Maroc : La mise en œuvre des recommandations la Cour des comptes suivie grâce à une plateforme    Covid-19 : Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective    France : Borne entretient le suspense    Agadir : évaluation de la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    ONU: la Marocaine Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Botola Pro D1: le Wydad sacré champion du Maroc 2022    Grand prix de Tunis de para-athlétisme : Le Maroc totalise 11 médailles, dont 6 en or    Egtpte : Zamalek annonce le départ de Bencharki    « Art à Porter » à la galerie Marsam    «Sahran Lil» en collaboration avec Universal Music MENA    Le Festival de Fès de la Culture Soufie de retour en présentiel    Ateliers / Rabat : Modalités de fixation du prix de vente des médicaments    Bonne gouvernance et gestion locale : la nouvelle méthode Laftit    Mohamed Benchaâboun : « Le Maroc restera engagé pour la réalisation des objectifs conjoints de la TICAD »    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce mercredi 29 juin    Anfa Park / Casablanca : Le programme du Jazzablanca Festival dévoilé    Détresse lors d'une veillée pour les migrants retrouvés morts dans un camion au Texas    Nouvelle vague de Covid-19: Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective (Tayeb Himdi)    Immigration illégale. Pedro Sanchez appelle au soutien du Maroc    L'état d'aménagement du littoral: ce qu'en pensent les Marocains (Sondage)    L'ACAPS tient sa masterclass à Casablanca (VIDEO)    Drame de Melilla : L'AMDH réclame des autopsies    Migration illégale: Pedro Sanchez appelle à aider le Maroc à faire face aux mafias    Variole du singe : plus de 3.400 cas confirmés dans le monde (OMS)    Les précisions de Chakib Benmoussa    Le sommet de Madrid organisé par l'Otan confirme une position unique antirusse    Futsal : La sélection nationale marocaine intègre le Top 10 mondial    Prix à la pompe : La barre des 16 dh pour le diesel et 18 dh l'essence bientôt franchie    Finance durable : l'AMMC et l'IFC signent un nouvel accord    Quand Kenza Hamoumi allie le végétal à la féminité dans ses toiles    Renault express fête sa 1ère année de commercialisation avec plus de 10 000 unités vendues au Maroc    OTAN: Biden annonce le renforcement des capacités militaires américaines en Europe    L'ONU alerte sur la recrudescence des violations des droits des enfants dans les zones de conflit    La chanteuse égyptienne Sherine est-elle en froid avec Saad Lamjarred ? (PHOTO)    Mustapha Hadji poursuit Vahid Halilhodzic pour diffamation    UE : Les 27 actent la fin du moteur thermique en 2035    Conseil de gouvernement: Positif au Covid-19, Baitas n'animera pas le point de presse    Europa Press : Assaut de Melilla, « Sánchez confirme des décès dans la police marocaine »    Coopération sécuritaire : Pourquoi le Maroc est de plus en plus sollicité ?    FORSA, bilan d'étape avec Fatim-Zahra Ammor (VIDEO)    Météo: les prévisions du mercredi 29 juin    Tétouan : un officier de police en garde à vue pour extorsion et corruption    JM Oran 2022 : Elliot Benchetrit file en quarts de finale    Ecriture et infini : La mystique en littérature pour l'amour de soi et de l'autre    Correspondances : Jalil Bennani et Roland Gori font le pari du Sud    Ouahbi: Le gouvernement engagé à parachever les importants chantiers issus de la réforme constitutionnelle    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.294 blessés en périmètre urbain en une semaine    Football U18 : Le Maroc bat l'Algérie aux Jeux méditerranéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Littérature tunisienne : La clause paternelle ou la rupture atavique
Publié dans L'opinion le 18 - 05 - 2022

Dans son nouveau roman intitulé, La clause paternelle, Prix Médicis étranger 2021, Jonas Hassen Khemiri parle des relations filiales dans une famille multiculturelle. De prime abord, l'auteur - de père tunisien et de mère suédoise, talentueux et universel - présente les personnages sans les nommer.
Cet effacement patronymique montre qu'une identité même en se diluant garde certains atavismes. Ainsi le roman se déroule sous forme de portraits croisés où le grand père venu d'un pays étranger est passé au crible par son fils qui est lui-même père de deux enfants en bas âge. Ce fils qui est en congé parental donne l'impression qu'il est débordé par les tâches quotidiennes d'un homme au foyer. Sa femme qui subvient aux besoins de la petite famille prend de plus en plus l'ascendant sur son mari. Mais le fils au-delà de ces petits tracas, c'est sa relation avec son propre père qui lui pose problème. Il considère son géniteur comme un lourd fardeau. Et, là se pose la question de la prise en charge des aînés dans les sociétés modernes.
A bien y regarder, le père venu d'un pays étranger, jamais nommé, n'habite pas en Suède depuis sa retraite, il n'y revient que deux fois par an et pour des séjours courts, le temps de se soigner et de régler certains problèmes administratifs. Le fils n'en peut plus de s'occuper de la paperasse du père. Tout ça, renvoie à ce qu'on appelle : « La fracture numérique » dont sont victimes les anciennes générations ayant vécu avant l'essor d'internet.
Au fil des pages, le fils considère son père comme son troisième enfant, une charge de plus pour lui rétrécir son champ d'action. Pour s'en sortir, le fils compense ses déboires professionnels et filiaux par l'obsession de tout maîtriser en passant par l'utilisation d'internet à outrance. Cette sophistication de la vie moderne devient loufoque sous la plume de Khemiri et sonne comme une critique acerbe du citoyen-consommateur qui devient esclave des forums et des influenceurs qui sévissent sur les réseaux sociaux. Ces directeurs de conscience ont pris le pouvoir sur certains cerveaux.
Le père a aussi une fille qui travaille comme avocate défendant les femmes victimes des maltraitances machistes. Sa vie aussi est très compliquée car son fils aîné enlevé par son ex-mari lui donne du fil à retordre en lui tournant le dos. Au moment de retourner dans son pays d'origine, le père se rend compte du chemin à parcourir pour retrouver une relation apaisée avec ses enfants surtout depuis qu'il a rencontré ses petits- enfants.
Slimane AIT SIDHOUM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.