Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les manifestations de dimanche se sont déroulées dans "un climat pacifique" (presse)
Publié dans MAP le 21 - 02 - 2011

Les manifestations organisées, dimanche, dans plusieurs villes du Royaume, pour exprimer des revendications politiques et socio-économiques, se sont déroulées dans "un climat pacifique", ont souligné les journaux nationaux, dans leur Une de lundi.
Ainsi, +Le Matin du Sahara et du Maghreb+ écrit que "le Maroc a manifesté à sa façon, dans la discipline, le respect scrupuleux des règles et, osera-t-on dire, dans l'unité des rangs".
"La marche de dimanche, propriété de toutes et de tous, a symbolisé le réceptacle de revendications socioéconomiques, exclusivement socioéconomiques. Et puisqu'elle s'est déroulée dans le respect des règles, elle a plutôt conforté la démocratie marocaine et fourni la preuve que les libertés publiques et privées sont respectées et que la grève ou tout autre mouvement de protestation, droits inscrits dans la Constitution, sont non seulement tolérés mais défendu mordicus", souligne le quotidien dans son éditorial.
Selon la publication, "la force de la démocratie marocaine, c'est la liberté, inscrite sur le fronton du règne et des espérances du peuple marocain. Celui-ci est sorti dans la rue, slogans et banderoles hissés, pour manifester, pourvu d'une conscience et de la conviction que manifester : C'est d'abord construire, c'est appuyer le mouvement de démocratie et s'inscrire, de nouveau et encore fortement, dans l'immense espérance collective que la sauvegarde des institutions, le raffermissement des libertés si chèrement acquises et chaque jour confortées. La justice sociale, l'unité nationale, la souveraineté, l'intégrité territoriale ne sont pas, n'ont jamais été de vains mots ou des slogans, mais le socle sur lequel repose, depuis 14 siècles, l'authenticité, plutôt +l'exception marocaine+".
Pour +L'Economiste+, "les manifestations du 20 février ont bien eu lieu dans différentes villes du pays" et "le pluralisme marocain s'est exprimé et de plus a montré sa capacité à intégrer et gérer les contradictions propres à notre société".
Dans son éditorial, le quotidien souligne que "le Maroc a montré que ses opinions dissidentes peuvent s'exprimer, participer à créer une culture, sans pour autant prendre en otage les courants majoritaires. La démonstration la plus importante de cette affaire est que la société confirme son consensus sur l'essentiel, consensus sur lequel se bâtit une démocratie".
"Cette démocratisation doit continuer puisque le consensus sur les fondamentaux a été une nouvelle fois confirmé. Cette confirmation donne une aisance certaine dans la poursuite des réformes", relève le journal.
De son côté, +Aujourd'hui le Maroc+ écrit que "la démocratie marocaine a réussi à assimiler les revendications des jeunes", ajoutant que les manifestants, appartenant à divers courants idéologiques, ont scandé des slogans réclamant des réformes à tous les niveaux et fait entendre leurs revendications de manière pacifique.
Même son de cloche chez +Le Soir Echos+ qui indique que "la manifestation a eu lieu sans verser dans le raz-de-marée (…) des groupes ont défilé pacifiquement, exprimé leurs doléances sans dérapages. En soi, cela mérite d'être souligné".
"Cette marche aura permis de montrer que chaque pays a sa spécificité et que le monde arabe n'est pas ce monolithe présenté à tout", estime la publication.
Sous le titre "Une marche civilisée, organisée et sans dérapages", +Al Bayane+ écrit que "la marche du 20 février fut une manifestation qui est loin d'être ce à quoi s'attendaient les oiseaux de mauvais augure".
"Ce fut une marche civilisée, organisée et sans dérapages. Sur un fond de revendications sociales, la marche aura été celle de la dignité et de la citoyenneté", estime l'auteur de l'article.
+Libération+ note, pour sa part, que "les manifestants ont été unanimes sur la question de faire aboutir leurs revendications, loin de tout acte irresponsable ou de vandalisme qui pourrait nuire à la sécurité des citoyens et à la stabilité du pays".
"Le Maroc donne l'exemple, comme pays arabe et africain, en matière des droits de l'Homme et de démocratie. Chez nous, les opinions sont respectées et prises en considération", souligne le quotidien.
Sous le titre "Adhésion, faible à moyenne, à des manifestations dans plusieurs villes du Royaume", +L'Opinion+ écrit que la majorité de ces manifestations se sont déroulées dans un climat sain et civilisé", traduisant la maturité et la responsabilité du peuple marocain".
"Les slogans dans ces manifestations ont globalement été axées sur des revendications sociales et sur la nécessité de procéder à une réforme politique et constitutionnelle", précise le quotidien, relevant que les places et avenues qui ont servi de lieux de regroupement des manifestants n'ont pas connu de présence visible des forces de police, ce qui fait dire aux observateurs que la police marocaine a fait montre d'un haut degré de maturité et de responsabilité".
Cependant, relève le journal, le caractère pacifique des manifestations a cruellement fait défaut à des villes comme Larache et à Marrakech où des jeunes ont procédé à des actes de vandalisme.
+Akhbar Al Yaoum+ indique, pour sa part, que des milliers de jeunes marocains ont manifesté de manière civique et pacifique, ajoutant qu'ils sont sortis dans des manifestations spontanées loin de toute idéologie ou surenchère, sauf les aspirations à un Maroc meilleur, un Maroc en plein mouvement et changement.
De son côté, +Al Ittihad Al Ichtiraki+, qui s'est attardé sur le caractère pacifique et le nombre variable des participants à ces manifestations, a salué le haut degré de responsabilité et la sagesse des forces de l'ordre qui n'ont pas laissé certains perturbateurs exploiter cette marche.
Pour +Bayane Al Yaoum+, la marche s'est déroulée dans le calme et les manifestants ont scandé des slogans réclamant des réformes constitutionnelles et politiques, relevant qu'aucun dérapage n'a eu lieu comme le souhaitaient certains et que les forces de l'ordre ne sont pas intervenues pour disperser les manifestants ou pour leur interdire de manifester, dans un total respect du droit à la liberté d'expression et de manifestation.
+Al Ahdath Al Maghribia+, qui partage le même avis, écrit que le peuple marocain a prouvé de nouveau hier qu'il est un peuple très civilisé, puisque les manifestations organisées se sont déroulées dans un climat pacifique empreint de l'esprit de l'unité nationale.
Selon le quotidien, la faible présence des forces de l'ordre et le bon déroulement de ces manifestations a donné une image très civilisée du Maroc où ses jeunes ont eu le droit d'exprimer leurs revendications qui sont aujourd'hui légitimes et raisonnables.
Pour sa part, +Attajdid+ souligne que tous les acteurs, toutes sensibilités confondues, ont été unanimes à souligner que le Maroc a grandement besoin de réformes politiques profondes pour redonner confiance et espoir aux citoyens, affirmant que le Royaume dispose de tous les atouts à même de lui permettre de réussir ce grand chantier de réformes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.