Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'Université Hassan II, ils sont dans l'expectative depuis janvier : Les étudiants de la Faculté de droit privés de leurs résultats d'examens
Publié dans Libération le 20 - 03 - 2012

La colère des étudiants de deuxième année de droit arabe (S3) ne semble pas émouvoir la direction de la Faculté des sciences économiques, juridiques et sociales Hassan II-Ain Chock qui reste indifférente face à leurs demandes maintes fois réitérées d'afficher les résultats des examens de la première session. Car malgré le sit-in organisé le 16 mars devant le siège de la Faculté et les va-et-vient quotidiens des étudiants, les notes refusent toujours de pointer le bout de leur nez. « On en a marre. Chaque jour, on a droit au même discours : vos résultats seront affichés demain ou au plus tard vers la fin de cette semaine. Mais rien ne semble venir et ça dure depuis plus d'un mois. Le hic, c'est que les autres étudiants des filières économiques et de droit (S1 et S5) ont déjà leurs notes. Je me demande pourquoi pas nous aussi ? », s'est interrogé Ahmed, étudiant en S3.
Selon lui, l'administration justifie ce retard par le fait que l'un des professeurs de cette filière tarde à déposer les notes de sa matière à cause d'un déplacement en France. Des propos largement démentis par le professeur en question qui a affirmé aux étudiants qu'il a déjà déposé ses notes auprès de l'administration. Qui dit vrai, qui dit faux ? Peu importe. L'essentiel pour ces étudiants est d'avoir leurs résultats surtout que les examens de rattrapage ne sont pas loin. « On a du mal à reprendre les cours et de nous concentrer sur nos études alors qu'on ne sait rien de nos notes de la première session », nous a précisé Said, un autre étudiant en S3. Même appréciation de son camarade de classe, Noureddine, qui estime qu'il est difficile de se concentrer alors que les dates de rattrapage avancent à pas de géant. « La Faculté a déjà avancé la date du 20 mars qu'elle a reportée au 27. Alors vous imaginez qu'on ne peut pas être capable de tenir bon dans ces conditions », a-t-il martelé. Pas le temps de dire plus, il va être coupé par un autre camarade de classe qui ne mâche pas ses mots. Selon lui, le problème de l'affichage des résultats ne concerne pas l'ensemble des étudiants de S3. Certains étudiants ont déjà leurs notes. « C'est le cas des étudiants qui ont leurs pistons au sein de l'administration ou celui des étudiants fonctionnaires », nous a-t-il confirmé avant d'ajouter : « On est contre le système des deux poids deux mesures. On veut l'égalité de traitement pour tous ».
Cet étudiant en colère a saisi l'occasion pour mettre en lumière l'indifférence et les manières grossières avec lesquelles l'administration traite les étudiants. « Dès le début, on a essayé à plusieurs reprises de contacter le doyen de la Faculté ou le secrétaire général, mais en vain. Les agents de sécurité nous empêchent d'avoir tout contact avec l'administration et si on arrive à franchir les portes, on doit patienter des heures sans résultats tangibles», nous a-t-il révélé.
Notre source ne s'arrête pas là. Elle estime que la Faculté fonctionne selon un système administratif bureaucratique lent et lourd. «Rien ne semble marcher. Les guichets sont désertés par les fonctionnaires et même s'ils sont présents, ils ne font rien. Pour avoir une information ou un document administratif, il faut gaspiller beaucoup de temps pour rien. Personnellement, pour avoir mon relevé de notes, j'ai dû attendre trois mois et je trouve cela affligeant », a-t-il déploré.
Des propos qui sonnent d'autant plus mal qu'à quelques encablures de cette Faculté, celle des sciences vit le même problème. En effet, les résultats de l'examen de rattrapage de certaines filières n'ont pas encore été affichés et le reste à l'encan. A croire que le ministre de tutelle, Lahcen Daoudi, vit sur une autre planète, lui qui, au lieu de s'atteler à la solution de ces dysfonctionnements, ne rêve que d'une chose : écorner davantage l'un des principes fondateurs pour lesquels des générations de militants ont lutté : l'unification. Après les systèmes français, espagnol, italien, américain et canadien, il veut nous mettre à l'heure allemande. Avec une rigueur et un laisser-aller qui n'ont rien de teuton puisqu'ils seront estampillés made in Morocco. Comme le sont actuellement toutes ces Facultés qui n'ont pas encore affiché les résultats d'examens qu'ils ont pourtant fait passer à leurs étudiants depuis un mois au moins, voire trois mois. Et dire qu'il veut faire de l'Université un lieu de formation des élites et rendre obligatoire l'assiduité au sein des campus. A se demander comment il fera admettre cela à ces élites actuellement en gestation et à qui on n'arrive même pas à communiquer les résultats en temps opportun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.