Le président portugais a envoyé un message au roi Mohammed VI    Covid-19: le Maroc toujours à la deuxième étape de propagation    Concours de médecine: plus de 80 centres d'examen mis à disposition    «Le sexisme n'est pas une fatalité»    Salé: la Brigade anti-gangs est intervenue à temps    Ligue de diamant : le meeting de Doha avancé au 25 septembre    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination ! (2e partie)    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Explosions au Liban: Macron attendu à Beyrouth    US Round Up du mercredi 5 août – Virgin Atlantic, Couple & Covid19, Neil Young, Beyrouth, Taiwan    Covid-19: une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages dans la région MENA    Ligue des Champions: voici le règlement des 8es    Football: le gardien de but Iker Casillas annonce sa retraite    La vidéo des vols de moutons à Casablanca fait un tapage en Inde    L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    120 MMDH seront injectés dans l'économie    Le ministère met les dernières touches au plan de relance économique    ONSSA: Franc succès pour l'opération Aid Adha    Mise à jour de la 19ème et 20ème journée de la Botola Pro D1: Le fauteuil de leader en jeu    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Vidéo : Ce ministre se lance dans un un tour de France à vélo en solo pour défier le coronavirus    US Open: pourquoi Nadal ne défendra pas son titre    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    Covid-19. Une deuxième vague s'attaquerait-elle aux jeunes ?    Innovation : Al Akhawayn partenaire du projet EM4FIT    Beyrouth: au moins 100 morts et plus de 4000 blessés (nouveau bilan)    4 nouveaux cas de Covid-19 dans un club de Ligue 1    Via agence ou mobile, Cash Plus simplifie l'ouverture d'un compte de paiement    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Missing
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2019

Où est passé le département des Affaires de la migration ? En fait, il a bel et bien disparu des radars. Le ministère délégué chargé des MRE et des Affaires de la migration a cédé la place, lors du dernier remaniement ministériel, au ministère délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger chargé des Marocains résidant à l'étranger et personne ne sait quoi que ce soit sur le sort réservé aux Affaires de la migration. Une situation des plus confuses d'autant que les décrets relatifs aux attributions et à l'organisation des nouveaux ministères n'ont pas encore été adoptés ni publiés au Bulletin officiel.
Pour plusieurs experts et observateurs, le flou total entoure cette disparition. En effet, personne ne sait si cette administration a été simplement et purement supprimée ou si elle sera rattachée à un autre département. « La situation n'est pas claire et plusieurs questions demeurent en suspens. En effet, on se demande si les Affaires de la migration seront rattachées à l'Intérieur ou s'il y aura création d'un Haut commissariat ou d'une agence spéciale comme il a été souhaité par plusieurs hauts fonctionnaires. Toutefois, ce scénario suscite un autre problème, à savoir celui de la gestion de la question migratoire dans toute sa globalité. Car si c'est effectivement le ministère de l'Intérieur qui gère partout à travers monde les questions afférentes aux étrangers, dans le cas du Maroc, et notamment avec la nouvelle politique de migration, ce rattachement ne peut se faire du jour au lendemain et pose des questions pratiques concernant la gestion de certains aspects de cette politique de migration comme la santé, l'emploi, l'éduction, la culture, entre autres», nous a indiqué Abdelkrim Belguendouz, professeur et chercheur dans le domaine des migrations et de la communauté marocaine à l'étranger. Et d'ajouter : «Cette suppression pose également la question des conventions signées avec des ONG et de la coopération internationale sans parler des enjeux que représente cette disparition au niveau international. En fait, la nouvelle politique migratoire et d'asile a eu des échos favorables au niveau national et international et a permis au Maroc d'occuper une place importante au niveau africain. On imagine mal que ce secteur n'ait plus de visibilité et encore moins qu'il soit supprimé ou abandonné ou tout simplement marginalisé».
Le volet «Marocains résidant à l'étranger» suscite aussi des interrogations chez ce spécialiste de la communauté marocaine à l'étranger. Il s'interroge sur l'étendue des pouvoirs et des compétences qui seront délégués à la nouvelle ministre et si ce département ne risque pas de subir le même sort que celui qu'il avait subi sous le mandat du Rafik Haddaoui, à savoir son rattachement au ministère des Affaires étrangères avant d'être disloqué. «Le dernier mandat d'Abdelkrim Benatik a été transitoire puisque ce dernier a tenu bon et a pu obtenir toutes les délégations sans que le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, n'entrave son action. Aujourd'hui, nous ne savons pas si la situation demeurera la même et si le ministre gardera les mêmes prérogatives», se demande-t-il. Et de poursuivre : «Il est vrai que Nezha El Ouafi, en tant que parlementaire, a fait certaines propositions concernant les MRE qui restent valables aujourd'hui. Mais, est-ce qu'elle va donner un contenu concret à ces propositions ou est-ce qu'elle va se contenter de poursuivre la politique de son prédécesseur, d'autant qu'il n'y aura pas de déclaration gouvernementale devant le Parlement, que son département a changé d'attributions et que son champ d'intervention a été divisé en deux ou simplement réduit ?».
Même au sein des fonctionnaires du département occupé aujourd'hui par Nezha El Ouafi, le flou est total. «L'appellation actuelle du ministère des Affaires étrangères et de notre département indique que le volet migration a disparu et même nous, nous ne savons rien du sort qui sera réservé à ce dossier. Il y a possibilité que notre département continue à gérer ce dossier provisoirement en attendant le décret relatif aux attributions et à l'organisation des nouveaux ministères. Il y a aussi la possibilité que le dossier de la migration soit rattaché à la Direction de la migration et de la surveillance des frontières.
Concernant le volet coopération, il est du ressort du ministère des Affaires étrangères. Bref, nous allons nous retrouver dans la situation d'avant 2013», nous a expliqué une source du département chargé des MRE sous le seau de l'anonymat qui pense néanmoins que le rattachement du dossier des MRE au ministère des Affaires étrangères est de bon augure vu les moyens dont dispose ce ministère de souveraineté (ambassades, consulats) et vu que ce rattachement peut être interprété comme la volonté de l'Etat de donner une plus grande impulsion à ses engagements envers les MRE.
S'agissant des fonctionnaires de l'administration chargée de la migration, notre source nous a précisé que le retrait de ce dossier ne signifie pas la fin de leur mission. Ces commis de l'Etat seront rattachés à d'autres structures du ministère. Idem pour les partenariats et les conventions signés avec les ONG. Notre source estime qu'il n'y aura pas de grand chamboulement puisque la situation sera gérée comme avant la création du département de la migration qui a joué le rôle d'interlocuteur unique alors qu'auparavant il y avait plusieurs points focaux (ministère de l'Emploi, de la Santé, de l'Intérieur, des Affaires étrangères…).
Cependant, notre source estime que la disparition de ce département demeure inconcevable vu le rôle important que ce secteur a joué en tant que levier politique et moyen d'action de la diplomatie nationale au cours des cinq dernières années, que ce soit au niveau de l'ONU ou de l'UA et qui a permis au Royaume de gagner en visibilité au niveau international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.