Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    La Côte d'Ivoire digitalise le contrôle fiscal    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    USA: La région de Big Sur en Californie frappée par un important feu de forêt    Nouvelles manifestations en France avant l'entrée en vigueur du passe vaccinal    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelkébir Khatibi : une figure emblématique de l'écrivain universel
Publié dans Albayane le 16 - 03 - 2016

Khatibi, écrivain extraverti, est l'un des rares écrivains marocains polygraphes qui ont marqué la deuxième moitié du XXe siècle et la première décennie du XXIe siècle. Khatibi est une véritable industrie de la pensée qui sème l'aimance entre toutes les disciplines, et après entre le Moi et l'Autre.
Cette hospitalité disciplinaire et humaine due à son industrie, fait de son œuvre un tout philosophiquement solide qu'il faut être armé pour lire. Inaccessible parfois, pour ne pas dire souvent, la lecture de son œuvre exige, en effet, l'établissement de lectures parallèles avec d'autres textes. Sa pensée constitue une sorte de danse de mots pluridisciplinaires nécessitant des intermédiaires occidentaux ou maghrébins, en l'occurrence Hegel, Derrida, Nietzsche et bien d'autres.
L'œuvre khatibienne nécessite donc une «lecture exigeante», au dire d'Acia Belhabib, dont la retombée est la réduction du nombre de ses lecteurs. Khatibi n'écrit pas subséquemment pour tout le monde. Son écriture est destinée à l'élite Intellectuelle. Elitiste qu'il est, Khatibi est lu par l'intelligentsia.
Un livre comme Amour Bilingue est complexe par son caractère polygraphe ou «polychrome». C'est à la fois un essai théorique et un essai sur l'art. Le lecteur non averti craint cette complexité en ce que le texte constitue, comme le dit Mustapha Bencheikh, une «forme de poésie exigeante» et interdisciplinaire. D'où l'importance de découvrir d'autres chemins intermédiaires ; car l'auteur n'est pas responsable de son œuvre. Une fois achevée, l'œuvre s'ouvre et crée son propre retour par voisinage à d'autres textes. Certes la complexité est nécessaire parce qu'elle est là, mais la proximité solidifie davantage l'aimance et l'hospitalité tant verbale qu'humaine.
L'œuvre de Khatibi est le fruit d'une passion divisée entre deux activités complémentaires : la lecture et l'écriture. C'est à ce niveau que la forme exigeante de la lecture nécessite de mettre l'œuvre en dialogue avec d'autres disciplines et auteurs. L'écriture khatibienne se veut, dit Khatibi, «une littérature générale qui s'internationalise». Il se présente comme étant un auteur, dit-il, qui «ne veut pas une littérature sous-développée». Ayant vécu et travaillé au Maroc, il veille à ce que son travail, sa pensée, atteignent une destinée. D'où «le grand investissement du langage», dont il parle, partant de deux principes : obscurcir l'obscurité et le désir de transparence. La cohabitation de ces deux principes tisse la trame de l'œuvre khatibienne qui vacille entre la non lisibilité et la non identification de l'auteur.
Par ailleurs, Khatibi est aussi un homme qui est capable dans son domaine de garantir sa crédibilité. «Je t'ai montré ton portrait pour corriger l'image de moi», dit-il. Khatibi reconnaît que l'appartenance est en devenir. Il se veut un «intellectuel qui doit analyser sa société pour la faire avancer», pour accomplir son rôle de penseur. Mais ceci ne peut être atteint qu'en disant les choses avec style et autonomie.
Ce qui prime chez Khatibi c'est le social et le culturel. Les deux constituent deux bases solides pour lancer l'engagement. Il y a d'une part la culture de l'individu, celle qu'on hérite et, d'autre part, il y a «la culture qui s'invente devant nous». Après, peuvent venir le politique et l'économique.
7 ans déjà...
Mohamed Nait Youssef
C'est un 16 mars 2009 que le milieu littéraire et intellectuel marocain s'est réveillé sur la mort du sociologue et romancier Abdelkébir Khatibi. Un homme dont la pensée est universelle, inscrite dans le temps et dans le mouvement, ouverte et inchoative.
La réflexion Khatibienne aspire à une ouverture sur l'autre dans sa diversité, son pluralisme pour trouver de nouvelles pistes de pensée. Le penseur interroge entre autres la mémoire plurielle de son pays à travers les signes, les mots, les graphes, les lettres...
«En interrogeant la structure des signes, je postulais innocemment que cette structure démontrait une généralité, confirmait une identité, qui, au fond, est la raison du corpus sur lequel j'ai toujours travaillé, n'était que celle de l'homme culturel de mon propre pays. En un sens, Khatibi fait la même chose pour son propre compte, il interroge les signes qui lui manifesteront l'identité de son peuple. Mais ce n'est pas le même peuple. Mon peuple à moi n'est plus populaire», écrivait le sémiologue français Roland Barthes à propos de Khatibi. «L'originalité de Khatibi, au sein de sa propre ethnie, est donc éclatante: sa voix est absolument singulière, et par là-même, absolument solitaire», ajoutait-il.
Sa voix littéraire et philosophique est singulière. Abdelkébir Khatibi est un obsédé de lettres et amoureux des mots. L'acte d'écrire, pour lui, n'est pas pour lui uniquement un lieu de révélation et un jardin d'aveu; mais également une force salvatrice et une relation poétique avec le parfum des mots et le sang de la mémoire. Loin du populisme, Khatibi était attaché à sa culture populaire riche de sens et de signification. Son écriture donne aux signes et lettres une nouvelle vie sur la feuille et le corps du texte. «J'ai rêvé l'autre nuit, que mon corps était des mots», écrivait Khatibi. La pensée de Khatibi reste toujours d'actualité dans la mesure où il faut accepter l'autre dans sa différence et œuvrer bien évidemment pour le dialogue des cultures et des peuples. Abdelkebir écrivait dans la langue de l'autre, premier seuil pour la découverte et la rencontre de la culture de l'autre. C'est l'interculturalité qui enrichit le tissu culturel et linguistique mondial. En d'autres termes, la langue est le berceau de toutes les traces et le dialogue des peuples. «Abdelkebir Khatibi, lui, parle de sa «langue maternelle». Sans doute n'est-ce pas le français, mais il en parle. Il en parle dans une autre langue. Le français, justement. Il fait cette confidence publique. Il publie son discours dans notre langue [...]. Voilà qui tranche. En douceur sans doute et presque en silence, mais qui tranche», écrivait le philosophe français Jacques Derrida dans Le Monolinguisme de l'Autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.