Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Maroc. Les exigences d'une nouvelle ère [Par Jamal Berraoui]    Défense : Défis et ambitions de la future industrie marocaine de l'armement    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Fathallah Sijilmassi nommé Directeur général de la Commission de l'Union Africaine    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    Azemmour : Un grand taxi volé retrouvé, un suspect arrêté    Dr Saïd Afif, membre du Comité scientifique de vaccination anti-Covid : «Il est encore très tôt pour parler de la vaccination des 3-11 ans»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



NMD : Benmoussa mobilise le patronat
Publié dans Les ECO le 04 - 06 - 2021

Stratégie de financement, Pacte national de développement et gisements de prospérité…Les ambitions du Nouveau modèle de développement ont été exposées à la CGEM. Plus que jamais, le privé se trouve au cœur du NMD, à travers son apport en termes de croissance économique et génération d'emplois.
Pour financer les ambitions du Nouveau modèle de développement (NMD), la croissance économique devra atteindre 6% en moyenne à partir de 2025 contre 3,5% de croissance au cours de cette dernière décennie. Un pari qui ne peut être atteint sans l'apport du secteur privé, notamment le tissu national, qui nourrit et stimule une bonne partie de la croissance économique.
Dans ce sens, le président de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD), Chakib Benmoussa, avec son équipe, a présenté, jeudi, à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), les conclusions et recommandations du rapport général relatif au Nouveau modèle de développement (NMD) économique et social. D'entrée en jeu, Chakib Benmoussa, a rappelé que le diagnostic de la commission a fait ressortir une crise de confiance généralisée. « Elle concerne les citoyens, mais aussi les acteurs économiques, politiques et responsables en plus d'une fracture sociale qui est confortée par les données avec une croissance molle qui ne génère pas d'emplois » indique-t-il.
Et à l'origine de l'essoufflement de l'élan de développement au Maroc, figurent quatre nœuds qui sont interconnectés les uns vis-à-vis des autres. Il s'agit du manque de cohérence et de convergence des stratégies et des programmes, la lenteur de la transformation structurelle de l'économie en plus de la limité des capacités du secteur public et le sentiment d'imprévisibilité qui freine les initiatives. « Cette réalité a été la base de notre projection pour l'avenir. Elle part d'un constat que le Maroc dispose aussi d'un potentiel, dans beaucoup de domaines, qui autorise cette ambition à l'horizon 2035 », affirme Chakib Benmoussa.
Les ruptures préconisées par la CGEM
La Commission spéciale sur le modèle de développement a tablé sur cinq paris d'avenir. Ils offrent selon la Commission des opportunités d'investissement et de partenariat dans des domaines stratégiques tels que la recherche et l'innovation, le numérique, l'énergie et le financement, en plus de la valorisation des potentialités du Maroc tout en prenant en considération le cadre de référence entre un Etat stratégique et régulateur et la Société en s'appuyant sur ses acteurs, notamment le secteur privé et les tiers secteurs en plus des acteurs publics.
« La CGEM à travers toutes ses composantes est engagée à jouer son rôle auprès du gouvernement dans la mise en œuvre du Nouveau modèle de développement et intervenir activement dans le cadre d'une gouvernance participative pour accélérer son exécution.
À cet effet, nous mettrons en place un comité interne qui sera dédié au NMD », a annoncé Chakib Alj, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc. Parmi les ruptures préconisées par le patron des patrons, au cours de son intervention, figure l'évolution du rôle de l'Etat pour être beaucoup moins dans les opérations et beaucoup plus dans la régulation économique. Actuellement, « nous voyons que l'investissement public représente 65 % contre 35% pour l'investissement privé. Nous devons inverser ce ratio pour nous rapprocher des niveaux des pays développés qui sont à 80% », a insisté Chakib Alj.
Des gisements confrontés à des obstacles
Pour opérer la transformation économique, la CSMD a proposé plusieurs leviers de transformation. Parmi lesquelles le renouvellement de l'appareil administratif et tabler sur le numérique qui est le catalyseur du changement et de la confiance. À cela s'ajoute, une stratégie de financement alignée aux priorités du NMD en prenant en considération le volet fiscal et social en plus du mécanisme de mobilisation et de suivi qui est le Pacte national de développement.
« Ce pacte définit le cap partagé en déterminant les grands axes et les priorités afin de gagner en cohérence et accélérer le rythme du changement et responsabiliser chacun des acteurs », précise Chakib Benmoussa.
Ce mécanisme sera placé sous l'autorité de sa Majesté le Roi pour veiller à la cohérence globale et à l'alignement stratégique pour l'impulsion et l'appui des reformes stratégiques. S'exprimant lors de cette rencontre, Ahmed Réda Chami, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a annoncé qu'un portefeuille a été conçu sous forme de gisements d'opportunités qui ne sont pas exploitées par les acteurs afin d'arriver au taux de croissance visé et relever le défi productif. Au total, plus de 25 gisements avec des sous gisements ont été identifiés en fonction d'un ensemble de secteurs et activités.
« Pour exploiter pleinement ces gisements de prospérité et atteindre un nouveau palier de croissance, le Maroc a besoin d'une révolution entrepreneuriale, essentiellement à travers la modernisation de son tissu économique, la montée en gamme pour augmenter la valeur ajoutée locale ainsi que la diversification et l'internationalisation en orientant les entreprises vers l'export», explique Ahmed Réda.
En se référant à l'objectif du NMD en relation avec ce volet, les obstacles qui empêchent les acteurs d'exploiter ces gisements seront éliminés à travers des mesures phares ciblant les obstacles précités, notamment les barrières règlementaires et administratives, le déficit en compétitivité, l'accompagnement du secteur public et le cadre macroéconomique. 
Yassine Saber / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.