques, dans d'autres pays, pour être capable ensuite de travailler dans des équipes multiculturelles, au Maroc comme à l'étranger. Le développement de cette agilité interculturelle est un des fondements de l'Université internationale de Rabat.
L'ouverture de Rabat business school sur l'Afrique répond-t-elle aux exigences du marché de travail ?
La vision que nous développons de Rabat business school est celle d'une institution de référence en Afrique pour l'éducation supérieure au management. Les besoins en jeunes diplômés maîtrisant bien les techniques de gestion et de management des entreprises sont immenses sur l'ensemble du continent africain et vont croître dans les années qui viennent. RBS et l'UIR entendent devenir la réponse à ce besoin pour accompagner les entreprises et le développement économique africain. Le maillage nord-sud entre établissements d'enseignement supérieur est indispensable mais ne doit pas se faire au détriment des connections sud-sud. C'est tout le sens de cette initiative de collaboration maroco-tunisienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.