La Chambre des représentants adopte trois projets de loi sur la nomination aux fonctions supérieures et les échéances électorales    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Le Maroc, premier exportateur arabe vers le Brésil en janvier    Coupe du Trône : Le MAS au bout du suspense    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    Monétique: Attijariwafa bank accepte les cartes JCB du réseau Japonais sur ses guichets automatiques    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Pour une université ancrée dans son espace régional    Fadila Mastaka, une «militante» passionnée pour l'amélioration du quotidien de la gent féminine    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Raja- Sidi Kacem: à quelle heure et sur quelle chaîne ? (Coupe du trône)    Message du roi Mohammed VI au président bulgare     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    «Nous sommes de retour, vous êtes perdus!» : en Algérie, le Hirak veut chasser la caste au pouvoir    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    «Itsxanaxx/Xanaxx» lance «Flex» en featuring avec d'autres artistes    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Zniber fustige les allégations mensongères de l'Algérie    Fiscalité: La TVA, «principale composante» qui influence le secteur informel    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Vaccin Covid-19: 8 millions de doses reçues par le Maroc à ce jour    Sociétés cotées: baisse considérable de l'investissement en 2020    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    Plus de la moitié des marchandises de contrefaçon saisies sont transportées par voie maritime    L'arganier au centre de l' attention de l'Assemblée générale des Nations unies    Camille Sari: La formation et l'égalité des chances feront du Maroc un hub pour les investissements étrangers    Emploi : la DEPF réalise une étude sur les coûts des inégalités de genre    Covid-19 : 168 millions d'enfants ont déserté les bancs de l'école depuis un an    Comment s'explique la baisse de la rentabilité des secteurs cotés entre 2008 et 2019 ?    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Veto contre veto
Publié dans Le Soir Echos le 28 - 10 - 2011

Le Maroc vient d'être élu membre non-permanent du Conseil de sécurité. Alors que le monde arabe ressuscite dans les convulsions du printemps démocratique, c'est le pays le moins atteint par la fièvre révolutionnaire qui sera chargé de le représenter lors des votes futurs du Conseil.
Il y a peu, Washington et Moscou jouèrent veto contre veto un bras de fer aux dépens de deux peuples arabes, le palestinien et le syrien. Ce ne fut pas seulement une malheureuse concordance de deux immoralismes. Ce chassé-croisé onusien a répété jusqu'à la caricature une dépendance incommode et pluri-séculaire des pays arabes envers des puissances occidentales structurellement partagées entre deux camps.
Les Arabes coincés entre terre et mer
Cette situation date de la Renaissance. Lors de cette grande transformation, le monde musulman se trouva pris en tenailles entre deux formes de puissances occidentales : les empires terrestres, souvent autoritaires, intéressés par l'annexion des territoires, et les empires maritimes, marchands et libéraux, qui visaient surtout l'ouverture de nouveaux marchés et l'accès aux matières premières.
Parmi les premiers, la Russie et l'Allemagne ; parmi les seconds, l'Angleterre et les Etats-Unis. Il arriva parfois que des pays européens oscillent et hésitent entre les deux modèles d'impérialisme : la France, terrestre et despotique sous Bonaparte, redevint libérale et atlantique lors de la Restauration. Et souvent, elle ne put se décider entre les deux : sous la IIIe République coloniale, sous la Cinquième gaulliste, fut-elle continentale ou atlantiste ?
Quant aux pays musulmans, vastes empires – l'ottoman, le perse… – ou modestes sultanats – le chérifien, l'omanais…– ils durent, forcés, se plier aux règles du jeu occidental entre les deux types d'impérialisme. Les indépendances, la Guerre froide, ne changèrent pas grand-chose à cette équation. Entre le bouclier russe puis soviétique, et le marteau anglo-saxon, certains choisirent le bouclier (l'Egypte de Nasser, l'Irak et la Syrie bassistes, la Libye de Kadhafi), d'autres le marteau (l'Arabie saoudite, le Liban…) mais tous furent frappés.
Au Maghreb, la lutte entre le Maroc et l'Algérie en fournit un bon exemple. Dans le choix que fit Rabat du libre marché, du multipartisme ou de l'alliance atlantique, dans celui fait par Alger de l'économie dirigée, du parti unique, de l'alignement sur Moscou, pointe la dépendance géopolitique des pays arabes, arène où se joue par procuration la guerre des autres.
Le soutien russe, contre vents, marées et morale, au régime de Damas, celui d'Obama à Israël au mépris de ses propres déclarations, cristallisent ce tiraillement arabe entre l'interventionnisme utilitariste et cynique des empires maritimes et l'avancée sans cesse entravée de l'ours des steppes vers les mers chaudes.
Arlequin, valet au deux maîtres
Parmi les personnages de la comédie italienne, figure le valet au deux maîtres : Arlequin, par un malheureux concours de circonstance, est obligé de servir à leur insu deux maîtres à la fois. Il jongle entre des souhaits contradictoires en évitant de s'empêtrer les pieds et la raison dans l'écheveau compliqué des désirs opposés.
Les régimes dont accouchera le Printemps arabe seront-ils capables de sortir de cette situation ? A vrai dire, ce n'est pas seulement la nature du régime qui permet l'indépendance géopolitique. La faiblesse économique des pays arabes, leur dépendance technologique, rendent peu probable un changement immédiat. Même la Turquie, plus industrialisée et plus cohérente que des pays arabes désunis, même l'Iran, fort de son pétrole et de son aura post-révolutionnaire, sont alignés : la première sur l'Otan, le second sur la Russie et la Chine.
Le rêve multilatéral de la fin des années 1990, représenté au Moyen-Orient par Khatami et le roi Abdallah, alors prince héritier saoudien, fut avorté suite au 11 septembre, qui ré-aligna les Etats comme on ré-aligne une armée. Le Printemps arabe offrira une seconde chance à cette multi-polarisation du monde, qui ajoutera au Brésil ou à l'Inde, un bloc géopolitique turco-arabe.
Pour l'instant, dans le stand de tir onusien, le Maroc fait partie des cartons, pas des tireurs, concentrés dans le conseil permanent et (encore) divisé en deux camps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.