Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Simple opinion : Des zones à éclaircir
Publié dans L'opinion le 10 - 03 - 2014

Si c'est la loi du plus fort qui prévaut dans les jungles, dans toute société civilisée et qui se veut juste et démocratique, c'est la loi de la majorité qui gère le quotidien et qui est souvent celle de la sagesse et du juste milieu.
Cette façon d'être et d'agir trouve ses racines dans une nature humaine qui a horreur du vide, et donc loi et démocratie sont là non seulement pour y parer mais aussi et surtout pour empêcher tout progrès et toute sorte d'anarchie et de fascisme.
Mais dans un pays se proclamant de Droit, comme le Maroc, certains comportements et habitudes qui n'ont plus lieu d'être persistent et continuent à laisser perplexe plus d'un.
La consommation d'alcool en public par un musulman, sa possession, voire une démarche titubante, causée par ce « Nectar », sont actes répréhensibles par les lois de ce pays. Or, personne ne peut nier que si les bars sont de plus en plus bondés de clients musulmans, au vu et au su de tous, c'est que ceux censés veiller à l'application des lois préfèrent fermer les yeux et... laisser faire.
Cependant, cette « tolérance » n'est nullement en faveur de cette catégorie de consommateurs. A tout moment, les choses peuvent « tourner au vinaigre». Et donc, cette pseudo-tolérance, n'est autre qu'une épée de Damoclès, perpétuellement posée sur la nuque de chaque consommateur et prête à lui briser la nuque à la première occasion jugée.
A Bab Sebta, tout produit qui en émane, est considéré comme de la contre bande. Or, en se rendant sur ces lieux, on remarque avec stupeur la circulation de grands taxis bondés de marchandises dites prohibées.
Arrivées à Fnidek (Royaume du Maroc) quelques centaines de mètres plus loin, ces marchandises sont vendues comme dans n'importe quelle autre ville du Royaume.
Mais si vous en achetez et que vous roulez avec quelques kilomètres en dehors de la ville, des barrages de douanes vous arrêtent. Et là les marchandises transportées légalement de Fnideq deviennent comme par magie (noire) de la contre bande.
Et de fil en aiguille, un père de famille en virée dans cette contrée du pays et qui transporte, à son grand malheur, une marchandise achetée et payée en dirhams à quelques kilomètres de là, et sous l'œil « bienveillant » de la sécurité locale, se trouve traité comme un vulgaire contrebandier notoire... « abbandi ».
Nous ne voulons nullement relater ici les conditions inhumaines dans lesquelles « travaillent » jeunes et moins jeunes à Bab Sebta. Nous ne voulons pas évoquer l'arrogance de la police et de la douane Espagnole à leur égard. Mais nous nous contenterons de dire que le tableau général est laid, déshonorant, cruel, inhumain, et tous les autres qualificatifs de la lignée qui vous viennent à l'esprit.
A Bénidrar (région d'Oujda), plaque tournante des produits de contrebande espagnols (via Melillia) et autres algériens, le visiteur est complètement estomaqué devant la diversité des marchandises qui s'offrent à ses yeux.
Comment un pays avec lequel nos frontières sont fermées depuis des lustres, parvient à fournir huile, farine, diesel, pâtes, thé, ustensiles de cuisines en aluminium... à pratiquement toute la partie orientale du pays ?
Et si demain l'huile écoulée à Bénidrar est frelatée, ou que la farine est empoisonnée, qui doit-on incriminer ?
Comment s'étonner, alors, qu'on soit inondé de psychotropes, émanant d'Algérie, quand ce sont des camions citernes, remplis de diesel, qui traversent chaque jours nos frontières, pour écouler tranquillement leur contenu dans des hangars, avec pignon sur rue à Benidrar ?
A qui profitent ces zones d'ombres ? A qui profitent ces micmacs ? Un pays de droit, n'a-t-il pas à commencer par appliquer la loi ?
Et dans l'incapacité de l'appliquer... pourquoi ne pas la remplacer ?
En tous les cas, ces zones d'ombres, qui profitent bien à certains, ne profitent nullement... au citoyen-consommateur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.