France: L'Elysée annonce plus de 4 mds d'euros de nouveaux investissements étrangers    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Covid-19 : mise en place d'un portail de relance des PME    Gaz de Larache : ce qui est prévu pour l'exploitation    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Ecartement de Ziyech: pourquoi c'est une bonne décision, selon Halilhodzic    Coronavirus : Un milliard de doses de vaccin livrés via le programme Covax (OMS)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Dr Afif : la 3e dose du vaccin anti-covid protège "à plus de 90%" contre les formes graves de la maladie (vidéo)    Founders.ma, premier portail en ligne dédié à l'écosystème entrepreneurial de la région Marrakech-Safi    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    France/Covid: le projet de loi instaurant le pass vaccinal adopté définitivement par le Parlement    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Fraude fiscale: d'anciens dirigeants et cadres de Wendel jugés à Paris    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    Chercheurs: les personnes doublement vaccinées ont 20% moins de chance d'être réinfectées    Volkswagen va développer sa production de véhicules électriques en Chine    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    CAN-2021 : l'Algérie s'incline face à la Guinée équatoriale    Après sa visite au Maroc, Staffan De Mistura face à la déraison du polisario    Maroc/France: Le Maroc et Israël sont les principales cibles du "Pegasus Project"    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    Casablanca : Un nouveau cimetière pour palier le manque d'espaces d'enterrement    Bilan de la puissante éruption volcanique et de l'effrayant tsunami dans le Pacifique    Sécurité en Europe : 18 scénarios US pour punir la Russie    Selon des activistes algériens, l'incendie dans l'entrepôt d'équipements militaires à Alger porte la signature de généraux    Le PPS s'active sur tous les plans pour leur rapatriement immédiat    Netflix : ces séries à ne pas manquer en janvier    Mali: décès à Bamako de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    Coupe du Roi d'Espagne: Interrompu samedi, le derby sévillan se joue dimanche à huis clos    Open d'Australie: clap de fin pour le feuilleton Djokovic    Mehdi Bensaid reçoit la famille Megri après leur expulsion du domicile familial    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    Ricardo Bofill, l'architecte du Twin Center et de l'UM6P tire sa révérence    Covid-19: Report à la mi-mars du plus grand festival de BD de France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saadani Maa Alainine: le "polisario", de la cruauté à l'état pur
Publié dans MAP le 02 - 07 - 2010

Mme Saadani Maa Alainine, acteur associatif marocain et militante pour les droits de l'homme, a souligné le caractère sanguinaire du "polisario" et la cruauté de ses pratiques à l'encontre de quiconque s'aviserait de contrarier ses vils desseins.
Mme Maa Alainine, qui a fait partie de la délégation de Sahraouis marocains représentant la société civile ayant visité récemment l'Italie, a évoqué à cet égard son propre vécu et les souffrances qu'elle a endurées dans sa propre chair suite à la liquidation de son père et aux tortures qu'elle a subies ainsi que sa mère.
"Mon père a été assassiné à coups de mitraillette sous mes propres yeux", a indiqué la militante sahraouie dont les propos ont été rapportés par le journal "La Nazione" d'Empoli.
"C'était pour moi un choc indicible", a-t-elle affirmé dans l'article qui lui a été consacré par ce journal de Toscane (centre) sous le titre : "La douloureuse vérité du peuple sahraoui ".
Mme Maa Alainine a fait état, dans ce même cadre, d'un autre épisode de sa "tragique histoire" : son exil forcé pendant des années à Cuba pour être "rééduquée", selon la formule utilisée par les agents du "polisario".
Devant la cruauté à l'état pur dont fait preuve le "polisario", la militante sahraouie a appelé les pourvoyeurs d'aides à "chercher à comprendre" la réalité du problème, soulignant le caractère dénué d'objectivité de l'alignement "à sens unique" sur les thèses des séparatistes au nom d'une quelconque solidarité.
Le journal "L'eco di Bergamo" (l'écho de Bergame) avait également reproduit, il y a quelques jours, des extraits des témoignages poignants de Mme Maa Al Ainaine sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf, en Algérie.
Ce journal de Lombardie (nord) s'était notamment fait l'écho des propos de la militante sahraouie soulignant que "les violations des droits humains sont érigées en système dans les camps où les agents du +polisario+ mortifient la population et la contraignent à vivre dans une prison à ciel ouvert ".
Relatant son propre vécu, la militante sahraouie, avait affirmé être l'exemple même des victimes de ces violations, précisant n'avoir connu son père, qui avait été enrôlé de force, qu'à l'âge de 5 ans et que celui-ci avait fait l'objet, avant sa liquidation, de tortures suite à des accusations de trahison, ce à quoi elle sera soumise, elle aussi, ainsi que sa mère.

Mme Maa Alainine avait évoqué également le douloureux épisode de sa déportation, en compagnie d'autres enfants, à l'âge de 9 ans à Cuba où, a-t-elle affirmé, elle avait été maintenue sans aucun contact avec sa famille durant 18 ans.
"C'est là la stratégie appliquée par le +polisario+ pour endoctriner les jeunes, maintenir sous contrôle la population des camps et continuer à disposer de +fidèles+ ", avait-elle indiqué en mettant l'accent sur les indescriptibles souffrances imposées par les séparatistes aux femmes et aux enfants et l'exploitation de la situation de ces derniers pour obtenir des aides humanitaires qu'ils détournent à leur profit.
Mme Saadani Maa Alainine a effectué récemment une visite en Toscane (centre) et en Lombardie (nord), en compagnie de M. Ghallaoui Sidati, ex-représentant du "polisario" en Italie et M. Lahcen Mahraoui, universitaire et membre du Conseil Royal Consultatif des affaires sahariennes (CORCAS).
En Toscane, la délégation de Sahraouis marocains a tenu une rencontre avec un haut responsable de la région au cours de laquelle elle a mis en évidence la réalité de l'affaire dite du Sahara et la pertinence du projet d'autonomie proposé par le Maroc.
Cette rencontre, qui a eu lieu à Florence, a été également l'occasion pour les membres de la délégation d'éclairer, à partir de leur propre vécu, Mme Maria Dina Tozzi, responsable de l'activité internationale au niveau régional, qui a été déléguée par le président de la Région, M. Enrico Rossi, sur la responsabilité qui est celle de l'Algérie dans cette affaire.
En Lombardie, la délégation a livré, lors d'un séminaire à Bergame, des témoignages poignants sur cette question et sur les atrocités commises par les hordes du "polisario" à l'endroit de quiconque s'aviserait de contrarier leurs vils desseins ou de prétendre au plus élémentaire des droits.
Les membres de la délégation ont également mis à nu, à coups de détails, l'instrumentalisation du "polisario" par les gouvernants d'Alger et sa véritable nature sanguinaire et éradicatrice.
Outre les liens historiques ayant toujours existé entre le Maroc et son Sahara, les interventions des membres de la délégation ont, durant ce séminaire tenu sous le thème: "Conflit du Sahara : passé, présent et perspectives", permis de jeter la lumière sur la genèse de la création du "polisario" du temps de la colonisation espagnole. Elles ont également éclairé l'assistance sur des épisodes dramatiques vécus par les populations séquestrées des camps de Tindouf et sur le rôle joué par le "polisario" au service de visées hégémoniques sans rapport avec une quelconque prétendue " cause sahraouie".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.