Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une histoire de la littérature francophone du Maghreb par M.R. et S. Bouguerra | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 13 - 03 - 2012

La visibilité en librairie de l'ouvrage des Tunisiens Mohamed Ridha Bouguerra et Sabiha Bouguerra Histoire de la littérature du Maghreb – littérature francophone (édition Ellipses, Paris, 2010), n'a pas été très forte, si bien que je l'ai découvert avec deux années de retard. Ce travail se lit avec intérêt et constituera une introduction ou une initiation à plus d'un demi siècle d'une production devenue fort abondante, chez les éditeurs français plus que chez les éditeurs du Maghreb, et dont on regrette fort qu'elle ne soit pas ainsi comparée aux romans, récits et poèmes des écrivains arabophones, tâche pourtant bien nécessaire. Le volume des Bouguerra étant le fruit d'un effort à quatre mains, que n'ont-ils recherché au sein des universités tunisiennes quatre autres mains pour initier le public francophone à Abou Qassim Chabbi, Mohamed Choukri ou Mohamed Zefzaf… Car, et c'est le moins que l'on puisse dire, toutes ces vies d'écrivains sont, pour reprendre le titre d'un roman de Mohamed Berrada dont la traduction française va paraître en avril chez Actu Sud, des Vies voisines. Le roman de Berrada parle évidemment de toute autre chose que cette coexistence linguistique dans la littérature maghrébine, et Mohamed Ridha Bouguerra, quant à lui, s'il ne dit mot des écrivains arabophones évoque du moins, par exemple, l'importance des chants berbères de Kabylie dans le sentiment de soi et le sentiment du monde que manifestent les œuvres des membres de la famille Amrouche, attachés autant à la Tunisie qu'à l'Algérie . Après tant de travaux consacrés à la littérature maghrébine francophone, qu'apporte l'ouvrage des Bouguerra ? Mieux qu'un survol, une traversée qui dessine un panorama, nomme une bonne centaine d'auteurs et analyse, souvent finement, les œuvres cardinales, celles d'un Kateb Yacine, d'un Mouloud Mammeri et d'un Mohamed Dib, mais n'omet nullement la génération suivante et voit par exemple en Fouad Laroui un continuateur de Driss Chraïbi, non sans montrer son inclination pour les livres d'un Habib Tengour ou encore le roman de Rachida Madani L'histoire peut attendre et celui de Yamina Mechakra La grotte éclatée. Le mérite principal d'un tel ouvrage, outre la mise en perspective d'une efflorescence de titres que le non spécialiste ne saurait tous connaître, c'est le coup de projecteur sur des auteurs non certes inaperçus mais qui justifient une attention particulière.
Ainsi apprécie-t-on tout ce qui nous est dit dans Histoire de la littérature du Maghreb – Littérature francophone des premiers romans de Nabile Farès ou encore des écrits si imperturbablement originaux d'un Fawzi Mellah ou d'un Moncef Ghachem, poète et nouvelliste qui remplace la candeur par la lucidité sans qu'en souffre jamais sa petite musique volontaire et comme parfumée aux embruns. Si Mohamed Khaïr-Eddine et Abdellatif Laâbi se voient aussi soigneusement évoqués que Driss Chraïbi, on n'en est pas moins stupéfait de ne pas trouver la moindre mention de l'œuvre de Mohamed Leftah dans un ouvrage qui a pourtant paru en 2010, soit alors que l'œuvre publiée de l'auteur de Demoiselles de Numidie comptait déjà quelque dix titres. Une telle absence est incompréhensible, et c'est vraiment une faute de goût, sauf à supposer, ce qui n'est pas invraisemblable, que les auteurs de cette Histoire de la littérature du Maghreb – Littérature francophone aient en vain réclamé les ouvrages à Leftah à leur librairie tunisoise… En 250 pages, Mohamed Ridha Bouguerra et Sabiha Bouguerra parviennent du moins à vulgariser intelligemment ce qu'ils savent et ce qu'ils aiment de la littérature maghrébine de langue française. On pourra les considérer peut-être à bon droit comme un peu trop prolixes lorsqu'il s'agit de commenter l'irrépressible graphorrhée de Leila Sebbar, mais ils rendent justice aussi bien à des œuvres déjà entamées il y a un demi-siècle qu'à des « jeunes pousses  » de grand talent comme Arezki Metef ou Aziz Chouaki. Jamais rébarbatif, cet ouvrage bien informé et bien écrit sur le « french dream » (comme dirait Mohamed Hmoudane, malencontreusement non-cité) des écrivains maghrébins, comment ne pas répéter qu'il y manque un pendant indispensable: Une histoire de la littérature du Maghreb-littérature arabophone et berbérophone où seraient étudiées la littérature moderne et aussi la littérature populaire?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.