Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Les professionnels africains du cuir créent leur corporation    Les Etats-Unis pourraient bloquer les ventes de moteurs GE-Safran à la Chine    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Virus : les Américains quittent le navire contaminé, le bilan grimpe en Chine    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    A Tata, l'éducation environnementale passe avant tout par celle des enseignants    Un lointain cousin du T-Rex découvert au Canada    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Trafic de drogue et de psychotropes : Arrestation à Tanger de deux Danois, objet d'avis de recherche internationaux    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    Ivanka Trump a encore parlé du Maroc    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Voici le temps qu'il fera ce lundi    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    «Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Danemark: Le tueur présumé de Copenhague est un repris de justice
Publié dans L'opinion le 17 - 02 - 2015

L'homme que la police danoise a abattu et qui est l'auteur présumé du double attentat de Copenhague s'appellerait Omar Abdel Hamid El-Hussein. Il avait 22 ans et sortait tout juste de prison
La police commençait à cerner le profil de l'auteur présumé des deux fusillades de Copenhague, un jeune homme né au Danemark et fiché pour actes de délinquance, dont le mode opératoire, similaire à celui des attaques de Paris, renforce les craintes de nouveaux attentats jihadistes en Europe. La chef du gouvernement danois, Helle Thorning-Schmidt, a rappelé que «personne ne doit pouvoir impunément attaquer la société danoise ouverte, libre et démocratique».
La police danoise a refusé de dévoiler l›identité du suspect, qu›elle a abattu dimanche au petit matin. Seule une photographie de l›homme avait été publiée, apparemment prise dans un parking. Le cliché était accompagné d›un signalement peu précis. Mais, selon les médias danois, le tueur présumé a été identifié comme étant Omar El-Hussein. L›homme, âgé de 22 ans, a été abattu, dimanche 15 février, par des policiers sur lesquels il avait ouvert le feu dans le quartier populaire de Nørrebro. Il est soupçonné par la police d›être l›auteur des deux fusillades, samedi et dimanche, qui ont tué deux civils et blessé cinq policiers.
La première attaque, au fusil-mitrailleur, a eu lieu dans l'après-midi du samedi 14 février. Des dizaines de personnes assistaient à un débat sur le thème « Art, blasphème et liberté » au centre culturel Krudttonden, dans un quartier aisé du nord de la capitale danoise. La conférence se tient sous protection policière, puisque l'un des principaux participants est l'artiste suédois, Lars Vilks, auteur en 2007 d'une caricature attentatoire au prophète de l'Islam, qui lui a valu des menaces de mort. Le réalisateur Finn Nørgaard, 55 ans, qui se trouvait dans l'assistance, est mort atteint au thorax par une des dizaines de balles que l'assaillant a eu le temps de tirer, avant de fuir en voiture. L'assaillant quitte, en effet, rapidement les lieux dans une Volkswagen Polo. La police se lance à sa recherche.
L'homme ne garde pas sa voiture longtemps : il l'abandonne à deux kilomètres au nord du lieu de l'attentat, près d'une gare. La police diffuse l'immatriculation de cette voiture, et demande aux habitants de Copenhague de ne surtout pas tenter d'appréhender un suspect. Elle annonce, peu après, que la voiture a été retrouvée. Les enquêteurs diffusent cette description de l'assaillant : « Un homme de 25-30 ans, d'environ 1,85 m, de corpulence athlétique et d'apparence arabe, mais avec une peau plus claire que la normale et avec les cheveux noirs et raides », selon les mots du communiqué officiel. Une chasse à l'homme commence.
Abattu par la police au cours d'un échange de tirs
La police danoise publie, dans la soirée, une photo tirée d'une caméra de vidéosurveillance d'un homme vêtu d'une doudoune foncée, d'un bonnet ou d'une cagoule bordeaux, et portant un grand sac noir. Les enquêteurs placent l'appartement de l'auteur présumé de la fusillade sous surveillance, après avoir été prévenus par un chauffeur de taxi qu›il avait déposé l›homme à cette adresse, dans le quartier populaire de Norrebro, dans le nord-ouest de Copenhague, peu après la fusillade. La seconde attaque a eu lieu à l'extérieur de la grande synagogue, après minuit. Quatre-vingts personnes se trouvaient dans la grande synagogue de Krystalgade, dans le centre de Copenhague, pour participer à une cérémonie de confirmation lorsque le bâtiment, placé sous surveillance à la suite de la fusillade du centre culturel, est la cible de tirs. Dan Uzan, 37 ans, qui montait la garde pour protéger les dizaines d'invités d'une fête juive, a été tué. Deux policiers ont également été blessés. Le tireur repart à pied. Il retourne à l'appartement de Norrebro. Les policiers l'apostrophent. Il ouvre le feu. En répliquant, la police le tue.
Le tireur présumé est «un jeune homme de 22 ans, né au Danemark, connu de la police pour plusieurs délits dont des infractions à la législation sur les armes et des violences», a annoncé la police dans un communiqué. «Il est également connu pour ses liens avec des bandes de délinquants», a-t-elle ajouté. L'homme était sorti de prison, il y a deux semaines, où il purgeait une peine pour avoir agressé, il y a un an, un homme de 19 ans, dans la gare de Copenhague, sans raison claire.
Il était également déjà connu des services de renseignement. Les enquêteurs ignorent, cependant, s'il est allé ou pas en Syrie ou en Irak, mais selon Jens Madsen, des services de renseignement (PET), « il peut avoir été inspiré par la propagande militante islamiste diffusée par Da'ech ou d'autres organisations terroristes ». Le Danemark est, eu égard à sa population, un des pays les plus concernés par des départs pour le djihad en Syrie. Par ailleurs, une dizaine de militaires danois ont investi le café Internet « PowerPlay Reborn », dans le quartier de Nøbro, près de l›endroit où le tireur présumé a été abattu, afin de procéder à quatre arrestations de personnes qui ont été embarquées menottées. Les forces de l›ordre auraient également saisi de nombreux documents. Cependant, rien ne prouve qu›Omar Abdel Hamid El-Hussein ait préparé ses actions terroristes présumées avec des complices, selon les services secrets danois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.