Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Brésil, l'inquiétante rechute
Publié dans L'opinion le 29 - 06 - 2015

Avec son élimination en quarts de finale de la Copa America 2015 samedi, le Brésil a effacé les bienfaits d'une année de convalescence et se retrouve au même point, voire plus bas encore, qu'après sa piteuse Coupe du monde 2014.
Un an après avoir été humiliée par Thomas Müller, Toni Kroos et autres prodiges de la Nationalmannschaft (7-1) en demi-finale du Mondial-2014, la «Seleçao» est encore tombée de haut.
Cette fois, elle a fait jeu égal avec le Paraguay (1-1) pendant 90 minutes, avant de rendre les armes au terme de la séance des tirs au buts (4 à 2). Mais le football indigent qu'elle a proposé pendant ce terne quart de finale ne peut qu'inquiéter ses supporteurs et mettre son sélectionneur sur la sellette.
Le bilan de sa Copa 2015 n'est guère brillant: deux victoires, un nul et une défaite avec un total de cinq buts marqués et quatre encaissés. La «Seleçao» était pourtant arrivée au Chili sur une série en cours de dix victoires de suite. Mais la suspension, après son exclusion contre la Colombie, de Neymar, son seul joueur de talent pour nombre d'observateurs, a fait exploser le mythe de la reconstruction brésilienne comme un vulgaire ballon de baudruche. «Nous savions depuis le début que cela ne serait pas facile. Nous avons enregistré beaucoup de victoires mais je n'étais pas encore satisfait», s'est défendu Dunga. Le sélectionneur de 51 ans, nommé après le désastre de la Coupe du monde 2014 et l'échec de Luiz Felipe Scolari, a fait mine de ne pas être surpris par l'élimination de son équipe, comme en 2011 en quart de finale et déjà contre le Paraguay aux tirs au but.
Il a d'abord révélé que quinze de ses joueurs avaient été victimes d'un virus dans les jours précédents le quart de finale. Migraines, douleurs au dos, vomissements, ce virus a conduit l'ancien capitaine du Brésil à revoir son programme d'entraînement.
L'un de ses joueurs, Filipe Luis, a toutefois semé le trouble après le match en déclarant qu'il n'était «pas au courant»: «Des joueurs ont peut-être été malades, mais pas moi». Puis, comme s'il anticipait la tempête qui l'attendait à son retour au Brésil, Dunga, presque résigné, a demandé aux supporteurs brésiliens «de regarder la vérité du football mondial».
«Les autres équipes ont beaucoup progressé, il faut rester humble et travailler, il faut de la continuité», a-t-il dit. A ses yeux, le problème du Brésil n'est pas le manque de talents à disposition, le départ trop jeune des meilleurs espoirs pour l'Europe ou encore sa conception si peu brésilienne et très défensive du jeu. Non, le vrai problème, selon Dunga, c'est l'impatience de tout un pays. «Il y a une nouvelle mode au Brésil: dès qu'un joueur fait deux bons matches, on en fait une star. Un joueur est ou une star ou un flop après seulement deux matchs», a regretté le vainqueur de la Coupe du monde 1994. «Il y a toujours de la pression au Brésil que l'on gagne ou que l'on perde (...) mais cela ne sert à rien de se lamenter sur notre sort», a insisté Dunga.
Les erreurs grossières de ses joueurs, comme la main inutile de Thiago Silva qui a amené le pénalty de l'égalisation paraguayenne, leur manque de percussion et d'allant, ont en vérité un air de déjà-vu: ce Brésil rappelle celui de 2006 à 2010 dirigé par un certain... Dunga. La «Seleçao» d'alors, méconnaissable et guère enthousiasmante, avait certes remporté la Copa America 2007 et la Coupe des Confédérations 2009, mais elle avait échoué dès les quarts de finale du Mondial sud-africain en 2010. Alors l'élimination samedi par le Paraguay «est un apprentissage en vue des éliminatoires pour la Coupe du monde 2018», a estimé Dunga. Encore faut-il qu'il soit toujours en poste lorsque les rudes éliminatoires de la zone Conmebol débuteront en octobre prochain...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.