Compteur coronavirus : 102 cas testés positifs et 3 961 3941 personnes vaccinées    Lois électorales : Les contours incertains d'un second round qui s'annonce houleux à la Chambre des Conseillers    ANRT : Les Marocains accros aux télécommunications en pleine pandémie    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Comment réhabiliter le statut de la femme    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    «Je veux être ton égale en droit»    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Le Maroc élu à la vice-présidence    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Les femmes fortement impactées par la pandémie    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain
Publié dans Libération le 24 - 01 - 2021

L' Espagne, en tant que pays voisin du Maroc concerné par la question du Sahara du fait de son passé colonial, est appelée à interagir et à exprimer sa position dans le processus stratégique et de développement engagé au Maroc, en insufflant une nouvelle dynamique à ses relations avec le Royaume, à même de promouvoir le rapprochement entre les deux pays, a écrit jeudi notre confrère arabophone "Al-Ittihad Al-Ichtiraki".
L'auteur dont l'article a été relayé par la MAP, Talaa Saoud Al Atlassi, met en lumière les développements conséquents qui ont entraîné un nouveau tournant dans la question du Sahara marocain à la faveur de l'ouverture de représentations diplomatiques dans les provinces du Sud et les reconnaissances officielles éminentes qui consacrent la légitimité du droit marocain sur l'ensemble de son territoire, soulignant que ces avancées ont enclenché des mutations géostratégiques dans la région ayant permis au Maroc de disposer de nouvelles capacités d'influence, notamment avec la présence qualitative, dans la région et dans le processus de résolution du conflit, de l'administration américaine et de pays du Golfe. Talaa Saoud Al Atlassi a également fait remarquer que certaines parties du champ politique espagnol, réputées de droite, sont connues pour leur hostilité à l'égard du Maroc, laquelle est puisée dans le dogme du passé militaire, alors que d'autres, se revendiquant d'un courant de gauche, s'immiscent dans le conflit du Sahara marocain en parrainant le mouvement séparatiste du Polisario, ce qui freine le développement des relations hispano-marocaines, ajoutant que d'autres intervenants se placent dans une position de trêve, d'hésitation et de modération, ce qui marque la méfiance, réfléchie ou irréfléchie, qu'éprouvent l'élite et les acteurs du pouvoir en Espagne envers le Maroc
Il s'étonne, en outre, du déphasage entre les volets politique et économique dans les relations entre Rabat et Madrid, alors que plus de 1.000 entreprises espagnoles opèrent au Maroc, surpassant ainsi la France qui est le partenaire traditionnel du Royaume. A cet égard, l'auteur fait remarquer que l'Office statistique de l'Union européenne (Eurostat) a indiqué, en décembre 2019, que l'Espagne est le premier partenaire commercial du Maroc, que ce soit en termes d'importations ou d'exportations, et détient 33,5% de toutes les exportations européennes vers le Maroc, loin de la France ou encore l'Allemagne, à titre d'exemple, soulignant que ces données placent le Maroc en tant que première destination pour les investissements espagnols en Afrique, sans oublier les accords de pêche maroco-européens, dont le principal bénéficiaire est l'Espagne. Et de noter qu'au vu de toutes ces données, le gouvernement espagnol est appelé à tenir compte du privilège que le Maroc lui accorde, dans un contexte marqué par une concurrence féroce pour "l'espace marocain" de la part de plusieurs pays européens, en sus de la Chine et de la Turquie et, demain, celle de l'Amérique et du Japon. Si le gouvernement espagnol était plus attentif à sa position économique distinguée au Maroc, et interagissait avec les données marocaines qui attestent de la dynamique du processus de développement conduit par Sa Majesté le Roi Mohammed VI depuis deux décennies, l'Espagne aurait prétendu, grâce au Maroc, à un meilleur positionnement sur le continent africain qui est l'avenir commun des deux pays, et aurait été privilégiée au Sahara et dans la ville de Dakhla à l'administration US et n'aurait pas été offusquée par la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, écrit Talaa Saoud Al-Atlassi.
Après avoir noté que la politique étrangère espagnole doit être recadrée et réorientée, l'auteur a mentionné que la ministre espagnole des Affaires étrangères, Gonzalez Laya, avait souligné lors de la conférence des ambassadeurs espagnols, qu'"il est nécessaire de repenser les relations transatlantiques" qui réunissent l'Espagne et les Etats-Unis, ajoutant que "Trump a défié les règles du jeu aux niveaux national et international de diverses manières et a créé une situation d'incertitude". Dans ce contexte, Talaa Saoud Al Atlassi s'interroge: "Ne s'agit-il pas là d'un agacement de l'Espagne à l'égard des réalisations menées par le Maroc et d'une ingérence dans une relation bilatérale souveraine avec un pays tiers ?", en rappelant que la ministre n'était pas la seule à agir de la sorte, mais aussi le chef du parti "Podemos", Pablo Iglesias, membre du gouvernement espagnol. L'auteur a ensuite expliqué que la traduction politique de cette "situation d'incertitude", est une nouvelle situation géostratégique qui a convoqué la tenue de la conférence elle-même pour discuter des "programmes et initiatives visant à renforcer la présence de l'Espagne sur la scène internationale", selon le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, qui a souligné que "ce contrat doit être un contrat africain" avec une plus grande présence des entreprises espagnoles en Afrique, tout en renforçant davantage la coopération avec le Maroc sur la base d'une logique gagnant-gagnant", sans pour autant qu'il présente au Maroc des éléments rassurants lors de cette conférence au sujet de la question du conflit du Sahara, profitant des développements du dossier et de la région dans sa globalité. La ministre espagnole des Affaires étrangères avait précédemment déclaré à un journal espagnol, avant la conférence des ambassadeurs, que "ce qui est important maintenant, c'est que le Secrétaire général de l'ONU nomme un nouvel envoyé spécial au Sahara pour mener les efforts afin de parvenir à une solution acceptable par toutes les parties."
"Qui doit croire le Maroc, la ministre ou le chef du gouvernement ?", s'interroge encore l'auteur de l'article, estimant qu'il s'agit "d'une confusion dans les orientations espagnoles". L'Espagne devrait être consciente que le Maroc ne peut être uniquement bénéfique pour elle, au niveau des privilèges d'investissements, de lutte contre l'immigration clandestine et de lutte contre le terrorisme, parce que le Royaume veut que sa coopération avec l'Espagne soit mutuellement bénéfique, à travers l'ouverture de nouveaux horizons dans leurs relations bilatérales riches et prometteuses et aux leviers historique, géographique, politique et économique, au lieu que des parties politiques espagnoles profitent du principe "d'autodétermination", aux multi-facettes et aux applications vagues, mettant l'accent sur l'importance de privilégier la raison et l'intérêt historique pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain au profit du Maroc et de toute la région en général. "Il est inacceptable que celui qui profite du miel du Maroc, mette en colère le vendeur du miel", conclut l'auteur de l'article.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.