Le besoin de financement brut moyen par mois à 13,4 MMDH au S2    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Gaza: Le bilan des frappes israéliennes monte à 44 morts dont 15 enfants    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Les Britanniques reviennent à l'argent liquide pour mieux gérer leurs dépenses    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Observatoire Marocain de la TPME : Le tissu entrepreneurial dans la région Casablanca-Settat sous la loupe
Publié dans L'opinion le 02 - 04 - 2022

L'Observatoire Marocain de la TPME (Très Petite et Moyenne Entreprises) vient de rendre publique une étude sur le tissu entrepreneurial dans la région Casablanca-Settat. Eclairage.
Etablie sur la base de données arrêtées à fin 2019 et fin 2020 pour l'emploi, l'étude montre que cette région concentrait, au terme de ces deux années, près de 30,7% du total des entreprises déclarées, au niveau régional, à la DGI (Direction Générale des Impôts) ou à la CNSS (Caisse Nationale de Sécurité Sociale) ou à l'OMPIC (Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale), soit 175.653 entreprises actives dont 87,6% sont des micro-entreprises ayant un chiffre d'affaires individuel inférieur à 3 millions de dirhams.
Par ailleurs, 78% des entreprises de cette région sont concentrées dans la préfecture de Casablanca. Au niveau sectoriel, plus de 48% des entreprises opéraient, en 2019, dans le commerce et la construction.
L'étude de l'Observatoire des TPME fait ressortir ainsi que 33,3% des entreprises opérant dans la région de Casablanca-Settat relèvent de la section d'activité « Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles », suivie de celles de la « Construction », des « Activités spécialisées, scientifiques et techniques » et de l' « Industrie manufacturière » avec respectivement 15%, 11,1% et 7,7%.
Par branche d'activités, certaines sous-branches concentrent un nombre d'entreprises actives important, dont la section « Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles » qui comptait, à fin 2020, 56.185 entreprises.
Par catégorises d'entreprises, l'étude fait ressortir, en 2019, la prépondérance des micro-entreprises ayant un chiffre d'affaires (CA) compris entre 0 et 1 million de dirhams, constituant ainsi 78% de l'effectif total de ces entreprises. Cette proportion est limitée à 9,6% pour les entreprises dont le CA est compris entre 1 et 3 millions de dirhams.
Les moyennes et grandes entreprises, quant à elles, n'ont représenté que 1% et 0,5% respectivement de ce total.
Autre résultat de l'étude : la répartition des entreprises actives à Casablanca-Settat selon leurs formes juridiques montre la prépondérance des SARL (Sociétés à Responsabilité Limitée) avec une part de 39,8% dans l'effectif total.
Faible création des entreprises en 2019 par rapport à 2018

Citant le baromètre de l'OMPIC, l'étude montre que 94.966 entreprises ont été créées en 2019, soit une hausse de 2,2% contre 16,8% en 2018. Dans ce chiffre (94.966), 14.142 entreprises Personnes Morales (PM) ont vu le jour dans la région de Casablanca-Settat. 85,2% des créations de ces entreprises ont été enregistrées au niveau de la préfecture de Casablanca en 2019. Elle est suivie de la préfecture de Mohammedia et de la province d'El Jadida avec des parts respectives de 5,7% et 3,1%.
Par secteur d'activité, 65,3% des créations ont été créés dans trois secteurs : le « commerce ; réparation d'automobiles et de motocycle », la « construction » et les « activités spécialisés, scientifiques et techniques », avec des pertes respectives de 33,6%, 19% et 12,7%.
Ladite étude fait remarquer, par ailleurs, que 2379 entreprises étaient en cours de dissolution au terme de l'année 2019 au niveau de la région Casablanca-Settat.
La ventilation provinciale de ces dissolutions révèle la prédominance de la préfecture de Casablanca qui recense, à elle-seule, 87% du total.
L'étude souligne aussi que trois secteurs totalisent une part de 67,4% de ces dissolutions anticipées. Le « Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycle » détient la plus grande part avec 36%.
Par classe d'âge des dissolutions anticipées des PM, l'étude montre la prédominance des entreprises dont l'âge est compris entre 2 et 5 ans avec une part de 35,7%, suivies des entreprises dont l'âge est compris entre 5 et 10 ans avec une part de 28,7%.
Les EPMA (Entreprises Personnes Morales) et les EPPA (Entreprises Physiques Actives) de la région Casablanca-Settat ont généré un CA totalisant près de 1042 milliards de dirhams au titre de l'exercice 2019, dont une part de 33,1% générée par les TPME et 66,9% par les Grandes entreprises (GE), relève-t-on de même source. Et d'ajouter que près de 92% du CA de ces entreprises est généré par la préfecture de Casablanca, suivie par la préfecture de Mohammedia (2,6%).
Plus de 60% de l'effectif déclaré à la CNSS sont employés par les TPME

L'étude de l'OMTPME montre, d'autre part, que la préfecture de Casablanca a concentré 88,4% des effectifs déclarés en 2020, en baisse de 0,4 point par rapport à 2019. A l'inverse, la province de Settat a vu sa part augmenter de 0,3 point sur la même période pour s'établir à 1,2% en 2020. Sachant que cette étude concerne 89.320 entreprises affiliées à la CNSS en 2020 ayant déclaré au total 1.496.582 employés, contre 85.096 entreprises et 1.542.130 employés en 2019.
Il en découle que les « Activités de services administratifs et de soutien » sont le premier pourvoyeur de l'emploi avec une part de 21%, et 84,1% des entreprises de la région comptent un effectif ne dépassant pas 10 salariés.
L'étude de l'Observatoire montre aussi que les TPME employaient plus de 63% de l'effectif déclaré à la CNSS, contre 73,1% à l'échelle nationale. Là aussi, plus de 88% de ces emplois étaient concentrés au niveau de la préfecture de Casablanca.
Cette analyse révèle également que les TPME dont l'ancienneté est supérieure à 5 ans ont occupé, en 2020, 54,7% du total des emplois déclarés, en baisse de 1,1 point par rapport à 2019. Cette proportion est de 36,4% pour les GE, avec une baisse de 0,5 point.
Elle montre en outre que la masse salariale globale de la région Casablanca-Settat s'élève à 84,5 milliards de dirhams. 39,6% de cette masse est comptabilisée par les entreprises employant un effectif supérieur à 500 salariés. Toujours est-il que le commerce et l'industrie manufacturière drainent près de 35,4% de cette masse de Casablanca-Settat.
Lourd impact de la Covid sur le nombre d'entreprises affiliées à la CNSS

Les données de la CNSS montrent que la crise du Covid-19 a provoqué, en 2020, une baisse de 48,1% du nombre des entreprises affiliées à la CNSS ainsi qu'une régression des emplois déclarés de 33,4%, contre respectivement 48,3% et 35,4% au niveau national.
Heureusement, l'assouplissement des règles sanitaires en juillet 2020 a eu un impact immédiat à la fois sur le nombre d'entreprises affiliées et sur les déclarations des emplois de Casablanca-Settat, qui ont retrouvé des niveaux quasi-similaires à ceux de juillet 2019, hormis les entreprises opérant dans les secteurs de l' « Hébergement et restauration » dont les actes d'affiliation ont chuté de 7,7%.
A. CHANNAJE


33,4% des entreprises sont SARL

L'OMTPME a dévoilé, en octobre 2021, son rapport annuel pour la période 2019-2020.
Deuxième du genre (après celui relatif à l'année 2018), le rapport révèle des chiffres et statistiques fort intéressants sur les structures choisies, les formes juridiques adoptées, les types de sociétés prédominants, ainsi que leurs répartitions géographiques et sectorielles.
Dans ce cadre, l'on apprend notamment qu'au titre de l'année 2019, l'Observatoire a recensé un effectif de 571.989 entreprises (nombre calculé à partir de la base consolidée constituée des données fournies par la DGI, la CNSS et l'OMPIC) ; 303.013 entreprises sont des personnes morales actives (EPMA), soit 53% de l'effectif global ; et 268.976 sont des entreprises personnes physiques actives (EPPA), soit 47% de l'effectif global ; et 33,4% des entreprises sont des sociétés à responsabilité limitée (SARL).

Repères
Personne morale
Les personnes morales regroupent plusieurs entités et formes d'entreprises. On y retrouve notamment les sociétés. Par définition, on les distingue des personnes physiques (hommes ou femmes) car elles n'ont pas d'existence matérielle. Elles sont généralement représentées par un dirigeant qui assume les fonctions de représentant légal.

Entreprise individuelle
L'entreprise individuelle est une entreprise exploitée en nom personnel, c'est-à-dire directement par une personne physique, seul maître au bord. L'entreprise individuelle est donc définie comme étant une entreprise exploitée par une personne physique dont l'objet est d'exercer une profession libérale ou activité économique.
Par ailleurs, l'entreprise individuelle est une entité économique qui correspond souvent à une certaine dimension de l'entreprise, c'est en effet le cas des petites entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires et un bénéfice modeste.

SARL
La SARL est une société à responsabilité limitée, il s'agit d'une forme de société commerciale qui permet aux associés de limiter leur responsabilité au montant de leurs apports.
Une SARL doit être constituée par au moins 2 associés, qui peuvent être des personnes physiques ou des personnes morales. Le capital social est obligatoire mais aucun minimum n'est fixé par la loi. Il est réparti en parts sociales entre les associés, en proportion de leurs apports.
Pour créer une SARL, il est nécessaire de rédiger des statuts et d'accomplir toutes les démarches d'immatriculation. Quasiment toutes les activités peuvent être exercées en SARL (sauf quelques rares exceptions prévues par la loi), à condition qu'elles soient licites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.