Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    Le grand bazar    Repli de l'IPPIEM hors raffinage de pétrole en avril    Ebranlés par la crise, les professionnels du tourisme dans l'expectative    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Un communiqué riche en enseignements    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !    Le cérémonial sahraoui du thé bousculé par le coronavirus    Le satisfecit de l'Université Mohammed V    L'Université Hassan II tient son premier festival culturel à distance    3673 demandes examinées par le CNP et 2928 cartes attribuées    Réunion à distance sur la création d'un centre culturel et gastronomique à Agadir    «Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Amélioration à tous les étages    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Al-Omrane: reprise progressif des chantiers à l'échelle régionale    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Les Etats-Unis s'embrasent    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois inventions des étudiants de l'EMSI pour lutter contre le coronavirus
Publié dans Libération le 03 - 04 - 2020

L'Ecole marocaine des sciences de l'ingénieur (EMSI) a annoncé que ses étudiants ont proposé trois inventions scientifiques médicales pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).
Intitulés "African Saviour", "Digital System Medical Respiratory" et "Moroccan electronic Perspection (MeP)", ces projets ont été choisis parmi les dix meilleures innovations au premier Hackathon virtuel Marocovid19, organisé par H&P et Lafactory en collaboration avec des universités marocaines et l'EMSI, indique l'école dans un communiqué.
Ainsi, "African Savirour" vise à déployer les drones pour pouvoir aider au dépistage des maladies notamment le coronavirus, fait savoir la même source, expliquant que le drone sera muni du matériel nécessaire pour assurer le prélèvement nasal qui, d'après un professeur marocain, est l'étape la plus dangereuse et où il y a le plus de risque de contamination, puisque le malade risque d'éternuer pendant ce processus, ce qui demande une protection maximale du corps médical.
"Nous voulons réduire ces risques pour pouvoir sauver les médecins et, qu'à leur tour, ils puissent sauver le maximum de personnes", a souligné Kamal Daissaoui, directeur général de l'EMSI, cité par le communiqué. "En parallèle, nous aurons une application mobile qui permettra la communication entre les médecins et les malades. Les patients pourront cocher les symptômes dont ils sont souffrants et remplir des données personnelles pour les envoyer au médecin, qui va trancher si la personne est dans le besoin de faire ce prélèvement ou pas", a-t-il expliqué. En outre, dès que le drone arrive chez le malade, l'application permet à ce dernier de pouvoir suivre, étape par étape, des consignes claires et précises pour mener à bien cette opération de prélèvement, a-t-il fait remarquer, précisant que le pack transporté par le drone comportera un gel hydro-alcoolique et des gants, qui sont à usage unique et dont il se débarrassera par la suite. Lors du retour, le drone n'aura à transporter que le prélèvement qui se trouvera dans un sachet stérilisé et devra passer par un point de désinfection.
Le deuxième projet "Digital System Medical Respiratory" (Système respiratoire digital et intelligent), qui a permis à l'école de répondre à un besoin mondial, est une innovation pertinente du digital dans le secteur des systèmes respiratoires, basée sur les objets connectés afin de communiquer l'état du patient au service concerné en vue d'éviter tout genre de contact direct pour assurer le suivi, en particulier la visualisation des données comme le débit, la pression et la fréquence. Il s'agit aussi d'un système d'alerte pour les situations critiques au sein de l'hôpital, de l'utilisation des matériaux en plastique certifié pour la conception des outils de l'appareil, d'une carte électronique pour assurer la gestion du système notamment la régulation de la pression afin de faciliter le contrôle à travers le réglage de débit et la pression du ventilateur, ainsi que des outils pour partager le même système avec plusieurs patients.
Pour ce qui est de "MeP", elle est "une application mobile sous forme d'une plateforme partageable qui permettra à un médecin de créer et valider des ordonnances afin qu'un patient puisse récupérer son médicament à la pharmacie" et éviter les contaminations via les ordonnances sur papier.
Ainsi, "la digitalisation de l'ordonnance médicale est devenue une nécessité au Maroc", ajoute le communiqué.
Cette digitalisation d'ordonnance se base sur une description d'un médecin et l'envoi pour achat à n'importe quelle pharmacie. Le patient sera identifié par un code QR pour récupérer des médicaments sans contact direct, surtout dans les pandémies et les situations critiques. L'application assure notamment la sécurité des données médicales, la traçabilité ainsi que l'historique des ordonnances pour le suivi du patient.
"Tout le corps professoral et les chercheurs de l'EMSI sont confinés pour dispenser des cours à distance aux étudiants et consacrent leur temps dans les laboratoires scientifiques de l'école afin de contribuer à trouver des idées scientifiques pour participer aux efforts déployés par l'Etat marocain en vue de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus en assurant les moyens nécessaires à l'amélioration des prestations sanitaires", a souligné Kamal Daissaoui.
"Les idées de nos étudiants, bientôt des projets incubés par la société Lafactory, sont à la disposition de la patrie pour contribuer aux efforts du Maroc pour enrayer la propagation de cette pandémie", a-t-il ajouté. Ce Hackathon est inédit pour offrir des solutions durables qui verront le jour durant cette période de crise afin de contrer certains axes de propagation de ce virus et un appel à tous pour penser à des solutions nouvelles et adaptées pour faire face à cette situation de crise sanitaire mondiale, sans précédent.
L'EMSI a lancé Covid'Challenge dans le cadre de la recherche de solutions innovantes répondant aux problématiques relatives à la crise sanitaire actuelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.