Racisme : L'ONU veut passer le Maroc à la loupe    Autonomisation des femmes. ACWA Power et ECOHZ s'engagent    Martin Scorsese, parrain officiel de la Cinémathèque marocaine    Risque de licenciement pour Yatim    CAN 2019 : L'Egypte en lice pour l'organisation    En vidéo – Turquie : 9 morts et 47 blessés dans un accident de TGV    Atlantic Dialogues. Le populisme au cœur du débat    Le nouveau plan de la CGEM et de l'AMIC pour le financement des strartups    Publication de «La lettre de créance, apothéose de la vérité»    «My mina», une création d'Amina Bedraoui Idrissi    So Art Gallery Casablanca expose des palettes africaines    Coupe du Trône de saut d'obstacles : La finale de la 6è édition du 14 au 16 décembre au RCSE Dar Es Salam    Coupe arabe des clubs champions : Le Raja souffre mais se qualifie pour les quarts de finale    Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme    Un «Pacte mondial d'avenir»    L'armée égyptienne annonce la mort de 27 "terroristes" dans le Sinaï    Nette amélioration recettes de la conservation foncière    Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains    Syrie.. Avertissement américain à l'égard de la Turquie    Accident de TGV en Turquie: au moins 7 morts et 46 blessés        Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la fusillade de Strasbourg    Venezuela: Les électeurs boycottent les urnes…    France.. De nouveaux reports pour les matchs de Ligue 1    Qatar hôte de la finale de la Supercoupe entre le Raja de Casablanca et l'Espérance de Tunis    Le groupe basque International Citrus Band présente son album "Latitudes"    Programme d'urgence de l'éducation nationale : Beaucoup d'argent, peu de résultats    Adoption des lois : Les députés mettent le paquet    Fondation BMCE Bank: 37 bacheliers des écoles Medersat.com primés    La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite, soutenu par la BVC    Le modèle marocain en matière de financement des agriculteurs présenté à Libreville    Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte    News    Signature d'une convention pour la création d'une unité industrielle à Nador    La concurrence en Afrique est moins féroce qu'au Maroc    La qualité des produits du terroir marocain saluée au "SIAL Middle East 2018"    "Mbarek o masoud" Une pièce théâtrale interprétée par des détenus    Baisse de 38% du taux de mortalité infantile en sept ans    Divers    Divers Economie    Pedro Sanchez accuse les séparatistes catalans de mentir comme les Brexiters    Le sambo rejoint la famille olympique    Ligue des champions : Liverpool grâce à Salah    Guardiola soutient Sterling et appelle à combattre le racisme tous les jours    Juliette Binoche présidente du jury de la Berlinale    Le syrien Nabil Suleiman préside le jury du Festival international du film transsaharien de Zagora    Bouillon de culture    Haïti réitère son respect de l'intégrité territoriale du Maroc et de sa souveraineté sur ses provinces sahariennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les femmes, premières victimes de violences psychologiques
Publié dans Les ECO le 25 - 11 - 2010

Au moment où le gouvernement s'active à mettre progressivement en œuvre son programme visant à assurer l'égalité entre les genres, la réalité sur le terrain dénote de l'ampleur des défis à relever. Au premier plan, les violences dont sont victimes les femmes qui, incontestablement, constituent la pierre d'achoppement de toute la stratégie envisagée dans ce cadre. Le rapport annuel 2010, le deuxième du genre, publié mercredi par l'Observatoire marocain des violences faites aux femmes «Oyoune nissaiya», en mettant en lumière l'état des lieux de la situation au Maroc, interpelle à plus d'un titre.
Des chiffres inquiétants
Le rapport qui couvre l'année 2009 présente les données et statistiques recensées et traitées au sein des centres d'écoute implantés au niveau de plusieurs régions du territoire national par les dix associations membres de l'observatoire fondé en mars 2006. Il analyse également les réponses institutionnelles apportées jusque là par les pouvoirs publics et décline ses recommandations visant à améliorer le sort des milliers de femmes, qui en milieu rural comme en milieu urbain, paient chaque jour le lourd tribut de la méconnaissance de leurs droits fondamentaux les plus élémentaires. En 2009, 26.077 actes de violences ont ainsi été recensés au niveau des centres d'écoute, touchant plus de 4.044 femmes, soit une moyenne de 6 cas de violence par femme, ce qui n'est en rien surprenant, car une seule femme peut faire l'objet de plusieurs types de violences, ce ne sont pas les scénarios qui manquent. Parmi les cas répertoriés, les violences psychologiques figurent en tête avec une prévalence de 13.174 cas constatés, suivi des menaces de mort, avec 1.064 cas, les violences physiques pour 5.539, celles dites économiques ou juridiques, avec respectivement 3.882 et 2.200 cas et les cas de violences sexuelles avec 1.282 cas. À cela s'ajoutent 170 cas de viol conjugal enregistrés,une femme décédée et deux cas de suicide (111 femmes ont affirmé y avoir pensé), 47 cas de femmes handicapées parfois à vie, 80 autres qui ont contracté des maladies sexuellement transmissibles, ainsi que 53 cas d'avortement. Une lecture approfondie du rapport fait ressortir que dans 37,39% des cas, l'âge des femmes victimes de ces violences se situent entre 19 et 28 ans et près de 72% sont des mères (moins d'un tiers en effet ne disposent pas encore d'enfants). Autre révélation, c'est surtout en milieu urbain et périurbain que les femmes sont le plus violentées, avec une prévalence de 80,54% des cas enregistrés (52,99% des femmes battues habitent dans des bidonvilles) alors que le taux n'est que de 11,05% en milieu rural. Cela pourrait s'expliquer par le fait qu'en milieu urbain les femmes sont plus disposées à s'adresser aux centres mis à leur disposition alors qu'en milieu rural, le poids des traditions et des tabous sociaux constitue un frein dans la dénonciation des actes de violence. La proportion des femmes mariées s'élèvent à 55,32% contre 29,90% pour les mères-célibataires et 32,64% des femmes battues sont analphabètes. Selon toujours le même rapport, 60% des femmes victimes de violences vivent en dépendance économique avec une prépondérance de 43,62% de femmes au foyer. Enfin, les données dévoilent que la plupart des auteurs de ces actes de violence se recrutent parmi les proches des victimes. Les femmes sont dans 50,12% des cas battues par leurs conjoints.
Partie visible de l'iceberg
Ces chiffres alarmants ne représentent pourtant que la partie visible de l'iceberg. En effet, ils ne prennent en considération que les cas des femmes qui se sot adressés aux centres d'écoute mis en place par le collectif associatif. Cela donne un aperçu de la situation au niveau de l'ensemble de la population, car la majorité des femmes victimes de violences préfèrent vivre leur martyre que d'affronter les conséquences imprévisibles d'une action allant dans le sens de la dénonciation. La plupart du temps, elles sont obligées de traîner des années durant les séquelles de ces violences. C'est pourquoi le collectif a émis un certain nombre de recommandations, à l'endroit surtout des pouvoirs publics et des instances locales, afin que cette question soit véritablement au cœur des politiques publiques. À ce titre, le gouvernement est appelé à harmoniser dans les plus brefs délais les lois marocaines avec les mécanismes universels en la matière et ainsi honorer les engagements internationaux pris par l'Etat marocain. Le gouvernement devrait en outre s'atteler à rendre effective l'application des lois positives adoptées jusque là et à réviser les lois à caractère jugé discriminatoire de la Moudawana, tout en poursuivant l'effort de sensibilisation et de soutien à l'endroit des femmes victimes de violences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.