Sainte Sophie. Erdogan veut mettre la main sur l'Islam    Préférence nationale : voici les mécanismes qui seront opérationnels    Bourse: le flou persiste pour Casablanca    Espoir, engagement et responsabilité    Malheurs des ouvrières agricoles    Oppo A92 désormais disponible au Maroc    Sit-in des robes noires en solidarité avec le sulfureux Me Ziane    Youssef Zalal: «Je veux devenir le meilleur au Monde!»    Test de dépistage pour le voyage... et pour la reprise du travail    8e réunion de la Commission ministérielle chargée des MRE et des Affaires de la Migration    Abdeladim Chennaoui n'est plus    Le tourisme de demain sera celui de la Culture, de l'Ecologie et du Bien-être    Lkraimi, une vie à l'ombre...    Le dilemme Santé/Economie!    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    Pour la création d'une Haute Autorité de la Santé [Tribune]    Les droits d'importation vont augmenter pour protéger la production nationale    RAM : Les passagers empruntant les vols au départ du Maroc sont dispensés de tests, mais...    Covid-19 : 93 nouveaux cas confirmés ce dimanche à 10h00    Mohamed Hayak, directeur général de Chada FM, n'est plus    Marrakech : Hadirate Al Anwar signe une nouvelle œuvre [Diapo]    RAM renforce ses fréquences sur deux liaisons    Maroc vs Amnesty: Le gouvernement insiste sur les preuves    Liga: les résultats et le classement de la 36e journée    Covid-19: 238 nouvelles guérisons ces dernières 24 heures    Royal Air Maroc : Les passagers au départ du Maroc dispensés de tests, mais ...    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    La loi de finances rectificative expliquée par un fiscaliste    7 destinations insolites à visiter cet été    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déficit hydraulique et situation de crise
Publié dans Agadirnet le 18 - 01 - 2007

Des solutions radicales s'imposent : généralision de la micro irrigation, dessalement de l'eau de mer et réutilisation des eaux usées
La situation hydraulique dans la Région Souss Massa Draâ n'est guère réjouissante et ce depuis plusieurs années déjà. Le problème est tellement sérieux et alarmant que le Conseil Régional a décidé de s'engager dans un plan d'actions hydraulique en vue de rendre moins aigu un déficit qui ne cesse de s'accentuer une année sur l'autre.
En effet depuis des années déjà, de nombreux signaux se sont mis en rouge. On en retiendra, selon les documents officiels de l'Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa :
- le niveau des nappes du Souss et des Chtoukas qui baisse en continue sous les effets de la sécheresse et de la surexploitation par pompage et certains secteurs sont déjà privés d'eau, provoquant l'abandon des terres agricoles, notamment dans la région de Sebt El Guerdane, à Taroudant.
- Le barrage Abdelmoumen qui n'a pas fourni de l'eau à l'irrigation pendant plusieurs campagnes agricoles successives, alors qu'il est prévu d'irriguer 13.000 ha.
Il est à savoir que les précipitations sur la région présentent une grande variabilité spatiale et temporelle. Les précipitations moyennes annuelles se répartissent, à titre d'exemple, entre un maximum avec 380 mm sur le bassin de Tamraght, 280 mm sur le bassin du Souss et 180 mm sur la plaine de Tiznit. Les ressources en eau souterraine proviennent de trois principales unités hydrologiques : la nappe du Souss ( 323 Mm3 en entrées ; 553 Mm3 en sorties soit un bilan de – 230). La nappe des Chtouka ( 35 Mm3 en entrées, 93 Mm3 en sorties, soit un bilan de – 58). La nappe de Tiznit ( 17 Mm3 entrées, 17,6 sorties et – 0,6 comme bilan).
L' Autre problème sérieux qui aggravent la situation, est celui de la qualité défaillante des ressources en eau. En effet la dégradation de la qualité de l'eau devient de plus en plus préoccupante. Malgré qu'une évaluation globale ait permis de conclure qu'elle est bonne, sauf par endroit (salinité de la vallée de l'Issen, contamination par les rejets domestiques dans la Souss Aval et taux élevés des nitrates dans la plaine des Chtoukas), plusieurs sources de pollution menacent les ressources en eau de la région, à savoir :
- les eaux usées domestiques rejetées pour la plus grande partie dans le lit de l'oued Souss et en mer (Agadir, Ait Melloul, Inezgne et Ouled Teïma), celles réutilisées en irrigation sans traitement préalable ( Taroudant et Ouled Teïma), ou encore celle rejetées dans des fosses individuelles en milieu rural.
Les rejets du Grand Agadir représentent l'essentiel des eaux usées de la région, soit prêt de 80% des rejets totaux ;
- les eaux usées de la centrale thermique et des dépôts des compagnies de pétrole qui contiennent des hydrocarbures. Les établissement industriels sont concentrés principalement dans la zone urbaine du Grand Agadir, dans la plaine du Souss et sans la plaine du Chtouka ;
- les fertilisants et les produits phytosanitaires utilisés en agriculture. Les nappes de la région sont relativement exposées aux risques de contamination en raison de la perméabilité des sols agricoles comme est le cas de la nappe des Chtouka par exemple ;
- les déchets solides ménagers déposés sans précautions préalables dans les carrières, les ravins et en bordure de l'Oued Souss ;
- les rejets des établissements industriels, en particulier de l'industrie agro-alimentaire et de l'industrie de transformation des poissons , riches en matière organique et en sel.
En bref, la situation hydraulique dans la Région n'est guère réjouissante, ni rassurante non plus. Il s'agit d'une vraie crise dont les conséquences sont néfastes sur les ressources en eau d'abord ( qu'elles soient souterraines ou en surface) , néfastes également sur le développement agricole, agrumicole et maraîcher. Décidément le Souss et le Chtouka agricoles gaspillent énormément d'eau pour exporter de l'eau ( les tomates et les oranges ne sont –elles pas que de l'eau finalement ?).
Exporter de l'eau, sous forme de fruits et légumes, vaut-il vraiment la peine d'exploiter la nappe phréatique indéfiniment. Les nouvelles technologies sont désormais incontournables pour atténuer le déficit existant, qui malheureusement ne fait que s'accentuer, année sur autre. Des solutions sont à adopter d'urgence avec notamment la généralisation de la micro)-irrigation, le dessalement de l'eau de mer, l'épuration et la réutilisation des eaux, entre autres… L'eau de l'irrigation pompe plus de 90% des ressources.
N'y-t-il pas d'autres valeurs ajouter en matière d'exportation des fruits et légumes rapportant plus de plus value en matière commerciale ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.