Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie / Les négociations entrent dans le vif du sujet / Les positions des protagonistes restent éloignées
Publié dans L'opinion le 20 - 03 - 2016

L'envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé avoir eu jeudi, lors des pourparlers de paix de Genève, des discussions «de fond» «productives» avec les représentants de l'opposition au président Bachar al Assad, même si les positions des deux camps restent éloignées.
L'opposition a fait circuler mercredi son projet de transition politique pour la Syrie, appelant de ses voeux un «processus de changement démocratique, radical, profond et complet» en Syrie.
Ce document va loin dans le détail, a estimé jeudi Staffan de Mistura. Le médiateur a estimé que les positions du gouvernement et de l'opposition étaient encore très éloignées mais que les parties avaient en commun de vouloir maintenir l'intégrité territoriale de la Syrie et de ne pas vouloir de système fédéral.
Georges Sabra, membre du Haut comité des négociations (HCN), principal organisme de représentation de l'opposition, a estimé à ce sujet que la déclaration des Kurdes de créer un Etat fédéral était «illégitime» et «inacceptable».
Les trois zones autonomes du nord de la Syrie tenues par les Kurdes ont approuvé jeudi la création d'une entité «fédérale démocratique», malgré les mises en garde de Damas et d'Ankara.
La question du calendrier a également été abordée, a précisé une des négociatrices de l'opposition, Bassma Kodmani, qui a réitéré la volonté de l'opposition d'aller vite.
Elle a indiqué que l'opposition avait remis à l'émissaire de l'ONU un «mémo détaillé» sur le futur organe de transition. «Nous voulons aller vite», a-t-elle dit.
«Nous avons eu des discussions très substantielles sur la transition politique», a déclaré M. de Mistura, qui s'est dit «impressionné par la préparation» de l'opposition. «J'espère que j'obtiendrai la même clarté de la part du gouvernement», a ajouté le diplomate italo-suédois, qui devait rencontrer vendredi matin la délégation de Damas pour la troisième fois depuis le début de la semaine.
Les pourparlers indirects entre régime et opposition, menés sous l'égide de l'ONU, doivent être centrés sur les modalités de la transition politique en Syrie, afin de sortir d'un conflit qui a fait plus de 270.000 morts en cinq ans et fait des millions de réfugiés, provoquant une crise migratoire sans précédent en Europe.
Toutefois, les interprétations sur l'organe de transition (gouvernement d'union élargi selon Damas, autorité ayant les pleins pouvoirs et excluant le président Bachar al-Assad selon l'opposition) constituent l'un des principaux points de blocage.
Sur le terrain, la situation a été «étrangement calme» ces trois derniers jours, a estimé de Mistura qui n'a pas pour autant voulu parler de «tendance». «Les choses peuvent changer très rapidement», a-t-il fait valoir.
Une «cessation des hostilités» plus ou moins respectée est en vigueur depuis bientôt trois semaines en Syrie.
Les deux camps détiennent chacun des prisonniers, a rappelé Staffan de Mistura, mais leur nombre est beaucoup plus élevé du côté du gouvernement syrien que du côté de l'opposition, a précisé l'envoyé spécial.
Fédéralisme kurde
Tandis que se poursuit le périlleux exercice diplomatique à Genève, les Kurdes syriens, tenus à l'écart du processus, ont proclamé de leur côté une région fédérale dans le nord de la Syrie, une mesure interprétée comme un pas de plus vers l'autonomie.
L'opposition et le régime de Damas, qu'un fossé abyssal sépare toujours après cinq ans de guerre, se sont d'ailleurs retrouvés pour unanimement rejeter la proclamation des Kurdes syriens : Damas a mis en garde contre «toute atteinte à l'unité du territoire et du peuple syriens», tandis que l'opposition mettait en garde contre «une aventure sans fondement légal».
Acteurs incontournables de la tentaculaire crise syrienne, les Kurdes, qui contrôlent désormais 14% de la Syrie et les trois-quarts de la frontière syro-turque, ne sont pas associés aux pourparlers de Genève, en raison de l'opposition farouche de la Turquie, qui considère leur parti, le PYD, comme «terroriste» et craint les répercussions au niveau de sa propre communauté kurde.
Les Etats-Unis, qui ont prévenu qu'ils ne reconnaîtraient pas la création de la région autonome et unifiée kurde, ont cependant souligné que les Kurdes syriens restaient d'»excellents partenaires» dans la lutte contre le groupe Etat islamique.
En annonçant un système fédéral et l'union de trois «cantons» kurdes (Afrine, Kobané et Jaziré) et des régions récemment conquises dans le nord du territoire syrien, les Kurdes adressent un «message politique» aux négociateurs de Genève, selon Mutlu Civiroglu, un expert basé à Washington.
Autre message, celui émis de Moscou par Vladimir Poutine. Le président russe a prévenu qu'il pouvait redéployer ses avions «en quelques heures» dans le ciel syrien en cas de violation de la trêve. «Ce n'est pas ce que nous voulons, une escalade militaire n'est pas dans notre intérêt», a toutefois ajouté M. Poutine, qui avait créé la surprise lundi en annonçant le retrait du gros des forces russes de la Syrie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.