Conseil de gouvernement: ce qui est prévu jeudi à Rabat    La Bulgarie salue le rétablissement de la libre circulation civile et commerciale à El Guergarat    Susana Diaz : le Maroc, le "partenaire le plus stable de l'Espagne dans toute la Méditerranée"    Ahmad Ahmad, le président de la CAF suspendu 5 ans par la FIFA    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    L'hébergement des touristes chez l'habitant : une activité laminée par le Covid-19    Faut-il réglementer le télétravail?    PJD. Tu critiques tu dégages    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    inwi: Partenaire Officiel du Football National    Allemagne: le sort de Joachim Löw se jouera le 4 décembre    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Covid-19 au Maroc: quels sont les symptômes du moment ?    Société Générale Maroc revisite ses bâches publicitaires    Disparition d'un garçon de 13 ans à Asilah : Le pire est à craindre    Port du masque: les autorités de Larache serrent la vis    Les vagues du roman maghrébin et la richesse de l'imaginaire    Clôture du VFM: une édition digitale «déconfinée», placée sous le signe de la résilience!    «Radia Aliya»: Mourad Asmar rend hommage aux mères    Mémoire du judaïsme marocain    L'actrice marocaine Saadia Louk dénonce les fake news des séparatistes    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    Equipe nationale féminine: Double confrontation amicale Maroc-Ghana, les 26 et 30 novembre à Accra    Football / La sélection nationale U20 en stage de préparation à Maâmora    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Pedro Sanchez: «Le Maroc souffre d'une pression migratoire»    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plan d'action
Protection des espèces en voie de disparition
Publié dans L'opinion le 28 - 05 - 2017

Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification a organisé, jeudi dernier, un atelier d'information au profit des journalistes de différents médias, sur le thème du : « plan d'action national relatif à la protection des espèces en voie de disparition » au siège du HCEFLCD à Rabat.
Cet atelier d'information a été initié en marge de la Journée Internationale de la Biodiversité, célébrée cette année sous le thème de « Biodiversité et tourisme durable» choisi pour faire écho à celui de l'année 2017 déclarée : Année internationale du tourisme durable pour le développement et offrir ainsi l'occasion de contribuer à des initiatives telles que le Programme du tourisme durable.
Dans son allocution de bienvenue au représentant de la presse à cet atelier d'information, Abdeladim Lhafi, Haut-Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification, a tenu à signaler que cet atelier, qui s'inscrit dans le programme des rencontres thématiques avec les média, est initié par son département en célébration de la Journée mondiale de la biodiversité.
Après avoir brossé un large éventail traitant de la détérioration continue que connaît la biodiversité partout ailleurs à travers le globe et notamment au Maroc, les causes de cette dégradation et les différentes conventions approuvées par les Nations Unies invitant à la préservation de la biodiversité, le Haut-Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification a donné la parole à Zouhair Amhaouch, Chef de la Division des Parcs et Réserves Naturelles relevant de la Direction de la Lutte Contre la Désertification et la Protection de la Nature au Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification qui a fait une communication dans laquelle il a présenté la stratégie de conservation de la nature adoptée par le HCEFLCD en précisant que cette dernière se base sur trois piliers essentiels, a savoir : le Système national des Aires Protégées, la conservation et l'utilisation rationnelle des zones humides et enfin la Gestion de la faune sauvage.
Système national des Aires Protégées
Pour l'intervenant, les acquis de la décennale 2005 – 2014 de cette stratégie se résume en la mise en place d'un Système national des Aires Protégées qui a permis le classement de 7 parcs nationaux portant le nombre à 10 avec la mise en place de 30 plans d'aménagement et de gestion des SIBE prioritaires et la mise en œuvre de 30 programmes de développement et de valorisation des parcs nationaux et des SIBE prioritaires, la reconstitution des écosystèmes, une recherche et suivi scientifique, un valorisation des patrimoines naturels et culturels et la mise en œuvre d'un programme d'éducation et de sensibilisation à l'environnement.
Après ce, Zouhair Amhaouch a tenu à préciser que le décennal 2015-2024 vise à ce que d'ici 2024, le Maroc disposera d'un système national d'aires protégées complet et écologiquement représentatif par le classement de 25 nouveaux sites portant la superficie de 764.000 ha à 3.450.000 ha
Aussi, des acquis du décennal 2005-2014 ont été enregistrés au niveau des zones humides dont 84 sont des zones humides prioritaires (54% des SIBE) avec le classement de 20 nouveaux sites RAMSAR (24 au total), la mise en place de 20 plans d'aménagement et de gestion des zones humides prioritaires, la mise en œuvre de plans d'action intégrés des ZH prioritaires, l'élaboration de la stratégie et du plan d'action nationale en faveur des ZH, la mise en place d'une plate-forme partenariale pour le programme d'éducation et de sensibilisation (CESP) et l'ouverture de l'Inventaire des zones humides qui compte près de 300 sites.
Enrichir la destination marocaine par une offre touristique spécifique
Pour le décennal 2015-2024, la stratégie vise à ce qu'en 2024, les zones humides marocaines seront gérées de façon intégrée et durable tout en assurant l'amélioration de leur patrimoine écologique et de leurs services écosystémiques par l'inscription de 30 nouveaux sites Ramsar. Aussi, d'ici 2020, l'extinction des espèces menacées sera évitée par la mise en œuvre des plans d'actions de conservation de la faune sauvage et de ses habitats et dans ce sens, avait-il ajouté, le plan d'actions des rapaces et de suivi de certains félins tels le chat du sable, le lynx, et les reptiles CR et EN est en cours d'élaboration.
Par ailleurs, le chef de Division des Parcs et Réserves Naturelles a tenu à présenter la stratégie nationale de Tourisme durable suivie par le HCEFLCD au niveau espaces naturels dont le principal objectif est d'enrichir la destination marocaine par une offre touristique spécifique «Aires protégées» qui respecte les enjeux de conservation de la biodiversité et la valorisation des services écosystémiques au bénéfice des populations locales.
Cette stratégie nationale de Tourisme durable dans les espaces naturels porte sur l'aménagement et l'équipement des espaces naturels, le développement des chaînes de valeur liées au tourisme ornithologique, tourisme halieutique et tourisme de vision, le développement socioéconomique au bénéfice des populations locales et enfin le développement des programmes d'animation nature et la sensibilisation des visiteurs.
Programme d'éducation et de sensibilisation
En conclusion, Zouhair Amhaouch a tenu à mettre en relief le rôle de la société civile dans la mise en œuvre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité, et ce, à travers un programme d'éducation et de sensibilisation sur les espèces protégées et les lois en vigueur dans le pays, la lutte contre le commerce illégal (par la dénonciation, la surveillance et enquête), la lutte contre la chasse et la pêche illégales avec les associations de chasse et associations et coopératives des pêcheurs ; le Programme de recensement et de suivi des espèces et le Programme d'écodéveloppement et de valorisation des produits locaux et la valorisation des zones humides (birwatching, pêche no kill, aquaculture durable)
Sur ce, un débat avec les représentants de la presse présents à cet atelier fut ouvert pour permettre aux journalistes de poser leurs questions et aux responsables au niveau du HCEFLCD charge de la conservation et de la protection de la biodiversité de leur répondre pour plus d'éclaircissements et d'explications.
Notons aussi que la diversité des espèces, des écosystèmes et des paysages favorise le tourisme et la croissance économique et réciproquement, un secteur touristique bien géré peut contribuer à réduire les menaces sur la biodiversité et maintenir, voire augmenter les populations-clés d'animaux sauvages grâce aux revenus générés. Selon les Nations Unies, le thème de cette Journée internationale de la diversité biologique est l'occasion de mettre en lumière l'importance de la contribution du tourisme durable tant à la croissance économique qu'à la conservation et à l'utilisation durable de la biodiversité.Aussi, la diversité biologique est de plus en plus reconnue comme un atout mondial d'une valeur inestimable pour les générations présentes et futures, mais certaines activités humaines continuent de réduire considérablement le nombre d'espèces.
Mohammed DRIHEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.