Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    Racisme : La haine en ligne sous examen après la diffusion du massacre de Buffalo sur Twitch    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Carthage : Le caftan marocain illumine la clôture du Festival international des Monodrames    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    Mali: les autorités affirment avoir mis en échec une tentative de putsch    Programme "Forsa": Plus de 150.000 dossiers de projets déposés (Ministre)    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Service militaire 2022 : début de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Netflix. Le premier film arabe suscite des remous
Publié dans L'observateur du Maroc le 26 - 01 - 2022

Diffusé le 20 janvier 2022, le remake du film italien Perfect strangers, suscite une large controverse et s'attire les foudres des internautes conservateurs et des médias égyptiens à cause des thématiques qu'il traite ouvertement (homosexualité, relation sexuelle avant mariage, infidélité dans le couple, ...). Plusieurs plaintes ont été déposées en Egypte pour interdire sa diffusion le jugeant immoral et contre les valeurs islamiques.
Réalisé par le libanais Wissam Smayra, le film met en scène des acteurs connus du Liban et d'Egypte (Mona Zaki, Eyad Nassar, Nadine Labaki, George Khabbaz et Fouad Yamin), les deux mastodontes de la pop culture arabe. Et il est le remake du célèbre film italien à succès, Perfect Strangers - dont la version française « Le Jeu », a déjà fait un carton sur la plateforme en ligne.
La première de Perfect Strangers أصحاب ... ولا أعز, le premier film arabe de Netflix au Bvlgari Yacht Club de Dubaï. 17 janvier 2022.
Le film raconte l'histoire de trois couples - deux Libanais et un Egyptien - qui se retrouvent pour un dîner arrosé. Au cours de la soirée, ils acceptent de se prêter à un jeu vicieux : mettre leur portable sur la table et partager chaque message ou appel avec l'ensemble du groupe. Dans un quasi huis-clos, les épouses découvrent que leur mari ont des maîtresses, les amis découvrent que l'un d'eux est homosexuel, ils découvrent aussi des trahisons, les maris des liaisons et un père n'est pas choqué lorsque sa fille mineure lui annonce qu'elle va coucher avec son petit ami...
L'actrice Mona Zaki dans la ligne de mire
Mona Zaki et Eyad Nassar dans Ashab Wala Aaz de Wissam Smayra.
Violemment critiquée sur la toile, Mona Zaki qui joue une femme prise entre une belle-mère qui la méprise et un mari qui ne la touche plus, semble avoir déçu plusieurs de ses fans. L'actrice égyptienne que l'on voit dans une des scènes enlever son slip et le mettre dans son sac (une scène rappelant étrangement celle de la sulfureuse Sharon Stone dans Basic Instinct) assume pleinement son rôle et déclare « ne pas croire en un cinéma chaste et un cinéma sale ». Mon « rôle dans Ashab Walla Aaz n'est pas plus osé que les autres personnages que j'ai déjà incarné par le passé, confie-t-elle. Je ne me suis jamais dénudée dans mes films, dit-t-elle sur sa page Facebook, je suis de nature quelqu'un de réservé ».
Profondément choqués par le rôle « osé » de l'actrice, plusieurs internautes interpellent son mari Ahmed Helmi, l'un des acteurs égyptiens les plus célèbres qui, lui, n'est pas au casting de Netflix. « Comment a-t-il pu autoriser sa femme à jouer ce rôle ? », peut-on lire sur un post. D'autres vont plus loin encore et lui demandent de la « répudier immédiatement ». La réponse de Ahmad Hilmi n'a pas tardé à venir. L'acteur qui soutient à 100% sa femme invite ses détracteurs à « aller se faire voir ».
« C'est un film courageux et original », rétorque sur Facebook Khaled Ali, grande figure de la gauche égyptienne. « Tout ce dont il parle existe bel et bien dans nos sociétés, n'en déplaise à ceux qui préfèrent l'ignorer, se taire ou attaquer ».
Le Syndicat des acteurs égyptiens dirigé par Ashraf Zaki a déclaré dans son communiqué qu'il n'accepterait aucun abus verbal, ni aucune forme de menaces contre un artiste égyptien en raison de son travail artistique, ajoutant qu'il soutiendrait Mona Zaki contre toute procédure engagée. « Défendre la liberté de création dans un Etat civil est un pilier essentiel de la conscience égyptienne que le syndicat protégera toujours », indique le communiqué du syndicat, soulignant son « souci de préserver les valeurs de la société égyptienne et d'aborder les questions sensibles par l'art ».
La célèbre actrice Ilham Chahine a également soutenu Mona Zaki. « C'est le meilleur rôle de Mona, a-t-elle déclaré, je ne trouve pas que c'est vulgaire ni choquant et le film décrit des personnages qui existent dans notre société, qu'on le veuille ou pas ».
"Interdire Netflix" en Egypte
L'acteur Fouad Yamin joue le rôle d'un homosexuel dans Ashab Wala Aaz.
Le film a fait l'objet de vives critiques en raison des idées et des scènes qu'il contient, que certains considèrent comme inappropriées pour la société égyptienne.
Scandalisé par les propos et les scènes du film, un avocat égyptien a saisi le ministère de la Culture et le service de la censure pour faire « interdire » un film qui, dit-il, « vise à briser les valeurs familiales ».
Pour sa part, le très zélé député Moustafa Bakri a réclamé une session extraordinaire du Parlement pour discuter du sujet. Le député assure qu'après avoir scruté chaque plan, il a trouvé « plus de vingt scènes pornographiques », dit-t-il - alors qu'aucune scène érotique, pas même un baiser, n'apparaît dans le film, que Netflix interdit aux moins de 16 ans pour son langage grossier.
Bakri, qui s'érige régulièrement en gardien des moeurs, réclame l'interdiction de Netflix en Egypte sur tous les plateaux des talk-shows les plus suivis du pays de 102 millions d'habitants. Il reproche au film de banaliser et de « défendre l'homosexualité dans une société orientale », et de montrer un père discuter avec sa fille de sa première relation sexuelle après la découverte de préservatifs dans son sac par sa mère », accuse Moustafa Bakri.
« Il y a une différence entre ne pas dénoncer un phénomène et l'encourager », estime le critique de cinéma réputé Tarek al-Chennaoui dans un pays où l'homosexualité n'est pas expressément prohibée mais où la répression des personnes LGBTQ+ s'est accrue ces dernières années.
Nadine Labaki et George Khabbaz, Ashab Wala Aaz (Parfaits étrangers)
Tarek al-Chennaoui estime que le cinéma égyptien n'a jamais été frileux. Il y a près de 20 ans, le public se ruait dans les salles pour voir le film de Ines Edighiddi « Sahr el-Layalii » (Nuits blanches en arabe), qui l'histoire de quatre couples qui se déchirent après un dîner entre amis avec, au menu, impuissance masculine, adultère et écarts entre classes sociales.
Plusieurs films égyptiens, dont « L'Immeuble Yacoubian » (avec Adil Imam), adapté du roman d'Alaa Al-Aswani, ont déjà traité de l'homosexualité de manière explicite. Et comble de l'ironie, en 2016, le prix du meilleur scénario au Festival du film du Caire était décerné à « Perfect Strangers ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.