Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Installation du nouveau premier président de la Cour d'appel de Rabat    Bank Al-Maghrib: Légère hausse du résultat net en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Message de félicitations de SM le Roi au champion olympique Soufiane El Bakkali    Covid-19 : Nouvelles mesures restrictives à partir de mardi    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Fès : l'USMBA accueille le premier Hackathon "Serious Games"    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Virus : face à la pénurie d'oxygène, l'Algérie lance un appel à la diaspora et à la société civile    RDC : 33 morts dans la collision d'un camion et un bus    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    JO 2020. Abdelati El Guesse et Nabil Oussama éliminés en demi-finales du 800 m    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Journée internationale de la lutte contre la violence à l'encontre des femmes
Un long chemin reste à parcourir... Les jeunes femmes représentent 76% des cas recensés
Publié dans L'opinion le 25 - 11 - 2011

La date commémorative de la journée internationale de lutte contre la violence à l'égard des femmes pourrait passer inaperçue cette année, vu l'événement des législatives 2011. Cependant, il faut dire que la société civile, particulièrement les organisations qui œuvrent pour la promotion des femmes et la lutte contre toute forme de discrimination à l'égard des femmes, ne pourront oublier cette date, tournant évaluatif concluant, fruit de requêtes, enquêtes et études de cas se référant à ce fléau. Certaines ONGs ont même devancé cette date et présenté leurs rapports annuels. D'autant plus qu'il est estimé qu'une loi cadre de prévention et de lutte contre la violence, fondée sur le genre, est à mettre en place pour minimiser les effets de ce type de violence. D'ailleurs, il y a quelques mois, une présentation de l'anthropologue- sociologue Mme Naïma Chikhaoui, sur les perspectives de cette loi cadre, a été faite à Casablanca devant plusieurs associations, visant l'abolition des violations des droits fondamentaux des femmes. Les coûts économique et social étant énormes et les conséquences fâcheuses : des vies brisées, des foyers anéantis, des familles disloquées et des enfants exposés au besoin et à toute sorte de fléaux, et contraints à la déperdition scolaire...
Jusqu'ici, ni la ratification de la CEDAW (Convention de lutte contre toute forme à l'égard des femmes), ni la plateforme de Beijing et ses différentes étapes évaluatives, ni la réforme du Code de la Famille et du Code Pénal, ni les différentes stratégies nationales (Stratégie Nationale de lutte contre la violence à l'égard des femmes, stratégie nationale de l'égalité et de l'équité par l'intégration de l'approche genre dans les Politiques et les Programmes de Développement, Programme Multisectoriel de lutte Contre les Violences Fondées sur le Genre par l'autonomisation des Femmes et des Filles au Maroc/Tamkine), n'ont pu venir à bout des pratiques esclavagistes. La violence est en hausse d'année en année.
Le projet de loi contre la VEF, voire le projet de loi contre la violence conjugale, plus grande incidence ( 55%), tarde à voir le jour. Même après expertise de juristes espagnoles "Association femmes juristes THEMIS", pays qui a adopté la loi la plus intégrale en matière de VFG, voire la plus avancée d'Europe (2004).
Comme indiqué dans la présentation de Mme Chikhaoui, qu'elle soit sexuelle, morale, psychologique ou économique, subie au sein de la famille (inceste, viol, violence économique) ou en dehors de l'institution maritale, dans une relation avec un partenaire dans la situation de divorce, dans le cas de la mère dite célibataire, vécue dans des cas relationnelles de fiançailles ou de relation intime préconjugale, en cas de harcèlement sexuel observable dans l'espace scolaire et universitaire... la violence a besoin d'une loi cadre.
Il est impératif qu'il y ait une loi spécifique à la violence fondée sur le genre, protégeant les victimes, les témoins, les assistantes sociales, les médecins traitant ces cas, et qui définit, comme stipulé par Mme Chikhaoui, les responsabilités de l'Etat et des différents partenaires, précise les droits et définit leurs contenus, introduit des concepts précis et les établit, stipule les instances et les mécanismes organisationnels nécessaires… Et qui garantit "L'exercice et la protection de tous les droits de la personne humaine et des libertés fondamentales, à égalité avec les hommes, dans les domaines politique, économique, social, culturel, civil et cultuel.
L'Observatoire marocain des violences faites aux Femmes - Oyoune Nissaïya -, a rendu public hier son rapport annuel lors d'une journée de concertation sur différentes thématiques : «Les violences basées sur le genre et les mécanismes de protection», «Projet de réforme du code pénal marocain : Quelle protection contre les violences et quelle place pour les droits humains des femmes », « Libertés individuelles et droits humains des femmes dans le code pénal marocain », « Protection juridique contre les violences de genre dans le code pénal marocain ».
Sur les 37.632 femmes qui ont accédé aux associations, partenaires de l'observatoire, 4.695 ont subi des actes de violence. L'observatoire a recelé une augmentation du nombre de femmes qui ont été reçues par les associations, une hausse de 44% par rapport à l'année dernière. Le nombre d'actes de violence a également augmenté de16%. Les actes de violence sont au nombre de 8 pour chaque cas, à répercussions aussi bien physiques que psychologiques, détériorant la situation sociale et économique des femmes victimes de violence.
Les jeunes femmes violentées dont l'âge varie entre 18 et 40 ans représentent 76% des cas recensés. 57 femmes de plus de 60 ans ont également subi ces actes. Pour ce qui est de la situation géographique, 80% sont du milieu urbain, 11% du milieu rural et 9% du milieu périurbain. 56% sont mariées, 33% mères célibataires, 4% ne sont pas mariées. 36% sont analphabètes, 23% sont du niveau primaire. 13% des femmes divorcées qui ont eu accès à ces ONGs sont arrivées au niveau du lycée, alors que les universitaires représentent 6%. 69% sont des mères, 50 % ont entre un et deux enfants, 2% qui ont plus de 6 enfants. Les femmes au foyer représentent 42 %, 16% sont au chômage, soit 58% sans revenu fixe et les salariées représentent 16%. Quant aux formes de violence les plus spectaculaires, la violence psychologique (47%), la violence physique (10419 actes de violence), la violence économique (13%), la violence législative (8%) et la violence sexuelle(4%).
Certes, l'égalité ou parité, fondement de toute politique publique, a été constitutionnalisée, mais la concrétiser sur le terrain est une chose ardue et les citoyennes marocaines ont du pain sur la planche. L'étape de l'après réforme constitutionnelle et des législatives 2011 en cours, s'annonce décisive pour l'équité et la justice sociale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.