Selon « Enjeux stratégiques », la communauté mondiale condamne fermement l'enrôlement d'enfants soldats par le polisario    Témara : Coup d'envoi d'un projet sur le renforcement des capacités des femmes    CAN. Lions de l'Atlas: Bounou de retour, Fajr et Hakimi toujours absents    Coronavirus/Maroc : 88 nouveaux cas admis en REA en 24H    Le Maroc réitère sa solidarité totale avec les Emirats Arabes Unis suite à l'attaque des Houthis contre Abou Dhabi    Climat : Des jeunes leaders marocains à l'honneur dans le cadre d'une campagne lancée par l'ONU    Mali: Un militaire français tué dans une attaque contre un camp de l'opération Barkhane à Gao    Essaouira : Le programme complémentaire de réhabilitation de Mogador, objet d'une visite ministérielle    Crise ukrainienne : Evacuation des familles du personnel de l'ambassade US en Ukraine    Images animées : Après 35 ans de gloire, le GIF est ringardisé    Italie: Berlusconi renonce à briguer la présidence    Alger au fond de l'isolement!    Cameroun: Au moins 16 morts dans un incendie "accidentel" dans une discothèque de Yaoundé    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Omicron : Voici la partie du corps où le variant frappe en premier    Le Maroc, premier pays de destination de l'émigration française en Afrique    Eliminatoires Mondial Costa Rica : Les sélections féminines marocaine et sénégalaise font match nul    Club des Avocats au Maroc : Plainte déposée contre Hafid Derradji    Tayeb Hamdi : Le sous variant BA.2 d'Omicron nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Covid: Record quotidien d'infections en Russie pour le troisième jour consécutif    Le lac Aguelmam Azegza près de Khénifra accueille la 5e édition du «Ice Swim in Morocco»    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Températures prévues pour le lundi 24 janvier 2022    Casablanca : Le centre de santé Oum Keltoum-Al Walaa inauguré    Remontada spectaculaire des Rojiblancos face à Valence    BAM: Les indicateurs hebdomadaires en 5 points clés    Halilhodžić : le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50    CAN 2021 : 12 cas positifs au Covid-19 dans la sélection des Comores    Covid-19: Pékin dépiste un quartier entier, à deux semaines des JO-2022    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Togo. La charte des partis politiques change    Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Sahara. Guterres: « Il est dans l'intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes ce différend »    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La législation du cannabis au Maroc : Bonne ou mauvaise nouvelle pour l'environnement ?
Publié dans L'opinion le 29 - 03 - 2021

Les impacts néfastes de la culture du cannabis sur la biodiversité et les ressources naturelles au Maroc ont été au cœur des discussions lors d'un webinaire organisé jeudi dernier par la société civile environnementale.
Alors que le gouvernement marocain a récemment adopté le projet de loi n°13.21 sur les usages licites du cannabis, fleurissent sur la scène nationale plusieurs débats sur le potentiel que pourrait offrir la culture de cette plante « magique ». Cependant, malgré tout le potentiel d'une valorisation économique du cannabis à travers des applications industrielles, thérapeutiques et cosmétiques, s'ajoutent aux dégâts sur la santé publique que peut engendrer une consommation récréative de la plante, des impacts néfastes sur l'environnement et sur la biodiversité. Cette dimension environnementale de la culture du cannabis au Maroc a été au cœur des débats lors d'un webinaire organisé jeudi dernier, à l'initiative de l'Alliance Marocaine pour le Climat et le Développement Durable (AMCDD), en collaboration avec l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Dans le tour de table : des scientifiques, des universitaires, des écologistes, mais également des personnes issues du terrain qui côtoient au plus près les réalités de la culture du cannabis au Maroc.
Une plante historiquement durable
Lors de son intervention, l'ancien directeur du programme « Introduction et développement des cultures alternatives dans le Rif » et écologiste de formation, Karim Anegay, a souligné que les appellations « sativa » et « indica » qui sont utilisées pour faire la différence entre le chanvre et le cannabis désignent en réalité une seule et même plante. « Ce n'est pas des espèces différentes, mais de variétés différentes. Elles le sont d'un endroit à l'autre dans le monde parce qu'elles ont été sélectionnées pour différents usages et cultivées dans des conditions différentes », a précisé l'écologiste. Avant d'évoquer les impacts négatifs de la culture du chanvre au Maroc, Karim Anegay a résumé l'histoire du cannabis dans le monde en soulignant que la plante avait permis plusieurs utilisations (papier, tissus, cordages...) qui ont largement prouvé la résistance et la qualité des dérivés du chanvre. « Jusqu'au 19ème siècle, le cannabis était la plante à tout faire. Elle était à l'époque dans le développement durable par défaut », a expliqué M. Anegay en précisant que l'abandon de la culture du cannabis s'est fait pour privilégier d'autres ressources comme le coton, le plastique ou la cellulose.
Une culture qui a muté
Mohamed Fakhaoui, directeur de l'Institut Scientifique de Rabat (IS), a, pour sa part, expliqué que « le cannabis marocain actuel ne ressemble plus à celui d'il y a 50 ans, parce que les cultivateurs ne sélectionnent plus les semences. On assiste à une contamination des cultures par de nouvelles variétés qui remplacent peu à peu la variété autochtone qui, pour sa part, doit être considérée comme un patrimoine national ». Privilégier la souche locale du cannabis est d'autant plus important que celle-ci est connue pour sa résistance, pour son taux faible de THC (molécule psycho active du cannabis) et surtout pour sa faible consommation des ressources hydriques. « Il reste beaucoup à faire pour améliorer l'état des connaissances relatif à la variété autochtone qui a le meilleur potentiel de valorisation médicinal », a par ailleurs signalé le directeur de l'IS. «La culture du cannabis est passée d'une fertilisation ancienne et organique à une fertilisation chimique très accélérée », a poursuivi Mohamed Fakhaoui appelant à « créer un programme de développement durable qui inclut le cannabis, qui accepte la culture illicite existante, avec pour objectif de préparer les cultivateurs aux futurs marchés réglementés ».
Les bonnes pratiques à mettre en place
« Il y a 20 ans, quand j'étais directeur du projet « Cultures alternatives » dans le Rif, nous avions fait un exercice de calcul du prix de rendement des différentes cultures, et nous avions constaté que les cultivateurs arrivent à un rendement du cannabis qui est, parfois, 5 fois supérieur aux cultures méditerranéennes (céréales, vigne, olivier, amandier, figuier) », a confié Karim Anegay. Il s'est donc pas surprenant que l'aspect illégal du cannabis ait poussé les cultivateurs à installer les cultures dans les forêts, au sein d'habitats naturels fragiles en ayant recours à des défrichages sauvages et à des abattages clandestins d'arbres vénérables. Les participants au webinaire s'accordent cependant sur la possibilité de renverser cette tendance grâce à la dynamique de légalisation manifestement engagée par l'Etat, surtout si ce changement de politique, qui exclut les usages récréatifs, intègre des programmes pilotes qui permettent de mettre en place les bonnes pratiques pour lutter contre l'érosion, encourager le reboisement, rationaliser l'irrigation et préserver la souche locale de cannabis. Autrement, ça sera kif-kif pour la biodiversité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.