Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attentats de Strasbourg : Qu'est-ce qu'un fiché S ?
Publié dans Les ECO le 12 - 12 - 2018

Selon les dernières informations, le tireur de Strasbourg s'appelle chérif C., est âgé de 29 ans et vivait à Strasbourg. Selon les sources policières, il serait fiché S pour être proche de la mouvance islamiste radicale. Mais qu'est-ce donc un fiché S? Après chaque attentat, la question qui revient le plus souvent dans les réseaux sociaux est pourquoi les coupables fichés S n'ont jamais été inquiétés par les autorités. Cela est dû au fait que, contrairement à ce que l'on pourrait penser, la Fiche S n'est pas un motif d'enfermement, mais juste un outil d'alerte.
Si le grand public ne connaît cette fiche S que depuis 2015, il s'agit en fait d'un système adopté par les services de police française depuis une trentaine d'années. En 1969, les services de sécurité français créent «Le fichier des personnes recherchées», qui comporte plusieurs catégories, comme la fiche M (mineurs fugueurs), la fiche V (évadés), ou encore la fiche J ou PJ, qui désigne les personnes recherchés par la police judiciaire. La Fiche S pour «Sécurité de l'état» n'est pas une fiche de personne recherchés et n'entraîne donc pas d'actions de coercition à l'encontre de la personne fichée, mais a surtout un rôle dans le cas d'une enquête, comme l'affirme le ministère français de l'Intérieur.
La Fiche S est elle-même composée de 16 catégories, dont la fiche S14, où figurent les djihadistes revenus d'Irak ou de Syrie. D'autres faits de violence peuvent aussi faire l'objet d'un fichage. La fiche S est temporaire et peut être détruite après un an si la personne fichée se fait oublier. Elle n'entraîne, pour les autorités, aucune obligation de suivi ou de surveillance, sa fonction est surtout celle de l'alerte; il est donc impossible d'arrêter quelqu'un, et encore moins l'expulser, au simple motif qu'il est fiché S. Par exemple à un aéroport, si on signale qu'une personne est fichée S, la police peut voir s'il est sous le coup d'un mandat d'arrêt, ou essayer d'obtenir des renseignements, mais en absence d'un mandat d'arrêt elle ne peut ni l'arrêter ni le priver d'entrer au territoire.
La Fiche S désigne donc les personnes potentiellement dangereuses pour la sécurité de l'Etat, elles sont fichées par la police suite à un comportement suspect, la proximité avec des groupes ou idéologies dangereuses, ou encore de déplacement vers certains pays et endroits suspects (Syrie, Iran etc.), ou par un signalement à la police par les voisins ou l'entourage.
Dans le cas de la fusillade de Strasbourg, le coupable était déjà surveillé pour des affaires de vol, de violence, et de trafic de stupéfiants. Il aurait dû être interpellé le mardi matin, à son domicile, dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte pour homicide. Mais il ne se trouvait pas chez lui. Des grenades ont été retrouvées lors des perquisitions. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "assassinats, tentatives d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.