L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sens d'une visite
Publié dans Les ECO le 27 - 09 - 2019

Le président Erdogan sera bientôt en visite officielle au Maroc. Pourquoi cet événement sera-t-il hautement politique et résolument porteur de business ? On sait parfaitement ô combien les relations sont tendues entre Ankara d'une part et Ryad, Abou Dhabi et le Caire de l'autre. Le Maroc se démarque encore une fois des politiques arabes rétrogrades, suivant un Occident de plus en plus hypocrite. L'invitation du royaume s'inscrit dans l'âme du discours royal prononcé à Ryad un certain 14 avril 2016. Une allocution qui restera dans les annales des relations internationales, surtout dans notre région Afrique du Nord-Moyen-Orient.
Ainsi, Rabat maintient sa fermeté en matière d'indépendance diplomatique et consolide ses liens fraternels avec les amis turcs, n'en déplaise aux apprentis guerriers.
Sur le plan du business, le Maroc a beaucoup à gagner en développant des partenariats concernant la R&D et le modèle de développement. Déjà, il faut mettre sur la table l'accord de libre-échange conçu et mis en œuvre dans une conjoncture totalement différente de la réalité d'aujourd'hui qui pénalise pleinement le Maroc.
Ces accords ne sont pas sacrés, ils peuvent donc être remaniés de sorte à être véritablement «win-win». Il faut oublier l'hostilité gratuite à l'égard de l'offensive des marques turques et essayer d'explorer ce modèle qui est en passe de devenir l'autre Corée du Sud sur l'échiquier économique mondial. C'est pourquoi les opérateurs économiques marocains doivent bien préparer leurs doléances et surtout leurs propositions de solution alternative. Le Maroc aurait davantage à gagner aux côtés d'une Turquie alliée politiquement et économiquement, et pourrait envisager des partenariats en terre africaine à travers des joint-ventures porteurs de valeur en matière d'économie du savoir et de richesse intrinsèque. Une visite plus que bienvenue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.