Selon l'USFP, l'accueil de Brahim Ghali en Espagne est un «scandale» et une «trahison»    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Gloire au peuple palestinien    Tétouan: Quatre personnes interpellées pour escroquerie et vol    Covid-19 : Un allègement du couvre feu prévu après le ramadan    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Israël : Péril en la demeure    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mercredi 12 mai    DGAPR : Une légère baisse des contraventions notifiées au ministère public    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Législatives 2021: Le PAM accélère la cadence    FC Séville: Lopetegui explique pourquoi il écarte El Haddadi    Pourquoi il faut réhabiliter le tourisme culturel    Le leadership marocain en matière de protection de la biodiversité mis en exergue à Tokyo    Indices PMI : les tensions inflationnistes continuent de se renforcer dans le secteur manufacturier    IRT-HUSA (1-1) : Le Hassania n'a pas volé le nul !    La LADDH dénonce "la grave" détérioration de la situation des droits de l'Homme en Algérie    Echec d'une manœuvre grossière du polisario au Parlement européen    Allemagne : Jusqu'à un tiers des emplois du secteur auto menacé par l'électrique    Edito : Data cash    Lutte contre la production de sacs en plastique interdits : Démantèlement d'un atelier clandestin à Benslimane    Ch'hiwa bel khef: pâte à pizza (VIDEO)    MCO-RCOZ (0-0) : Un nul et beaucoup de regrets !    Covid-19 : le variant indien détecté dans 44 autres pays    DHJ-OSC (0-1) : La rechute jdidie, l'arrêt de l'hémorragie mesfouie !    Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mercredi 12 mai    Maroc/Conseil de gouvernement : L'ordre du jour de la réunion de ce mercredi 12 mai    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Akid sanctionné par l'OCK    Le dirham s'apprécie face à l' euro du 29 avril au 5 mai    Report de la séance mensuelle de politique générale de la Chambre des conseillers    Botola pro D1 : Le Raja lorgne de nouveau la pole position    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    Botola Pro D1: le classement provisoire (16e journée)    Chelsea : Des changements contre Arsenal avant la finale de FA Cup    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    Le Maroc réitère son rejet catégorique des violations qu'a connu Al Qods    Fatima Tabaamrant : la voix engagée !    Musique : Un album posthume du rappeur DMX prévu pour le 28 mai    France: "covid" au masculin et en minuscule dans "Le Petit Robert" 2022    Observation mercredi du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual (ministère)    Patrimoine: la Villa Harris fait peau neuve    L'ONU "profondément préoccupée" par la violence à Al Qods-Est    Gaza : Israël dit avoir frappé 130 cibles militaires et éliminé 15 militants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DEPF : accélération des crédits bancaires, mais...
Publié dans Les ECO le 23 - 07 - 2020

L'activité économique nationale a accusé, à l'instar de plusieurs économies mondiales, une forte baisse en 2020 en raison des effets de la pandémie Covid-19. Une reprise est à prévoir après l'accélération au mois de mai des crédits bancaires, selon la dernière note du DEPF.
L'effet de la Covid-19 sur l'économie nationale n'est plus à démontrer qu'il s'agisse de la demande extérieure ou intérieure.
Selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), la bonne tenue de la consommation du secteur des administrations publiques, en rapport avec les dépenses engagées par le Fonds spécial Covid-19, a pu compenser partiellement le reflux de la consommation des ménages, impactés par la baisse de leurs revenus, le changement de leur mode de consommation et la succession de deux mauvaises années agricoles. Les crédits bancaires se sont sensiblement réduits durant l'état d'urgence, avant de reprendre en mai dernier. Ces derniers se sont accrus, en glissement mensuel, de 0,5% pour atteindre 926,1 MMDH portés, particulièrement, par les facilités de trésorerie (+16% après +8,7% l'année précédente) et les crédits à l'équipement (+6,8% après +2,1%). La hausse a été plus marquée au niveau des crédits accordés aux sociétés non financières privées qui se sont élevés de 1,2%. Ils ont été soutenus par les crédits de trésorerie (+2,2%), dans le contexte du recours des entreprises impactées par les restrictions induites par Covid-19 aux ressources de financement mobilisées dans le cadre de dispositifs de garantie, dont «Damane Oxygène». Ceci étant, l'effort d'investissement aurait connu un ralentissement, en phase avec le repli des importations en biens d'équipement (-19,8% à fin mai) et des activités immobilières. Ces dernières ont été contraintes par l'arrêt des chantiers de construction lors de la période de confinement et par la baisse de la demande.
Par ailleurs, la décélération de la croissance de l'encours des crédits accordés au secteur de l'immobilier se poursuit à fin mai 2020, enregistrant une augmentation de 1%, après +2% il y a un mois et +4,2% un an plus tôt, compte-tenu du ralentissement de l'encours des crédits alloués à l'habitat avec une hausse de 1,1% (après +2,2% et +5,7%) et de la quasi-stagnation des crédits attribués à la promotion immobilière (+ 0,1% après -2,7% et -1,8%). De l'autre côté, les crédits accordés aux ménages ont reculé de 0,3%, notamment, ceux de l'immobilier (-0,3%) et de la consommation (-1,4%). En glissement annuel, le taux de progression des crédits bancaires s'est accéléré à +6,5% à fin mai après +4,4% l'an dernier, quoiqu'en légère décélération par rapport à celui du mois précédent (+6,7%). Cette évolution a concerné particulièrement les crédits aux sociétés non financières privées qui ont augmenté de 11,3% après +11,4% le mois dernier et +2,9% l'année précédente.
En revanche, la croissance des crédits aux ménages a ralenti à +1,5% après +2,9% à fin avril 2020 et +5,8% à fin mai 2019. Quant au taux interbancaire moyen pondéré au jour le jour (TIMPJJ), celui-ci a évolué à des niveaux proches du taux directeur de 2% jusqu'au 16 juin 2020, avant de baisser à partir du 17 juin et évoluer aux alentours du nouveau taux directeur de 1,5%, comme décidé par Bank Al-Maghrib. La Banque centrale a en effet procédé à l'abaissement du taux directeur à 1,5% et à la libération intégrale du compte de réserve au profit des banques. Et ce afin d'atténuer l'impact de la pandémie Covid-19 et à soutenir la relance de l'économie et de l'emploi. Le TIMPJJ s'est établi en moyenne à 1,93%, en baisse de 29 points de base comparativement au premier trimestre 2020. Ll'évolution des taux débiteurs semble plus au moins corrélée avec la baisse du taux directeur. Les résultats de l'enquête de Bank Al-Maghrib pour le premier trimestre 2020 révèlent une baisse, en glissement trimestriel, du taux moyen pondéré global de 4 points de base pour se situer à 4,87%. Cette évolution a concerné les taux appliqués aux crédits à l'immobilier (-18 pb à 5,16%), à l'équipement (-9 pb à 4,52%) et aux facilités de trésorerie (-6 pb à 4,64%). En revanche, ceux des crédits à la consommation ont augmenté de 9 pb à 6,75%. S'agissant du volume moyen des transactions interbancaires, il a augmenté par rapport au trimestre précédent de 44,9% pour atteindre 4,7 milliards de DH.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.