Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    USA: La région de Big Sur en Californie frappée par un important feu de forêt    Nouvelles manifestations en France avant l'entrée en vigueur du passe vaccinal    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le 14 novembre
Assemblée générale extraordinaire de l'IRT
Publié dans L'opinion le 07 - 11 - 2012

L'IRT, le club le plus riche du championnat national avec ses dépenses, a un budget de fonctionnement inférieur à quatre équipes seulement qui ne sont autres que les grands du football professionnel les FAR, le WAC, le Raja et le MAS. Avec ses sponsors et son parrain, il a des recettes supérieures même à l'autre formation du Nord le MAT qui est mieux structuré. Maintenant, l'argent s'est envolé, personne n'en connaît les raisons, et tous les dirigeants ont disparu mystérieusement.
Le président Adel Defouf vient de claquer la porte et cette fois-ci, sa démission semble sérieuse car il en est à sa troisième. L'entraîneur Youssef Fertout, qui est responsable des mauvais recrutements, l'a suivi après avoir été expulsé du logement qu'il occupait (le propriétaire n'a pas été payé par le trésorier !). Tout le staff technique et l'effectif réclament des salaires non versés. Le centre d'hébergement des joueurs est sans eau et sans restauration. Il n'y a plus d'argent pour les déplacements et les concentrations se font de plus en plus rares. Rien ne va au football tangérois et l'excellente infrastructure sportive avec trois stades et un complexe pourrait être dans l'abandon pour manque d'utilisateurs. A vrai dire, l'IRT a été abandonné totalement par la ville entière.
Dimanche dernier, les footballeurs auraient pu déclarer forfait à Tanger s'il n'y avait pas eu l'intervention de deux ou trois sportifs bénévoles. Maintenant, aucun comité n'a été constitué et tôt ou tard l'IRT pourrait disparaître pour manque de respect du cahier des charges imposé par la FRMF. Incroyable mais vrai, l'équipe qui se présentait comme un sérieux candidat à la montée occupe le poste de lanterne rouge : ce qui constitue une honte pour une importante capitale de la région. Consciente du grave problème, la Wilaya a enfin bougé. D'interminables réunions se poursuivent en présence des autorités locales et l'appel d'offres pour trouver un président est lancé.
Les spéculations continuent leur train comme d'habitude et l'éventuel président est à la une dans les différents cafés des milieux sportifs. Le député Hassan Bouhriz, issu d'une famille passionnée pour le football, a décliné le poste déclarant en toute sincérité qu'il n'avait pas assez d'expérience pour diriger les rênes d'un club en dérive. L'ancien président Abdeslam Arbaine, l'homme du miracle footballistique depuis plusieurs saisons, a exprimé son désir de retourner à la présidence mais avec des conditions se limitant à un budget de fonctionnement disponible à l'avance.
L'autre candidat qui a montré son courage n'est autre que l'ex joueur international Sadek Symou. A part ces trois noms sur la table, il semble que toutes les personnalités tangéroises ne veulent plus entendre de football car il est certain qu'il exige beaucoup d'argent sans aucun résultat positif et que les grandes dépenses manquent de transparence.
A l'heure où tout le monde était mobilisé pour l'accès en division I professionnelle, maintenant le seul souci est de lutter pour le maintien de la catégorie et le chemin vers les amateurs du bled n'est pas loin. Si l'IRT n'a plus d'argent c'est parce qu'il y a une mauvaise gestion financière; s'il n'y a aucune victoire avec quatre défaites et deux nuls (seulement deux points !) c'est parce qu'il y une mauvaise gestion technique : mauvais choix de l'entraîneur (peu expérimenté) et médiocres recrutements.
Pour sortir de cette situation catastrophique, un rendez-vous vient d'être fixé : le 14 novembre qui sera une occasion pour remettre le train sur les rails et une occasion pour réfléchir sur l'avenir du football tangérois. L'essentiel sera sans aucun doute le choix d'un nouveau président et les nouveaux et anciens adhérents doivent s'abstenir d'y assister car ils sont la cause de tous les maux de l'équipe et leur étiquette de « faux adhérents » qui sont là à la merci du président pour approuver toutes ses décisions sans régler leur cotisation et sans dire un mot le jour de l'assemblée générale se contentant d'applaudir : voici où en est le football à Tanger.
Si le parrain l'ONDA n'a pas versé à la trésorerie sa subvention 2011-2012 et 2012-2013, c'est parce que les comptes des dépenses ne sont pas clairs et que les résultats sportifs ne sont pas à la hauteur : il est tout à fait normal de savoir où va l'argent versé et à quelles fins. Il en est de même pour les représentants du secteur économique qui refusent de subventionner un club agonisant qui est mal structuré. Parallèlement à cette crise, il existe un autre problème qui est celui de l'inexistence d'une politique de formation à long terme et l'école de football qui est ouverte depuis une dizaine d'années n'a jamais fonctionné selon des critères pédagogiques et sportifs et a toujours en priorité le caractère commercial. Il est inadmissible qu'une ville aussi grande que Tanger ne donne plus de footballeurs de classe. L'ère de Symou, Malak, Mohamed Ali...est oubliée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.