Covid-19: le personnel des Forces armées royales reçoit la 2ème dose du vaccin    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    Algérie : le Hirak de retour pour dénoncer le pouvoir militaire et réclamer plus de démocratie    La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier    Covid-19 : plus de 3 400 000 personnes vaccinées    Allemagne : la commission vaccinale envisage de recommander le vaccin AstraZeneca pour les plus âgés    La HACA et la SNRT lancent à Dakhla des visites aux sites régionaux de production et de diffusion de radio et de télévision    Covid19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 février 2021 à 18H00    L'ONU annonce de nouveaux dispositifs d'identification pour lutter contre la pêche illégale    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Talib viré du TAS    Luca Attanasio, ambassadeur italien, tué en RDC    Le secrétaire général du Polisario reçu par le président Algérien    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Groupe Al Omrane: Mise en chantier en 2020 de 46 projets d'une consistance de près de 17.000 unités    Des manifestations monstres contre les caciques : Les Algériens disent «degage» au régime    Le Maroc, un modèle en matière de vaccination    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Alerte – Veille – Relance post-covid19 – Investissements étrangers et compétition internationale – Ce que préparent les concurrents du Maroc    Les entrepreneurs marocains invités à investir au Burundi    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien...Ryad dénonce !    La Chambre des représentants libyenne tend à former un gouvernement provisoire restreint composé des compétences de toutes les régions du pays    ONCF: un chiffre d'affaires consolidé de 3,1 MMDH en 2020    Marrakech : 29 interpellations pour violation de l'état d'urgence sanitaire et aménagement d'une villa pour les jeux de hasard    Marché de capitaux: 4,83 MMDH de levées en janvier 2022    Une nouvelle Ecole Américaine à Benguerir    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Gouvernement : Mustapha Ramid jette l'éponge    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Percevoir le cannabis tout autrement    Sahara : D'éminentes personnalités internationales appellent Biden à appuyer la décision Américaine    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fillette et le vélo
Publié dans Le Soir Echos le 28 - 08 - 2013

Pour ceux qui n'ont pas encore eu vent du film « Wadjda », voici l'occasion d'apprendre plus sur le film, et encore mieux, de savourer cette pépite toute fraîche, qui sera projetée à la Cinémathèque de Tanger ce vendredi. Le premier film de la réalisatrice saoudienne Haifaa El Mansour, qui a été projeté en avant-première à la Mostra de Venise, est la première production cinématographique saoudienne. Le pays, ouvert à la production télévisée, reste hermétiquement fermé à toute production cinématographique, excepté pour cette jeune réalisatrice qui a réussi le coup de force de convaincre les autorités et de tourner en plein cœur de la capitale saoudienne. Pari réussi : Wadjda est un film émouvant qui a généré un engouement phénoménal comme peu de films arabes ont su le faire. Projeté dans les salles européennes et arabes, il a suscité une interminable vague d'intérêt. Wadjda est un film mordant sous des dehors légers. Une histoire bien ficelée, une réalisation fluide, des personnages attachants et un flot de situations quotidiennes qui tendent un miroir absolument captivant de la société saoudienne : voici les ingrédients de cet opus qui s'impose surtout par ses messages subliminaux. Al Mansour y expose la dure réalité des femmes avec délicatesse, sans choquer ou heurter. Le pitch : Wadjda, fillette de dix ans, interprétée par l'excellente Waad Mohammed, rêve d'acquérir un vélo, objet interdit pour les filles en Arabie Saoudite vu les dangers qu'il présente pour leur virginité. Troublée par la séparation imminente de ses parents, elle fera tout pour l'avoir, quitte à braver l'ordre établi, transgresser les sacro-saintes règles du royaume et contourner habilement la suprématie de la gente masculine, du haut de ses dix ans. Elle tient absolument à avoir son vélo pour défier son voisin Abdallah, et pour en amasser le prix, elle va jusqu'à participer à un concours de récitation de Coran. Celle qui lutte pour le droit élémentaire de s'adonner à ce plaisir basique, à l'instar des garçons de son âge, se révèle d'une détermination farouche. Scène révélatrice du film, qui en dit long sur la petite rebelle: celle de Wadjda parmi un groupe d'écolières vêtues de longues robes noires, la tête découverte, toutes chaussées de souliers vernis, sauf elle en baskets.
Contestation tout en délicatesse
Le premier film réalisé par une femme en Arabie Saoudite dénonce le déni des droits de la femme, et se fait le porte-voix du féminisme arabe. Tous les tabous révoltants et les discriminations contre la femme défilent: l'interdiction de conduire et de se mélanger aux hommes, de rire et parler en public, la contrainte d'accepter une deuxième épouse parce qu'une femme n'a pas pu donner un garçon à son mari (le cas de la maman de Wadjda) …. Derrière chaque scène, on décèle de la colère et de l'amertume que la réalisatrice déroule subtilement sans une seule pointe de provocation. D'où la force du film. En dépeignant avec brio le quotidien des Saoudiens et les aberrations que subissent les femmes, la réalisatrice évite de tomber dans le piège de la confrontation, même en pointant du doigt la soumission de ses personnages et leur conformisme aveugle. « Il ne faut pas être dans la confrontation, sinon nous n'arriverons jamais à changer les choses. Ce sont les petites choses qu'il faut changer », a t-elle déclaré avant la projection de son film, à Dubaï.
Vers plus de tolérance
Signalons que la réalisatrice, qui vit à Bahreïn avec son mari et ses deux enfants, a raflé le prix du meilleur film au festival international du film de Dubaï (DIFF), lors de l'avant-première du film au Moyen-Orient, en décembre. Financé par de prestigieux fonds tels que Sundance Institute, Dubaï Film Connection pour la production, le fonds Injaz pour la post-production, et le géant Rotana en collaboration avec la boîte de production allemande Razor, le film a connu un succès immédiat et a participé à de nombreux festivals dans le monde. Dans un pays où la production cinématographique est inexistante, et où les salles de cinéma manquent cruellement, voir une femme diriger une équipe de cinéma dans les rues de la capitale, Ryad, relève du miracle. « L'expérience a été gratifiante mais difficile vu que les Saoudiens ne produisent pas de films. Nous avons été virés de certains quartiers conservateurs, mais il n'en reste pas moins que le pays progresse, sur beaucoup de niveaux». Selon la réalisatrice, les choses semblent évoluer et le simple fait de tourner un film dans la capitale est de bonne augure. N'oublions pas l'avancée historique annoncée il y a quelques mois par le roi saoudien Abdallah lui-même: Les femmes ont désormais le droit de vote, à partir de 2015, lors des élections municipales, seule élection qui a lieu dans le pays. Oui, mais à quand le droit de conduire ? Et d'acheter des vélos ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.