Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Missing
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2019

Où est passé le département des Affaires de la migration ? En fait, il a bel et bien disparu des radars. Le ministère délégué chargé des MRE et des Affaires de la migration a cédé la place, lors du dernier remaniement ministériel, au ministère délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger chargé des Marocains résidant à l'étranger et personne ne sait quoi que ce soit sur le sort réservé aux Affaires de la migration. Une situation des plus confuses d'autant que les décrets relatifs aux attributions et à l'organisation des nouveaux ministères n'ont pas encore été adoptés ni publiés au Bulletin officiel.
Pour plusieurs experts et observateurs, le flou total entoure cette disparition. En effet, personne ne sait si cette administration a été simplement et purement supprimée ou si elle sera rattachée à un autre département. « La situation n'est pas claire et plusieurs questions demeurent en suspens. En effet, on se demande si les Affaires de la migration seront rattachées à l'Intérieur ou s'il y aura création d'un Haut commissariat ou d'une agence spéciale comme il a été souhaité par plusieurs hauts fonctionnaires. Toutefois, ce scénario suscite un autre problème, à savoir celui de la gestion de la question migratoire dans toute sa globalité. Car si c'est effectivement le ministère de l'Intérieur qui gère partout à travers monde les questions afférentes aux étrangers, dans le cas du Maroc, et notamment avec la nouvelle politique de migration, ce rattachement ne peut se faire du jour au lendemain et pose des questions pratiques concernant la gestion de certains aspects de cette politique de migration comme la santé, l'emploi, l'éduction, la culture, entre autres», nous a indiqué Abdelkrim Belguendouz, professeur et chercheur dans le domaine des migrations et de la communauté marocaine à l'étranger. Et d'ajouter : «Cette suppression pose également la question des conventions signées avec des ONG et de la coopération internationale sans parler des enjeux que représente cette disparition au niveau international. En fait, la nouvelle politique migratoire et d'asile a eu des échos favorables au niveau national et international et a permis au Maroc d'occuper une place importante au niveau africain. On imagine mal que ce secteur n'ait plus de visibilité et encore moins qu'il soit supprimé ou abandonné ou tout simplement marginalisé».
Le volet «Marocains résidant à l'étranger» suscite aussi des interrogations chez ce spécialiste de la communauté marocaine à l'étranger. Il s'interroge sur l'étendue des pouvoirs et des compétences qui seront délégués à la nouvelle ministre et si ce département ne risque pas de subir le même sort que celui qu'il avait subi sous le mandat du Rafik Haddaoui, à savoir son rattachement au ministère des Affaires étrangères avant d'être disloqué. «Le dernier mandat d'Abdelkrim Benatik a été transitoire puisque ce dernier a tenu bon et a pu obtenir toutes les délégations sans que le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, n'entrave son action. Aujourd'hui, nous ne savons pas si la situation demeurera la même et si le ministre gardera les mêmes prérogatives», se demande-t-il. Et de poursuivre : «Il est vrai que Nezha El Ouafi, en tant que parlementaire, a fait certaines propositions concernant les MRE qui restent valables aujourd'hui. Mais, est-ce qu'elle va donner un contenu concret à ces propositions ou est-ce qu'elle va se contenter de poursuivre la politique de son prédécesseur, d'autant qu'il n'y aura pas de déclaration gouvernementale devant le Parlement, que son département a changé d'attributions et que son champ d'intervention a été divisé en deux ou simplement réduit ?».
Même au sein des fonctionnaires du département occupé aujourd'hui par Nezha El Ouafi, le flou est total. «L'appellation actuelle du ministère des Affaires étrangères et de notre département indique que le volet migration a disparu et même nous, nous ne savons rien du sort qui sera réservé à ce dossier. Il y a possibilité que notre département continue à gérer ce dossier provisoirement en attendant le décret relatif aux attributions et à l'organisation des nouveaux ministères. Il y a aussi la possibilité que le dossier de la migration soit rattaché à la Direction de la migration et de la surveillance des frontières.
Concernant le volet coopération, il est du ressort du ministère des Affaires étrangères. Bref, nous allons nous retrouver dans la situation d'avant 2013», nous a expliqué une source du département chargé des MRE sous le seau de l'anonymat qui pense néanmoins que le rattachement du dossier des MRE au ministère des Affaires étrangères est de bon augure vu les moyens dont dispose ce ministère de souveraineté (ambassades, consulats) et vu que ce rattachement peut être interprété comme la volonté de l'Etat de donner une plus grande impulsion à ses engagements envers les MRE.
S'agissant des fonctionnaires de l'administration chargée de la migration, notre source nous a précisé que le retrait de ce dossier ne signifie pas la fin de leur mission. Ces commis de l'Etat seront rattachés à d'autres structures du ministère. Idem pour les partenariats et les conventions signés avec les ONG. Notre source estime qu'il n'y aura pas de grand chamboulement puisque la situation sera gérée comme avant la création du département de la migration qui a joué le rôle d'interlocuteur unique alors qu'auparavant il y avait plusieurs points focaux (ministère de l'Emploi, de la Santé, de l'Intérieur, des Affaires étrangères…).
Cependant, notre source estime que la disparition de ce département demeure inconcevable vu le rôle important que ce secteur a joué en tant que levier politique et moyen d'action de la diplomatie nationale au cours des cinq dernières années, que ce soit au niveau de l'ONU ou de l'UA et qui a permis au Royaume de gagner en visibilité au niveau international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.