Covid-19 au Maroc: le dernier bilan par région    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Covid-19: le point sur la situation aux Etats-Unis, nouvel épicentre de la pandémie    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    Fonds spécial: la contribution du groupe Centrale Automobile Chérifienne    El Youbi: “On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie, à condition…”    OCP: Un Chiffre d'affaires de plus de 54 MMDH en 2019    Coronavirus : Le vrai du faux sur l'épidémie au Maroc ce mercredi 1 avril 2020    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    La musique: Ce langage universel qui a sorti le monde de sa boule!    Assurances automobiles : La FMSAR s'organise pour garantir le renouvellement    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Les éboueurs en première ligne à Fès    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





WEPAY / CIH Bank : Votre portefeuille dans votre mobile
Publié dans Les ECO le 14 - 05 - 2018

Pour les férus de technologie, vous avez peut-être déjà entendu parler de M-Pesa. Lancée au Kenya par l'opérateur télécoms Safaricom, cette application qui permet le transfert d'argent entre particuliers via mobile. Utilisée par 70% de la population au Kenya, la plateforme avait la volonté de résoudre l'un des problèmes majeurs du pays et de l'Afrique plus largement : l'exclusion bancaire. Pourtant, le Kenya reste l'un des bons élèves à l'échelle continentale, avec un taux de bancarisation de 42%. Ce qui représenterait un obstacle de taille à l'essor économique du pays, limitant la mobilisation de l'épargne ainsi que le financement de l'activité économique. Après son lancement officiel en 2007, M-Pesa capta rapidement une part significative du marché des transferts d'argent au Kenya. Aujourd'hui, le service compte plus de 18 millions d'utilisateurs qui effectuent près de 8 millions de transactions par jour. Aujurd'hui, 40% du PIB kenyan passe par le mobile. C'est ce genre de success story que le Maroc tente de concrétiser. La Banque centrale a entrepris, il y a quelques années, en collaboration avec l'ANRT, les banques et les opérateurs de télécommunication, un chantier pour la mise en place à large échelle du paiement mobile. Selon les études de Bank Al-Maghrib, la solution du paiement mobile pourrait capter 400 MMDH (soit 60 MMDH sur 5 ans), ce qui permettra aux opérateurs qui offrent cette solution, un gain conséquent en matière de gestion du cash et en réduction des risques opérationnels.
Le nouveau système, lorsqu'il montera en puissance, apportera plus de sécurité et fera baisser les coûts de la manipulation du cash, sans compter la rapidité. En effet, «le coût du cash au Maroc dépasse les 7 MMDH par an», souligne Mikael Naciri, directeur général du Centre monétique interbancaire (CMI). Pour lui, comme pour le patron de CIH Bank, Ahmed Rahhou, «l'ennemi commun est le cash». Pourtant malgré un taux de bancarisation des plus élevés en Afrique (plus de 70%), le Marocain adore le cash. Rien qu'en 2016, le nombre annuel moyen de billets en circulation, pour sa part, s'est élevé à 1,4 milliard de coupures, en hausse de 5% par rapport à l'année d'avant. Ce qui prouve qu'il reste une importante marge à explorer, même si le paiement électronique connaît une nette progression. Avec, l'émergence du smartphone au Maroc (plus de 41 millions de Marocains en possèdent un), le paiement mobile pourrait connaître une réelle impulsion dès sa mise en place. «Nous travaillons également sur des solutions destinées aux mobiles. Les transactions via SMS pourraient bientôt voir le jour», souligne Rahhou.
Contrairement à d'autres solutions lancées auparavant, dans d'autres pays à travers le monde, le système sera interopérable dès son lancement, ce qui devrait lui garantir une compatibilité accrue ainsi qu'une adoption rapide. En effet, pour réussir à adresser efficacement ces enjeux, les institutions concernées conçoivent les conditions et prérequis fonctionnels et réglementaires pour accélérer l'émergence et l'adoption de solutions de paiement via le téléphone mobile. Une plateforme nationale, interopérable est d'ailleurs toujours en cours de préparation.
Le m-paiement est considéré comme une des innovations disruptives de cette dernière décennie qui a le potentiel de dépasser les freins que des modes de paiements plus classiques connaissent et surtout de les compléter sur certains types de transactions.
Aujourd'hui, après le lancement de Bpay par la Banque centrale populaire, CIH Bank a tenu jeudi dernier une conférence pour parler du portefeuille électronique, via le lancement du WEPAY. Alors comment ça marche ?
Concrètement, vous allez par exemple chez votre commerçant, si celui-ci fait partie de l'écosystème, vous pouvez effectuer votre paiement en entrant son numéro de téléphone et régler avec votre Wallet (portefeuille électronique).
Le commerçant reçoit une notification du paiement et vous pouvez donc repartir avec vos achats. L'identifiant utilisateur retenu pour authentifier les transactions sur la plateforme est le numéro de téléphone car simple à retenir pour le consommateur. Si un utilisateur souhaite faire un virement, il n'aura qu'à utiliser un numéro de téléphone pour effectuer cette transaction. Autre fonctionnalité intéressante, en disposant d'un Wallet, l'utilisateur peut se rendre dans un commerce de proximité déjà inclus dans l'écosystème et retirer son argent quand il le souhaite. Le commerçant devient à son tour le banquier de son quartier. Pour Ahmed Rahhou, «cette nouvelle application sera une plateforme communautaire». Une communauté qui sera centrée autour des commerces de proximité pour effectuer des opérations quotidiennes du client. Ces commerçants, détenteurs d'une application WEPAY Pro, seront rémunérés par des commissions pour la prestation d'intermédiaire qu'ils exerceront.
Au Maroc comme en Afrique, fini donc, les heures de voyage ou d'attente, et leur lot de mauvaises rencontres, pour retirer ou déposer des espèces au guichet : l'argent mobile a changé la vie de nombreux consommateurs.
Le compte Wallet fonctionne comme des cartes bancaires virtuelles. C'est ce numéro de carte virtuelle qui permettra le routage des opérations, leur autorisation, leur compensation puis le versement et le règlement. Comme le chèque, la carte où le cash, le Wallet deviendra un moyen de paiement à part entière. Ce portefeuille électronique permettra une praticité pour la réalisation des opérations de transfert d'argent entre particuliers, paiements de factures (eau, électricité, téléphone...), recharges téléphoniques ou Jawaz et aussi des retraits d'argents via les GAB traditionnels. Aussi, les dates de valeur n'auraient plus d'existence. L'interopérabilité entre les différentes banques n'est pas encore disponible. «Les tests avec certaines banques ont déjà commencé. Elle pourrait être opérationnelle dès cet été», déclare Rahhou. Entretemps, les clients WEPAY devront se contenter de transférer l'argent entre eux. La solution pourrait être également utilisée à l'étranger -à partir du mois de septembre ou octobre-, où l'adhérent pourra gérer ses transactions à hauteur de la dotation prévue par la loi. Des versions en arabe et en berbère seront prochainement disponibles. Le réseau d'acceptation est très limité actuellement. Mais la priorité pour ces établissements bancaires est de l'agrandir en incluant les commerces de proximité ainsi que des prestataires tels que Casa Transport, l'ONCF, la Cnops, la CNSS...L'on parle aujourd'hui d'à peu près 40.000 commerçants disposant de TPE (dont 20.000 sont des terminaux sans contact. Ceux-ci se disent prêts à adopter ce mode de paiement au lancement. Ce chiffre pourrait doubler durant les 3 prochaines années, selon les estimations de Bank Al-Maghrib.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.