Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Habib Tengour et Michéa Jacobi, entre Mostaganem et Marseille
Publié dans Le Soir Echos le 02 - 07 - 2012

Né à Mostaganem en 1947, Habib Tengour est devenu, au fur et à mesure que paraissaient ses poèmes et ses romans, l'une des voix les moins convenues de la littérature algérienne de langue française. La preuve nous en fut donnée à nouveau en 2008 avec Le Maître de l'heure et en 2010 avec l'Ancêtre cinéphile (aux éditions de la Différence). Tandis que le souvenir persistait d'un récit touchant et juste Gens de Mosta (Actes Sud /Sindbad, 1997), voici que ce conteur couturé de hantises et capable d'une distanciation discrètement ironique nous revient plus grave avec un recueil d'essais au titre plus tonitruant que les textes très divers qui le composent : Dans le soulèvement Algérie et retours (La Différence, 2012). La stupeur qu'un homme de sa génération est en droit d'éprouver lorsqu'il observe que les drames et les courages du passé n'ont pas empêché des tragédies plus récentes, on la devine d'emblée avec le choix en épigraphe d'une phrase de G.Simmel dans Le problème du temps historique : « La réalité en tant que telle, c'est ce que je dois admettre, à défaut de jamais le comprendre ». La route empruntée, notre auteur dit la prendre « dans le soulèvement parce qu'un jour ou l'autre, il faut se dresser, non pour pleurer quelque empreinte effacée par le vent, mais bien pour ouvrir une brèche à la parole « . Parfois, la parole est d'autant plus juste qu'elle use de l'antiphrase comme on a pu voir récemment avec ce beau film algérien volontaire et loyal : « Normal » de Merzak Allouache où l'on voyait une jeune fille écrire sur un drap blanc Algérien libre et démocratique. Le Raï est perçu par Habib Tengour comme un drame passionnel porteur de jubilation : Ana bhar aliya wa ntiya llâ (Moi c'est foutu mais pas toi...) qui « traduit le cri d'amour et de révolte existentiel d'une jeunesse algérienne paumée, désœuvrée, désintégrée dans un espace urbain interloqué par ses marges ». L'écrivain qui vit et travaille à Paris a un vécu algérien profond et profus. Il raconte sa rencontre avec Abdelkader Alloula, ce directeur de théâtre assassiné dans la décennie sanglante que connut l'Algérie et pour dire la force de l'homme et de l'œuvre, c'est d' » un lion abattu par l'homme » dont il fait l'éloge. Une question taraudait Tengour tandis que des violences sans merci s'abattaient sur la population algérienne qui avait déjà tant souffert : « Est-il dans le destin de l'Algérie de sombrer dans l'horreur ? ».Une furieuse histoire est un des textes marquants parmi les essais qui se suivent et ne ressemblent pas dans cet ouvrage à lire lentement, comme on réfléchit aux choses qui
importent. Le regard de Tengour sur les années sanglantes n'était pas prisonnier de la désolation éprouvée. Ainsi pouvait-il écrire alors : « Le chaos dans lequel sombre l'Algérie est terrible et paraît incompréhensible : mais n'est-il pas autre chose que l'obscurité nécessaire à l'oiseau d'Athéna pour prendre son envol ? ». Un tel propos, comment pourrait l'entendre une mère dont l'enfant a été assassiné et qui croise aujourd'hui cet assassin dans les rues ? C'est sur Mostaganem, sa ville natale que l'auteur de Dans le soulèvement Algérie et retours s'exprime de façon inimitable. Il fait entendre la musique de l'attachement et la discordance n'efface rien : « Le matricule de la ville a donné, écrit-il, un dicton nouveau : vingt sept makla wa sket (Vingt-sept bouffe et silence). On ne supporte pas d'y vivre, on dépérit de s'en éloigner ». La solution ? Peut-être réside-t-elle dans ces mots du poète Jean Sénac que cite précisément Tengour : « Avec le temps, le monde, on le porte à l'intérieur de soi. On dispose de très peu de mots pour faire mouche « . Et Tengour de raconter les effets de sidération que produisit le 11 septembre 2001... L'événement, comment un écrivain y répond-il ? Par la preuve que l'événement est une et des personnes. Pas d'événement plus dense, alors, que la rencontre de gens comme ces vieux migrants algériens qui résidaient dans des hôtels du quartier de Belzunce à Marseille. Aussi faisons halte dans le livre si tonique de Michéa Jacobi qui, dix années durant, a rempli un carnet de promenades à Marseille, Le Piéton chronique (Parenthèse, 2011). C'est un livre incroyablement fraternel, où se déploient toutes les couleurs bigarrées de Marseille. On en extraira quelques lignes évoquant Ousmane Sembène, l'écrivain et cinéaste sénégalais mort en 2007 : « Il avait vécu à Marseille, il avait travaillé sur le port. (...) Il avait consacré à notre ville un fameux livre intitulé Le Docker noir « .
Un autre jour, Michéa Jacobi avait dessiné, car il dessine aussi bien qu'il raconte un vieux en veste bleue tâchant d'écouter une radio d'Algérie et n'y parvenant pas : « Les bagnoles font trop de bruit. » La littérature, elle, se fait sans bruit et Habib Tengour et Michéa Jacobi en savent quelque chose.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.