Pegasus : le corps du délit, ce grand absent    Justice : Voici les nouveaux procureurs du Roi et présidents de la Cour d'appel    Chambres professionnelles/élections : dans le Souss-Massa, le RNI ratisse large    Automobile: 107 383 unités écoulées à fin juillet, selon l'AIVAM    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Bonnes performances du secteur des exportations des produits agro-alimentaires en 2021    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : Le théâtre national Mohammed V suspend ses activités    Covid-19. Les Etats-Unis classe le Maroc comme pays à risque élevé pour les voyageurs    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Législatives 2021: la candidature de Saad Eddine El Otmani entérinée    Andrea Cozzolino salue le message royal de réconciliation avec l'Algérie    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Un an après les explosions de Beyrouth, les besoins des enfants restent critiques (UNICEF)    Traitement Covid-19 : Entre forte demande et pénurie    Elections : Pour un pluralisme politique dans les médias    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    Edito : XXIème    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE GOLF MAROCAIN TRACE SON CHEMIN
Publié dans L'opinion le 21 - 03 - 2012

Loin des foules déchainées, le golf fait son petit bonhomme de chemin au Maroc.
Et pour peu que l'on regarde dans le rétroviseur, on constate qu'en quarante ans le golf a réussi une véritable révolution, non seulement dans la pratique d'une discipline où les adeptes, de plus en plus nombreux, se bousculent aux grilles des clubs et doivent patienter de longues années avant d'être admis dans le nirvana golfique, mais la révolution a été aussi sociale et économique.
C'est en fait un changement total dans les mentalités qui s'est opéré au sein de l'opinion publique nationale.
Retour en arrière…
En 1971, à la création du Trophée Hassan II à Dar Es Salam, quelques pionniers réunis autour du regretté Moulay Abdallah, président de la FRMG et golfeur accompli, furent chargés de prêcher la bonne parole.
Il s'agissait de convaincre le bon peuple que le golf n'était pas fait contre lui, mais pour lui. Alors les Abassi, Chraïbi, Skiredj, Colonel Sbaï et tant d'autres se jetèrent dans la mêlée des conférences de presse pour répondre aux questions lancinantes sur le coût de l'évènement que tout le monde s'imaginait mirobolant, et aussi pour rassurer les spécialistes sur le danger écologique des greens de golf, accusés, à tort, d'assécher la nappe phréatique.
La foule des curieux « montait », au Royal Golf de Dar Es Salam, à pas mesurés, s'extasiaient devant la beauté luxuriante du lieu, se repaissant de ce paysage redessiné par les concepteurs du parcours, et où les arbres, les fleurs et les espaces verts offraient une image des plus agréables à l'œil et à l'esprit.
On s'enhardissait à déguster les plats du club house, à acheter les pulls à la boutique spécialisée, on allait voir les nénuphars, et les flamands roses, mais point de golf. On ne jouait pas, ou très peu. Une petite armée de fidèles arpentait à leur guise des « Par » déserts, alors que la grande majorité des citoyens, hormis durant les périodes « portes ouvertes » quand le Trophée Hassan II était organisé, ignorait carrément tout de ce sport. Certains même se vantaient de ne pas s'intéresser à ce sport de riches oisifs, qui ne pouvait que polluer notre belle jeunesse et les valeurs de la société marocaine.
Il faudra rendre hommage à tous ceux qui, dès le départ, luttèrent contre toutes les idées reçues et résistèrent à toutes les attaques pour que chaque année, le Trophée Hassan II puisse se tenir et continuer d'attirer les meilleurs joueurs du monde.
Américains, Japonais, Espagnols, Britanniques, et même des Fidjiens et bien sûr les Français vinrent chaque année, en pèlerinage au Maroc, rendre leur culte au golf. Le Maroc se mettait en quatre pour les recevoir, hôtel Mamounia, Golf Royal de Marrakech, avant de venir à Rabat, pour le Trophée Hassan II.
Journalistes du monde entier, invités tous frais payés, se régalaient. Les joueurs pros étaient, eux aussi, invités et souvent généreusement rémunérés.
Et le golf tout en devenant de plus en plus bling, bling s'éloignait petit à petit de son côté sportif et performant.
S.A.R le Prince Moulay Rachid, allait en 1999, mettre fin à cette dangereuse dérive, coûteuse et improductive.
Le Trophée Hassan II fait partie depuis cette date des compétitions de l'European Tour.
Le privilège qu'en a recueilli le Maroc, est qu'aujourd'hui, pour venir jouer au Trophée Hassan II, il faut être qualifié pour, et les meilleurs joueurs européens viennent, à leurs frais, consolider leur classement.
C'est un pas de géant que le golf national a accompli ainsi, lors de ces 3 dernières saisons.
Et en cet an de grâce 2012, pour la 39ème édition du Trophée, on sent une montée en puissance.
A l'A.T.H (Association du Trophée Hassan II) présidé par S.A.R. le Prince Moulay Rachid, des personnalités golfiques Chraïbi, Maître Zine, Kholti, Sayah etc .. sont devenues des orfèvres en matière d'organisation, et sont aujourd'hui, au contraire de leurs glorieux ainés de la FRMG, très à l'aise pour répondre aux questions gênantes des journalistes.
Pour le Maroc, en matière d'image et de promotion touristique, le Trophée Hassan II est « tout bénef ».
500 millions de foyers suivent la compétition à travers un nombre sans cesse croissant de chaînes de télévisions.
Les golfs d'Agadir sont magnifiques et le Maroc est salué à longueur d'année par les joueurs du monde entier.
Cerise sur le gâteau, si il y a 20 ou encore 10 ans, le Maroc avait besoin de faire venir des techniciens étrangers pour organiser la compétition, aujourd'hui le « know-how » national est devenu probant.
Tous les métiers du golf sont de mieux en mieux assimilés. La formation des cadres a été maintenue de façon constante et cela dans la plus grande discrétion.
Mais il y a mieux, car l'ambition de Moulay Rachid est d'aller plus loin encore.
Certes, les greens marocains sont de beaux écrins pour accueillir les golfeurs du monde entier, mais S.A.R. le Prince nourrit un rêve secret, celui de voir un golfeur marocain s'illustrer dans le Trophée Hassan II avec les meilleurs pros européens.
Il fut donc instauré l'Atlas Pro Tour qui permet aux joueurs marocains de s'aguerrir et de récolter expériences et points pour enrichir leur classement international.
Déjà 2 joueurs focalisent tous les espoirs, Fayçal Serghini et Younes Lahssaini paraissent bien armés pour passer le cap psychologique et s'affirmer dans ce sport qui pourrait par là gagner une popularité extraordinaire au Maroc.
Récemment à la dernière compétition de l'Atlas-Pro-Tour Younès Lahssaini a réalisé un parcours record avec un score de -10 (10 coups sous le Par) authentique exploit quand on sait que le record mondial est de -12 et n'a été réussi qu'une fois dans l'Histoire, et c'est par Tiger Wood.
Le golf avance à grandes enjambées, désormais le Maroc joue dans la cour des grands.
Rabat, El Jadida, Marrakech, Agadir, ne sont plus des étapes golfiques exotiques, mais le rendez-vous des meilleurs compétiteurs.
Et la presse nationale suit. De plus en plus nos confrères s'y intéressent et en parlent. Ils font bien de le faire car bientôt il leur sera difficile de prendre le train en marche.
On rendra un hommage au regretté ami et confrère Kadmiri Ken, amoureux passionné du golf, auquel l'avait initié le doyen Kamal Lahlou qui, il y a 30 ans, éditait la célèbre revue « G.E.T » (Golf, Equitation, Tennis).
C'est l'ainé des Mani Benjelloun et Mourad Moutawakil qui, aujourd'hui, sont les spécialistes médias du golf.
Et il y en a de plus en plus car le golf ratisse large.
Sport champion du tourisme économique, pratiqué par tous les managers et décideurs mondiaux, il attend du Maroc son champion pour crever le plafond de l'engouement populaire.
Et quelque chose nous dit que ce jour ne saurait plus tarder.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.