La conscription concernera 15.000 appelés    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    De la nécessité d'investir dans la jeunesse    L'Indice des prix des actifs immobiliers demeure orienté à la baisse    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    De l'or pour la taekwondiste marocaine Soukaina Sahib    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Selon BAM, repli de 0,9% des prix des actifs immobiliers au T2-2019    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    La relance sur fond de responsabilité    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Quel temps fera-t-il ce jeudi ?    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    Edito : Révolution    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accès aux soins
Efficacité, équité et égalité des chances
Publié dans Albayane le 06 - 01 - 2013


Efficacité, équité et égalité des chances
Ces derniers temps, les medias ne parlent plus que de santé, d'accès aux soins, de politique de santé, de médicaments, de caravanes médicales, bref le secteur de la santé occupe le devant de la scène. Il est élevé au rang de super star. Et c'est tant mieux. Car cela prouve que c'est un secteur vivant, qui bouge, qui intéresse, qui ne laisse pas indifférent et pour s'en rendre bien compte il suffit de lire la presse quotidienne toutes tendances confondues, de suivre les différentes émissions de radio et de TV. Cet engouement, cet intérêt pour le secteur de la santé est compréhensif puisque la santé, c'est ce que nous avons de plus précieux, de plus cher, de plus important Au-delà du constat, il y a les enjeux que suscite la santé.
Entre enjeux économiques et politiques, la santé c'est aussi des femmes et des hommes qui sont mobilisés 24/H sur 24 /H aux chevets des malades pour apporter des soins de qualité, du confort et du réconfort tout en maintenant une dimension humaine. Zoom sur un secteur vital en pleine mutation.
Dans le débat animé que la santé suscite, il y a lieu de relever un double constat. Il y a le droit à la santé pour tous et il y a la place qu'occupe aujourd'hui la santé dans la politique gouvernementale. La santé est une priorité du gouvernement et, en tant que telle, elle doit bénéficier de tous les éléments nécessaires à la réalisation des différents chantiers.
Ce qui hier encore s'apparentait à une utopie est désormais une réalité. Nos citoyens sont mieux soignés, mieux pris en charge, mieux accueillis.
Les hôpitaux sont mieux adaptés, plus ouverts sur le monde extérieur, les différents services hospitaliers sont des lieux de vie ou le malade est au centre des intérêts de l'équipe médicale et infirmière.
Les soins s'humanisent, ils sont de moins en moins douloureux, c'est une réalité qui ne peut souffrir qu'aune équivoque.
Pour une meilleure qualité des soins
La qualité des soins et le maitre mot et tout est entrepris pour améliorer sans cesse ce grand chantier et pour que nos citoyens malades soient pleinement satisfaits.
Tout cela est fort appréciable, réjouissant, et on ne peut que regarder l'avenir avec optimisme. Mais, il faut être réaliste, objectif car qui dit qualité des soins, satisfaction des malades et de leurs familles, dit aussi critères et donc évaluation. Dans ce cadre, et pour permettre aux uns et aux autres de mieux cerner la question de la qualité des soins et de la satisfaction des usagers de nos structures de santé, il y a lieu de poser la question suivante : quels sont les critères qui permettent aujourd'hui de porter un jugement objectif concernant la satisfaction ou non des usagers par rapport aux prestations dont ils bénéficient au sein des établissements hospitaliers publics ?
C'est le genre de question que tout un chacun est en droit légitimement de se poser.
Pourquoi ? Elémentaire. C'est parce que nous payons des impôts, nous sommes taxés sur tout ce que nous achetons, et même quand il s'agit de la maladie, des médicaments, la fameuse TVA est toujours présente sur la facture. Donc nous payons, et dans ces conditions il est légitime de tout savoir, tout comprendre quand il est question de soins au niveau des hôpitaux.
Soulever la question des soins, et plus exactement la qualité des soins dont bénéficient les patients en milieu hospitalier, n'est pas pénalisant. Au contraire, c'est tout à fait légitime, eu égard aux réels enjeux que représentent d'une part l'état de santé de la population et d'autre part le rôle central que sont appelés à jouer les hôpitaux publics dans le système de santé.
Concernant l'état de santé de la population et plus particulièrement les citoyens qui sont malades, celles et ceux qui souffrent d'affections et dont l'état de santé nécessite une prise en charge en milieu hospitalier, il est normal de tenter de savoir si les soins qui leurs sont prodigués obéissent aux critères et règles de bonnes pratiques qu'exigent la profession médicale et infirmière.
Sur ce point précis, il ne fait aucun doute que la qualité des soins est une affaire de professionnels de santé. Elle est en grande partie inhérente aux compétences des médecins et des infirmiers, à une bonne connaissance générale, du patient, et de sa pathologie, ainsi qu'à la maîtrise technique du geste, mais elle est aussi tributaire de l'accueil, de l'écoute et du soutien qui seront réservés aux malades et à sa famille.
Des professionnels de santé dévoués
Procéder au bon diagnostic de la maladie, soulager le malade, traiter le mal dont il souffre, l'écouter, le soutenir, l'accompagner tout en veillant à ne point le blesser en faisant preuve de tact, d'humanisme et d'altruisme, sont autant de qualités et de critères qui contribuent a valoriser l'image du médecin, a assurer l'essor de la médecine et partant a donner tout son sens a la qualité des soins. Ceci étant dit, et concernant nos hôpitaux, il convient d'insister sur une réalité qui ne saurait souffrir d'aucune ambiguïté : la grande majorité des praticiens qui exercent en milieu hospitalier sont très compétents, expérimentés, intègres, serviables, proches des malades et de leurs familles.
Tous ces éléments contribuent à assurer un climat favorable pour instaurer une grande confiance entre soignants et soignés, entre médecins et malades. C'est cette confiance des malades alliée à la conscience des médecins qui contribuent toutes les deux à asseoir sur des bases solides la pratique de la qualité des soins. Mais pas seulement.
En effet, si les médecins hospitaliers s'investissent dans la promotion de la qualité des soins, il faut dire que cette même qualité des soins est aussi le fruit d'une implication constante des personnels infirmiers qui sont en contact permanent aux côtés des malades, de jour, comme de nuit, jours fériés, week-end. Des infirmières, des infirmiers, des femmes, mais aussi des hommes qui sont en permanence au chevets des malades, pour les soutenir, les aider, les soigner et parfois même les accompagner dans les derniers moments de la vie.
Des managers compétents
Les soins de santé dont bénéficient les malades au sein des hôpitaux publics ont de tous temps été au centre des préoccupations des différents décideurs. Tantôt critiqués, parfois décriés, souvent dénigrés, les soins ont soufferts de maux divers : mauvais accueil, personnel non qualifié, manque de moyens, pratiques peu voyantes...
Mais il faut rendre hommage aux professionnels de santé qui ont su surmonter ces écueils en s'impliquant plus, en devenant plus qualifiés, plus performants en étant plus disponibles, à l'écoute des malades.
Par ailleurs, il y a lieu de rappeler que depuis bientôt 1 an, la qualité des soins s'est nettement améliorée. Bien plus, aujourd'hui, la qualité des soins est devenue l'une des orientations stratégiques d'avenir nécessitant la mise en place et l'application des programmes d'assurance-qualité dans tous les services hospitaliers.
Au niveau de tous les services hospitaliers, l'Assurance-qualité des soins est désormais inscrite en tant que priorité à laquelle tous les professionnels de la santé se doivent de contribuer afin de rehausser la promotion de la santé de nos concitoyens et ce conformément aux directives et objectifs du ministre de la santé.
Tous les moyens tant humains que matériels seront mis a contribution pour atteindre ces objectifs (plateaux techniques, imagerie médicale de pointe, blocs opératoires haut de gamme, laboratoires de haute technologie...) on a à faire a de bons médecins, les infirmiers sont de plus en plus qualifiés, plus performants. Dans le même ordre d'idée la politique du médicament a été revue en profondeur tant en ce qui concerne la quantité, la qualité que l'accès aux médicaments.
La motivation des professionnels n'a pas été en reste, les conditions de travail sont aujourd'hui de plus agréable, la répartition des médecins et des infirmiers est de plus en plus équitable et plus harmonieuse afin de couvrir toutes les régions et zones du pays
Mais, il y a un mais, une sorte de fausse note qui malheureusement porte atteinte au travail accompli jusque là, à savoir la nomination de certaines personnes aux postes de responsabilité au moment ou certaines de ces personnes n'ont ni le profil , ni les compétences ou les formations indispensables pour gérer les structures hospitalières ou plus grave encore les délégations du ministère de la santé. C'est regrettable et les professionnels de santé espèrent vois des changements s'opérer dans ce sens et le plus tôt sera le mieux.
Assurer une égalité des chances
Au-delà des critères énoncés , des objectifs tracés pour garantir l'amélioration de la qualité des soins au niveau de nos hôpitaux , il convient tout de suite d'insister et de rappeler ici, si besoin est, que la qualité des soins et son amélioration est une responsabilité partagée entre tous les acteurs (personnel médical, paramédical et technique), et ce, en se basant sur les valeurs suivantes: la mission noble de l'hôpital afin d'assurer l'amélioration continue des soins, la vision plus ambitieuse des structures de santé et enfin la mise en application des principes visant la garantie de la qualité des soins (sécurité, continuité, formation, sensibilisation, exploitation plus judicieuse des ressources existantes )
Bien plus, il s'agit de permettre à chaque Marocain là où il se trouve, indépendamment de son lieu de résidence et de ses moyens financiers, de pouvoir accéder facilement sans aucune contrainte ou condition aux meilleurs soins possibles. Il s'agit d'être juste, équitable, de garantir les mêmes prestations à tous, de n'exclure personne, de ne pénaliser aucun citoyen sous aucun prétexte.
Pour conclure, il s'agit de donner à tous les Marocains les mêmes chances quand la maladie les rattrape, quand ils sont diminués physiquement et psychologiquement, il faut que tous soient soignés équitablement et qu'ils puissent avoir droit à la même qualité des soins. Il faut en finir avec la médecine à deux vitesses, celle réservée à ceux qui ont de quoi payer et qui peuvent se payer toutes les compétences, les médicaments et la médecine au rabais réservée aux pauvres.
C'est là la plus belle preuve de la véritable démocratie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.