Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fillette et le vélo
Publié dans Le Soir Echos le 28 - 08 - 2013

Pour ceux qui n'ont pas encore eu vent du film « Wadjda », voici l'occasion d'apprendre plus sur le film, et encore mieux, de savourer cette pépite toute fraîche, qui sera projetée à la Cinémathèque de Tanger ce vendredi. Le premier film de la réalisatrice saoudienne Haifaa El Mansour, qui a été projeté en avant-première à la Mostra de Venise, est la première production cinématographique saoudienne. Le pays, ouvert à la production télévisée, reste hermétiquement fermé à toute production cinématographique, excepté pour cette jeune réalisatrice qui a réussi le coup de force de convaincre les autorités et de tourner en plein cœur de la capitale saoudienne. Pari réussi : Wadjda est un film émouvant qui a généré un engouement phénoménal comme peu de films arabes ont su le faire. Projeté dans les salles européennes et arabes, il a suscité une interminable vague d'intérêt. Wadjda est un film mordant sous des dehors légers. Une histoire bien ficelée, une réalisation fluide, des personnages attachants et un flot de situations quotidiennes qui tendent un miroir absolument captivant de la société saoudienne : voici les ingrédients de cet opus qui s'impose surtout par ses messages subliminaux. Al Mansour y expose la dure réalité des femmes avec délicatesse, sans choquer ou heurter. Le pitch : Wadjda, fillette de dix ans, interprétée par l'excellente Waad Mohammed, rêve d'acquérir un vélo, objet interdit pour les filles en Arabie Saoudite vu les dangers qu'il présente pour leur virginité. Troublée par la séparation imminente de ses parents, elle fera tout pour l'avoir, quitte à braver l'ordre établi, transgresser les sacro-saintes règles du royaume et contourner habilement la suprématie de la gente masculine, du haut de ses dix ans. Elle tient absolument à avoir son vélo pour défier son voisin Abdallah, et pour en amasser le prix, elle va jusqu'à participer à un concours de récitation de Coran. Celle qui lutte pour le droit élémentaire de s'adonner à ce plaisir basique, à l'instar des garçons de son âge, se révèle d'une détermination farouche. Scène révélatrice du film, qui en dit long sur la petite rebelle: celle de Wadjda parmi un groupe d'écolières vêtues de longues robes noires, la tête découverte, toutes chaussées de souliers vernis, sauf elle en baskets.
Contestation tout en délicatesse
Le premier film réalisé par une femme en Arabie Saoudite dénonce le déni des droits de la femme, et se fait le porte-voix du féminisme arabe. Tous les tabous révoltants et les discriminations contre la femme défilent: l'interdiction de conduire et de se mélanger aux hommes, de rire et parler en public, la contrainte d'accepter une deuxième épouse parce qu'une femme n'a pas pu donner un garçon à son mari (le cas de la maman de Wadjda) …. Derrière chaque scène, on décèle de la colère et de l'amertume que la réalisatrice déroule subtilement sans une seule pointe de provocation. D'où la force du film. En dépeignant avec brio le quotidien des Saoudiens et les aberrations que subissent les femmes, la réalisatrice évite de tomber dans le piège de la confrontation, même en pointant du doigt la soumission de ses personnages et leur conformisme aveugle. « Il ne faut pas être dans la confrontation, sinon nous n'arriverons jamais à changer les choses. Ce sont les petites choses qu'il faut changer », a t-elle déclaré avant la projection de son film, à Dubaï.
Vers plus de tolérance
Signalons que la réalisatrice, qui vit à Bahreïn avec son mari et ses deux enfants, a raflé le prix du meilleur film au festival international du film de Dubaï (DIFF), lors de l'avant-première du film au Moyen-Orient, en décembre. Financé par de prestigieux fonds tels que Sundance Institute, Dubaï Film Connection pour la production, le fonds Injaz pour la post-production, et le géant Rotana en collaboration avec la boîte de production allemande Razor, le film a connu un succès immédiat et a participé à de nombreux festivals dans le monde. Dans un pays où la production cinématographique est inexistante, et où les salles de cinéma manquent cruellement, voir une femme diriger une équipe de cinéma dans les rues de la capitale, Ryad, relève du miracle. « L'expérience a été gratifiante mais difficile vu que les Saoudiens ne produisent pas de films. Nous avons été virés de certains quartiers conservateurs, mais il n'en reste pas moins que le pays progresse, sur beaucoup de niveaux». Selon la réalisatrice, les choses semblent évoluer et le simple fait de tourner un film dans la capitale est de bonne augure. N'oublions pas l'avancée historique annoncée il y a quelques mois par le roi saoudien Abdallah lui-même: Les femmes ont désormais le droit de vote, à partir de 2015, lors des élections municipales, seule élection qui a lieu dans le pays. Oui, mais à quand le droit de conduire ? Et d'acheter des vélos ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.