Banque : des dizaines de milliers de suppressions de postes annoncées dans le monde    Escalade dans l'est de l'Ukraine: un soldat tué, cinq blessés (Kiev)    Virus : en Chine, le « cauchemar logistique » des entreprises étrangères    Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Le Raja pouvait faire mieux…    Le Souverain félicite le Président de la République de Gambie à l'occasion de la fête nationale de son pays    FIFM : Rémi Bonhomme nouveau directeur artistique de la 19ème édition    L'Oriental Fashion Show : Rajae Lahlou dévoile sa quête de soi        PJD : le Maire de Marrakech devant Chambre criminelle chargée des crimes financiers, une deuxième fois    Affaire de « Moul Lkaskika » : la Cour d'appel confirme le jugement du tribunal de première instance    Un paysage politique recroquevillé!    Secousses telluriques: Au Maroc, la terre a tremblé    La Chronique de Nas: Notre Saint Valentin à nous…    Hooliganisme, monnaie courante    Le Raja s'incline en Egypte sur un petit score jouable à domicile    Programme intégré d'appui et de financement des entreprises, une rencontre dédié aux acteurs régionaux    La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…    Travailleurs indépendants : les modalités d'application de la couverture sociale finalisées    Liga: le Real Madrid accroché par le Celta Vigo    Le thème est axé sur le terrorisme    Maroc Telecom : Les objectifs 2019 largement dépassés    En Allemagne, les autorités jugent «effrayants» les projets d'attentats déjoués ciblant des mosquées    Starlink : Space X rate l'atterrissage en mer du premier étage de sa fusée    Voici le premier employeur privé étranger au Maroc    Chine: le coronavirus continue de faire des morts    L'UE salue l'engagement du Maroc contre la traite des êtres humains    Deuxième édition de la Conférence sur les défis de l'Union africaine : Objectif, renforcer l'intégration et l'émergence du continent    Un joueur du Wydad hospitalisé en urgence (PHOTO)    Championnat du monde de surf : Le Marocain Ramzi Boukhiam remporte l'étape de Hang Loose au Brésil    La SNRT rend hommage à Feu Abderahmane Achour    Rebondissements dans l'affaire de corruption du président de commune de Ouled Aissa dans la région de Taroudant    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Festival "Stop drogue" ou quand les arts plastiques se mettent au service de la lutte contre les addictions    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers sportifs    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Départ en trombe pour "Sonic" au box-office    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grève des étudiants en médecine. L'impasse !
Publié dans Les ECO le 11 - 06 - 2019

Avec le boycott à 100% des examens, le bras de fer entre les étudiants en médecine et le gouvernement prend une nouvelle tournure. L'enlisement dans ce dossier est complet.
Lundi 10 juin, il est 11h. La rue Tarik Ibn Ziyad de Casablanca a des airs de bunker. Un canon à eau, une vingtaine de véhicules des forces d'intervention rapide de la DGSN et autant des Forces auxiliaires, l'entrée et les alentours de la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca quadrillés par les hommes en uniformes... Les étudiants en médecine tiennent tête au gouvernement. «Le boycott des examens a atteint les 100% dans l'ensemble des facultés de médecine du Maroc», nous confi rme un membre de la Commission nationale des étudiants en médecine. Les parents des étudiants ont pour leur part choisi de se déplacer à la faculté pour tenir un sit-in «en soutien et solidarité avec leurs enfants», ainsi qu'annoncé dans le communiqué du 8 juin. Le matraquage médiatique du gouvernement n'a pas dissuadé les grévistes et leurs parents de boycotter les examens. Le mouvement a démarré le 25 mars.
Deux points de discorde
À l'entrée de la faculté de médecine de Casablanca, quelques étudiants étrangers franchissent les barrières installées devant la porte principale pour accéder à la faculté. Au niveau national, seuls les étudiants étrangers et les étudiants militaires ont passé l'examen ce 10 juin.
Sollicitée par les Inspirations ECO, la direction de la faculté de Casablanca n'a pas souhaité commenter la situation de cette journée. Les différents bureaux du Syndicat national des enseignants du supérieur (SNESUP) au sein des facultés de médecine avaient annoncé leur «non-participation à la surveillance des examens». Une décision motivée par «l'absence des conditions idoines» pour passer ces épreuves. Les enseignants en médecine faisaient partie de la Commission nationale de médiation qui avait permis une facilitation du dialogue entre le CNEM et les deux ministères de la Santé et de l'Education nationale. Le dernier round tenu le 3 juin n'avait pas abouti à un accord entre les deux parties.
Pour sa part, le gouvernement, à travers les deux départements concernés, a une nouvelle fois relayé sa proposition d'accord le 9 juin dernier. Les deux parties indiquent «s'être engagées à mettre en oeuvre 14 points ayant fait l'objet d'accords avec les représentants des étudiants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire». Dans un communiqué conjoint, les deux ministères affirment que parmi ces engagements figure l'instauration d'un examen national de qualification, dont l'organisation ne diffère pas des examens cliniques actuels. L'on retrouve aussi l'augmentation graduelle des postes destinés au concours de médecins internes, «sachant qu'ils concernent les étudiants des facultés publiques de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire, suivant le cadre légal en vigueur», fait-on remarquer, d'autant plus qu'«il s'agit également de la suppression de la mention des diplômes de docteur en médecine, en pharmacie et en médecine dentaire». Il s'agit également de l'implication de l'ensemble des intervenants, notamment les représentants des enseignants-chercheurs et des étudiants, dans la mise en place des cahiers des normes pédagogique relatifs au troisième cycle, sachant que le système d'étude actuel demeurera en vigueur jusqu'en 2021-2022.
Concernant les étudiants de médecine, les deux ministères se sont engagés à modifier la circulaire n°48 du 12 octobre 2017 relative aux stages des étudiants de médecine chargés des missions de médecin interne (7e année), en impliquant les étudiants et ce, avant septembre prochain. Pour les étudiants, «ce projet d'accord n'apporte pas de réponse aux deux principaux points de discorde», rappellent leurs représentants. Les points qui demeurent en suspens sont le refus de l'ouverture du concours de médecins résidents aux étudiants du privé et la création d'une sixième année de formation en médecine dentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.