Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Journée mondiale du lion : Le destin incertain de l'emblématique lion de l'Atlas
Publié dans L'opinion le 11 - 08 - 2021

Bien que le Maroc continue à héberger la plus grande population captive de lions de l'Atlas, l'espoir de réintroduire cette espèce dans la Nature s'est éteint à jamais.
Au Maroc, parmi les sept espèces de félins qui vivaient dans les divers écosystèmes du Royaume au début du siècle dernier, au moins 4 survivent -tant bien que mal- à l'état sauvage : le caracal, le serval, le chat des sables et le chat ganté. Tous jouent un rôle écologique irremplaçable.
Si l'emblématique lion de l'Atlas n'existe plus dans la Nature depuis le début du siècle dernier, notre pays continue à en héberger la plus grande population (captive) au Monde, dans le jardin zoologique de Rabat, dont un a quitté, l'année dernière, le territoire marocain pour s'installer définitivement à Paris «dans le cadre d'un partenariat international». Si le Lion de l'Atlas en tant que sous-espèce du lion africain continue de fasciner encore aujourd'hui, il n'en demeure pas moins définitivement éteint à l'état sauvage.
Récit d'une disparition
« Alors que cet animal était très abondant dans l'Antiquité et qu'il peuplait de nombreuses régions du Maroc jusqu'au XIXème siècle, il se réfugia d'abord dans les zones montagneuses boisées et la frange nord-saharienne. Rapidement décimé par les chasseurs européens, il a survécu jusqu'aux années 20 dans le Moyen Atlas, un dernier individu étant encore signalé en 1930. Jusque vers 1939, des animaux se sont maintenus près des points d'eau en limite Nord du Sahara. Dans le Haut Atlas, la dernière observation remonte à 1942 : un animal abattu près du Tizi n'Tichka ; mais l'espèce s'est probablement éteinte, comme en Algérie, dans les années cinquante, voire au-delà », précisent les auteurs du livre « Mammifères sauvages du Maroc » publié en 2017 par la Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères.
Le Maroc continue aujourd'hui à héberger la plus grande population captive de lions de l'Atlas (22 individus, selon le site du Jardin zoologique de Rabat), grâce notamment au rôle qu'a joué la ménagerie royale qui hébergeait plusieurs lions jusqu'à la fin des années 60.
Le rôle de la fauverie royale
« Les chefs de diverses tribus offraient régulièrement au Sultan du Maroc des lions et des lionceaux de l'Atlas qu'ils capturaient dans la Nature. Ces offrandes, qui constituaient des symboles d'allégeance, se retrouvaient dans une fauverie du palais royal où vivaient également d'autres animaux offerts par des chefs d'Etat africains », raconte Dr Brahim Haddane, président du comité marocain de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature et ancien directeur du Zoo de Témara.
« Au début des années 70, il a été décidé de déménager la fauverie à Guich Loudaya et c'est autour de ce noyau que s'est petit à petit constitué l'ancien zoo de Témara. C'est de cette population que descendent actuellement les lions qui vivent dans le jardin zoologique de Rabat », précise Dr Haddane. Avec l'implication de plusieurs scientifiques américains, français, anglais et marocains, les derniers lions de l'Atlas ont peu à peu commencé à faire l'objet d'études et de sélection afin de favoriser le maintien d'une certaine « pureté de l'espèce ».
À la recherche du « vrai lion de l'Atlas »
« Comme la fauverie où se sont maintenus les lions de l'Atlas hébergeait également des lions d'Afrique, il y a eu malheureusement des croisements qui ont engendré des individus hybrides », explique l'ancien directeur du Zoo de Témara. « Nous avons travaillé sur plusieurs années pour sélectionner les individus qui étaient les plus purs génétiquement pour donner la chance à la sous-espèce marocaine de se maintenir et de garder ses spécificités génétiques et morphologiques », poursuit Dr Haddane.
« Les lions de l'Atlas intéressaient énormément les scientifiques, car l'objectif ultime n'était pas uniquement de les multiplier, mais de reconstruire une population génétiquement saine et viable pour tenter un jour de les réintroduire dans la Nature », souligne le vétérinaire. Cet espoir n'a malheureusement pas pu être concrétisé. Même si le Royaume comptait jusqu'au début des années 2000 un ambitieux projet de réintroduction du lion de l'Atlas dans la région d'Azilal, ce programme a fini par être abandonné et, par là même, ont été définitivement enterrées les chances de rendre un jour leurs lions à nos montagnes. (Voir interview)

Oussama ABAOUSS
L'info...Graphie
3 questions au Dr Brahim Haddane, expert en biodiversité
« Nous allions procéder vers 2020 à la réintroduction d'un couple de lions de l'Atlas »

Dr Brahim Haddane, président du comité marocain de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature et ancien directeur du Zoo de Témara, a répondu à nos questions.
- Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur l'ancien projet de réintroduction du Lion de l'Atlas ?

- C'était un projet qui avait vu le jour dans les années 90 et qui devait prendre au moins deux décennies avant d'aboutir. Nous avions commencé à sélectionner quelques lions de l'Atlas dans le zoo de Témara et l'idée était de préparer une réintroduction dans une zone de 10.000 hectares située dans la région d'Azilal où nous suspections d'ailleurs une présence du Léopard de l'Atlas. Cette zone, nichée entre deux versants, était traversée par un cours d'eau et était située au coeur d'une réserve de 100.000 hectares.
L'objectif était de clôturer cet écosystème et d'y reconstituer une faune marocaine typique grâce notamment à des relâcher de cerfs de berbérie et de mouflons. Le programme établit à l'époque prévoyait qu'une fois cette biodiversité consolidée, nous allions procéder vers 2020 à la réintroduction d'un couple, voire de deux couples de lions de l'Atlas, dans cet habitat.
- La réalisation de ce projet était-elle, selon vous, possible ?
- Absolument. C'était évidemment un travail de longue haleine, mais nous avions à l'époque un habitat sauvage adéquat où ne vivait quasiment aucun humain. Nous avions également des bailleurs de fonds et des scientifiques qui étaient partants avec nous. Enfin, nous avions l'appui des autorités locales qui étaient intéressées par le potentiel de valorisation écotouristique de ce projet.
- Pensez-vous que ce projet puisse encore être réalisable aujourd'hui ?
- Malheureusement, le Maroc a définitivement raté l'opportunité de réintroduire le Lion de l'Atlas, qui est pourtant notre emblème national .Aujourd'hui, les conditions favorables à une réintroduction n'existent plus.

Recueillis par O. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.