Maroc : 1 819 agents d'autorité concernés par un mouvement de mutation    Maroc : Les contrôleurs aériens vent debout contre l'ONDA    Maroc : Le Radisson Hotel Group ouvre son deuxième resort à Saïdia    Maroc : 20 morts et 34 blessés dans un accident entre Khouribga et Fqih Ben Saleh [nouveau bilan]    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C entre vendredi et dimanche    Dakhla : Une touriste française succombe à ses blessures causées par des chiens errants    L'ambassadeur chinois à Washington met en garde les Etats-Unis contre les conséquences de son soutien à Taïwan    Guerre et paix : Manœuvres tous azimuts    Myanmar : Les Rohingyas exigent un environnement favorable à leur rapatriement    France : Des stations de métro noyées à Paris    Ronaldo promet la "vérité" en réponse aux "mensonges" des médias    Serie A: ouverture d'une enquête après les cris racistes contre Osimhen    Compétitions africaines interclubs : La participation des Raja, Wydad (LDC) ,AS FAR et RSB officiellement validée par la CAF    Ronaldo, le footballeur ''SDF'! : Il pourrait trouver refuge chez l'Atletico !    Le roi Mohammed VI félicite les présidents indonésien et gabonais    Israël et la Turquie décident la reprise totale des relations diplomatiques    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à 94,6% des voix    Face au mutisme des autorités, des étudiants venus d'Ukraine cherchent d'autres pays d'accueil    Saisie à Djeddah de plus de 2 millions de comprimés d'amphétamine    Mo.Salah : Un ''King'' reconnaissant et généreux envers sa patrie !    Le Gabon célèbre sa fête nationale à Laâyoune, en fanfare, événement majeur    Le Nord plébiscité par les touristes    Coupe du monde 2022: La FIFA a organisé des séminaires sur trois continents pour 129 officiels de match    La Fifa suspend la Fédération indienne pour «violation grave»    Charte de l'Investissement : Les non-dits d'une réforme censée tirer le secteur privé de son marasme    L'Ukraine annonce le départ du 1er navire de céréales pour l'Afrique    À Laâyoune, l'ambassadeur gabonais a déposé une gerbe sur la tombe des martyrs marocains    «Vaste manifestation marocaine vers Tindouf»: séisme en Algérie après les propos d'Ahmed Raïssouni    Tiznit : Commémoration du 43ème anniversaire de la récupération de Oued Eddahab    Penser l'amour : Dans le jardin amoureux de Fatéma Mernissi    Culture et conflits : Une crise de mutation pour sauver le monde    Tarfaya / Forteresse : "Casa del Mar" 50 MDH pour restaurer un joyau architectural    Essaouira : La tribu Oulad Tidrarine Alansar fête son 46è moussem culturel et religieux    20ème édition du Tremplin L'Boulevard: 17 artistes attendus du 23 septembre au 2 octobre    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Trafic de drogues et de psychotropes : Arrestation de 26 individus à Fès    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Colonies de vacances sous le thème « Consolider le cinéma de l'enfant »    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahara : Le retour de la droite espagnole au pouvoir doit-il inquiéter le Maroc ?
Publié dans Yabiladi le 04 - 04 - 2022

En Espagne, le retour de la droite au pouvoir parait probable. Une perspective envisagée par les enquêtes d'opinions. Le Maroc a-t-il des raisons de s'en inquiéter, notamment sur la question du Sahara ?
En Espagne, le Parti Populaire a désormais un nouveau leader. Le Galicien Alberto Núñez Feijóo a pris les rênes de la première force d'opposition. Une élection qui promet pour l'avenir du PP.
La formation commence déjà à récupérer le terrain perdu sous l'ère de son ancien chef Pablo Casado, le protégé de José Maria Aznar, comme le montrent les résultats d'un sondage réalisé pour le compte du quotidien El Pais et la Radio Cadena Ser, deux médias proches des socialistes au pouvoir à Madrid.
En cas d'organisation de législatives maintenant, le PP aurait 23,1% des intentions de vote, soit 2% de plus qu'en février. Un résultat qui mettrait le parti conservateur à hauteur du PSOE de Pedro Sanchez. Seuls 2,4 points sépareraient le PP de son grand rival. «A aucun autre moment en 2022, le Parti Populaire n'a été aussi près de rattraper le PSOE», constate Cadena Ser.
L'enquête d'opinion a révélé aussi que les socialistes continuent de perdre des plumes : 27,1% des voix en février, 26,7% en mars et 25,5% en avril, souligne la même source.
Le retour du PP au pouvoir est-il une mauvaise nouvelle pour le Maroc ?
Selon les résultats de ce sondage, le PP pourrait revenir au pouvoir grâce notamment à l'appui de Vox et dans une moindre mesure aux soutiens de quelques petites formations régionalistes aux Iles Canaries et à Navarre et de ce qui resterait de Ciudadanos. Pour rappel, Vox a permis au PP de garder la présidence de la région de la Castille-et-Léon dans son giron au lendemain des élections anticipées du 13 février. Reproduire le même pacte au niveau de l'ensemble de l'Espagne parait probable.
Du côté marocain, un éventuel retour au pouvoir du PP ne devrait pas soulever des inquiétudes. Certes, le parti conservateur a rejoint les voix qui condamnent l'appui de Pedro Sanchez à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara occidental, mais il le fait selon ses propres calculs. Sur cette question, le PP joue amplement son rôle de première force d'opposition au gouvernement et non de l'allié indéfectible du Polisario, comme l'est Podemos.
La formation avait, d'ailleurs, adopté la même ligne lors de l'affaire de l'entrée en Espagne, en catimini et sous fausse identité, de Brahim Ghali. Durant des mois, les responsables du PP, à commencer par l'ancien président Pablo Casado, se relayaient pour dénoncer l'accueil du chef du Front Polisario et mettaient en garde contre ses répercussions sur les relations avec le Maroc. La presse proche de ce parti a été appelée en renfort, ouvrant alors ses pages aux politiques marocains, tels Aziz Akhannouch, Nizar Baraka et Abdellatif Ouhabi.
Pour mémoire, au lendemain de la victoire du PSOE aux élections du 14 mars 2004, le PP avait initié un rapprochement avec le Polisario. Mariano Rajoy qui dirigeait le parti avait envoyé, en septembre de la même année, dans les camps de Tindouf une délégation conduite par le secrétaire chargé des relations internationales, Jorge Moragas, pour y rencontrer Mohamed Abdelaziz. Une «lune de miel» de circonstance qui s'est poursuivie jusqu'à la victoire du PP aux législatives de décembre 2011.
Une fois à la Moncloa, les intérêts économiques, politiques et sécuritaires avec le royaume ont pris le dessus. Ainsi, la neutralité positive observée, depuis 2004, par le socialiste Zapatero sur la question du Sahara n'a pas été révisée par son successeur Rajoy. Durant les sept années au pouvoir du PP, le Maroc et l'Espagne ont, d'ailleurs, tenu deux réunions de la haute commission mixte en 2012 à Rabat et 2015 à Madrid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.