Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Une nouvelle agence ANAPEC à l'Université Hassan II de Casablanca    Compensation: La charge décroche de 12%    La CGEM propose la création d'un "Label santé"    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Covid-19-Cas suspects: des centres de santé dans les quartiers    Migration illégale: Interpellations à Tan-Tan    Transformation digitale : la CDG passe à la vitesse supérieure    Covid-19 : Pourquoi le vaccin russe a déclenché autant d'animosité en Occident ?    Ciments Modernes étend son voile en Cote d'Ivoire avec une nouvelle cimenterie    US Round Up du mercredi 12 août – Kamala Harris, Bill de Blasio, Restaurants/Bars    Coronavirus: nouveau record au Maroc avec 1499 nouveaux cas    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.499 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 36.694 cas cumulés, mercredi 12 août à 18 heures    Ecoles privées et parents d'élèves : La confrontation reprend de plus belle    Champions League: heure, chaines...le programme des matchs (quarts de finale)    Un camion dérape, le chauffeur légèrement blessé    Situation épidémiologique au Maroc : Les indicateurs s'affolent !    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Que vive le Liban des lumières !    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Diva Châbiaa à la voix sur le cœur
Publié dans Les ECO le 21 - 10 - 2019

Soukaina Fahsi. Auteure compositrice interprète et musicienne
Elle a la voix sur le cœur et l'âme d'une vie antérieure qu'elle aurait partagée avec une certaine Kharboucha dont elle admire le combat politique et musical. Soukaina Fahsi a séduit le public des Journées musicales de Carthage ce jeudi 17 octobre à Tunis. Rencontre avec une diva marocaine bien dans sa tête et dans son art.
Quand elle chante les chansons d'antan, elle y met toutes ses tripes avec un supplément d'âme. Née pour être musicienne, elle avoue qu'elle a découvert sa passion pour la musique à sept jours seulement. «Mon père a découvert que je réagissais à la musique d'une façon différente à tout juste sept jours. Depuis, il n'a eu de cesse de m'orienter vers cette voie», explique l'auteure compositrice interprète qui chante tantôt depuis sa guitare tantôt depuis ses percussions. Native d'El Jadida, elle quitte sa ville natale pour faire un master à Marrakech. Son autre passion ? Les études. En parallèle à sa carrière de chanteuse, elle prépare un doctorat en géologie et se sent concernée par la cause environnementale. Pour elle, les études et la musique ne font qu'un. «J'ai toujours aimé la musique mais je ne savais pas si je voulais en faire ma vie. Je me suis toujours dit que la musique serait toujours là, qu'elle n'irait nulle part. Etudier était important pour moi, même pour avoir des connaissance nécessaires pour faire passer tous les messages», avoue la musicienne et scientifique. «J'ai toujours rêvé d'être docteure et chanteuse à la fois ! Je ne me vois pas trancher entre la recherche et la musique. Les deux me nourrissent», ajoute-t-elle.
La recherche d'une vie antérieure
Sa passion pour les sciences et sa vocation musicale se rejoignent un jour de fête internationale de la femme où Soukaina Fahsi se demande ce qu'elle va chanter. Avant de se mettre à l'écriture et à la création, elle se plonge dans les bouquins, dans l'histoire. Trois femmes vont la marquer. Zaynab Nefzaouia et sa vision politique, épouse de Youssef ben Tachfine, femme influente berbère des débuts de la dynastie des Almoravides, ayant pris contrôle du Maghreb, et d'une partie de l'Espagne. Elle est impressionnée par l'histoire de Lalla Zahra el Kouch, sainte qui s'est donnée à la religion et la spiritualité jusqu'à sa mort et se trouve des points communs avec la grande Kharboucha qui a dit non à l'injustice au détriment de sa vie. Elle se sent si proche du texte, de la voix, du combat de cette femme qui a habité non loin de son El Jadida natale, qu'elle décide de reprendre «Binatna». «C'était un défi de la reprendre comme telle. J'avais beaucoup d'admiration pour cette chanson. Il fallait déchiffrer les accords, faire attention à la rythmique». Un travail de longue haleine puisque la chanson est un succès, plus de 3 millions de vues sur YouTube et une reconnaissance internationale. Les festivals se l'arrachent, les fans du monde entier se multiplient. Le patrimoine marocain plaît et il n'a aucune frontière. Celle qui avait déjà séduit avec son titre «Joudia», une ode à la mère et à l'amour inconditionnelle, franchit un autre pas en reprenant des standards de la chanson marocaine, à sa manière. Le tout sublimé par des arrangements délicats et aidée par des musiciens qu'elle considère comme la crème de la scène marocaine émergente à l'image de Karim Derrag, Anas Chli au Outar, Taha El hamidi à la guitare, Khalil Bensouda à la basse, Khalil Hbichi au son et Mohamed Hilwa au son et à l'image à l'origine de la vidéo de «Binatna». «Je m'estime chanceuse d'avoir une équipe aussi dévouée, qui met non seulement tout son talent et son savoir dans le projet, mais qui y met toute son âme», continue la chanteuse qui a séduit les Tunisiens lors de la 6e édition des Journées de Carthage. Un concert plein d'émotion, de bon augure pour une Soukaina Fahsi au chemin tout tracé, un chemin vers la gloire et vers un album passionné, en préparation et dans les bacs très prochainement. Talent à suivre. ..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.