Revenons à l'Histoire    Sahara marocain: Les Tables rondes sont la seule voie pour une solution politique définitive    Le Hezbollah libanais entre en guerre contre la pandémie…     «Confinez-vous ! Il y va de votre vie et celle de votre entourage»    Signé par 165 chefs de gouvernement : Un Appel à l'Action veut la suppression de 44 milliards de dollars dûs par l'Afrique    Enquête : 90% des cadres marocains favorables au télétravail même après le confinement    Coronavirus : les jeux-vidéos pour contourner l'arrêt des championnats de football    Passation des pouvoirs entre Othman El Firdaouss et El Hassan Abyaba    Tanger : L'Institut français fournit ses services à distance    Des films d'animation en ligne pour passer un bon confinement    Fonds Covid-19 : Les mutuelles du public contribuent à hauteur de 19,5 millions DH    OLA Energy Maroc participe au mouvement de solidarité    Confinement : Quand les galeries d'art s'exposent sur les réseaux sociaux    BERD : Des formations en ligne pour les femmes entrepreneurs du Maroc    Covid-19 : La BAD crée un fonds doté de 10 milliards de dollars    Coronavirus : 57 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.431 au total, vendredi à 10h    Le Maroc, une destination privilégiée pour les investissements japonais    Assurance : Les primes émises en repli    Etat d'urgence sanitaire: Le projet de loi bientôt au Parlement    L'activité portuaire s'est inscrite en hausse au premier trimestre    Le Maroc procède à un tirage sur la LPL du FMI pour 3 Md$    Michelle Bachelet : La pandémie n'est pas un chèque en blanc pour bafouer les droits humains    La région du Gharb affiche une bonne production prévisionnelle en canne à sucre    Les footballeurs de Premier League lancent un fonds de soutien    Distribution gratuite de 4 millions de masques à Tanger    30 lits médicalisés remis à l'hôpital provincial de Jerada    Les cliniques privées de Marrakech montent au front    Mané : Avec cette situation, quoi qu'il arrive, je comprendrais    Baisse des salaires des joueurs du Real Madrid    "Modern Family", sitcom à succès, tire le rideau    Un concours régional pour révéler les talents artistiques et littéraires des élèves    Lire, voir, écouter…méditer    S.M le Roi exonère les locataires des locaux des Habous des droits de bail durant la période de confinement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    Les universités diffusent des cours à la radio    Lévinas, le visage, l'humanité    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sfia Oult Télouat ancrée dans la mémoire collective
Publié dans Albayane le 26 - 04 - 2017

Une diva ! Parmi les innombrables célèbres tinazurine du Souss, il est certain que Sfia Oult Télouat, un nom ancré dans la mémoire collective amazighe, en fut une icône inoubliable. Oult Télouat se traduit littéralement par la fille de la région de Télouat, siège d'une petite commune rurale qui porte, également, le nom de son village et qui fut, autrefois, le fief du pacha, de Marrakech, Mezouari haj Thami Glaoui décédé le 23 Janvier 1956.
La diva Sfia Oult Télouat, naquit vers les années 40 à «Imi Nouline», dans la province d'Ouarzazate. Elle était issue d'une famille modeste et conservatrice ce qui l'a privée, pendant son enfance, d'être scolarisée. Elle était, comme la plupart des fillettes de son douar, ses semblables, une bergère qui s'était occupée du petit cheptel familial dans les pâturages au milieu de la nature. Puis, ses parents ont commencé à lui apprendre comment s'occuper de son futur foyer, une fois mariée. Son mariage s'est soldé par le divorce à cause du chant et de l'Ahouach dont elle n'a pas pu se séparer. Il est à noter que l'artiste Sfia a embrassé sa passion depuis son jeune âge et qu'elle a fait ses premiers pas dans l'Assays n Ouhouach du temps du pacha précité alors qu'elle était à peine âgée de quatorze ans, d'après ses déclarations.
Pour parfaire son talent et tenter de réaliser son rêve, la diva s'était installée à Marrakech où elle a côtoyé les maîtres du chant amazigh du Sud tels que les Rouaïs : Omar Ouahrouch, Mohamed Bounsir, Mohamed Damsiri, Agrram, Lahcen Machi, Mohamed Outassourt... et les Raïssate : Ftouma Talguorcht, Khdouj Taourrigt, Fatima Tagrramt, Khdouj Tassouirit pour ne citer que ceux-là.
La Raïssa Sfia jouissait d'une voix douce et mélodieuse. Elle modulait ses cordes vocales, bien entrainées, d'une façon extraordinaire. Ses fans étaient nombreux et ils le sont toujours. Elle était en même temps parolière et chanteuse et ses succès sont incontournables. Parmi ses célèbres créations, nous nous contenterons de ne citer que ces quelques titres qui ont contribué à sa célébrité. 1- A tabla is kolou swan mden attay 2- Assayh a tawnza 3- Oufighd awddi tabla toujad ukan 4- our guin lahbab n yan magha isamh 5- Ay attay a bou khamssa n nejmat 6- Pour le tube intitulé, Tawada, elle l'a chanté à l'occasion de sa participation en Novembre 1975 à la grande marche pacifique, la marche verte (Tawada TAzizawt) 7- Ajdig n imi n trgwa. Certains de ces succès sont toujours bien conservés dans les archives de la SNRT et sont diffusés de temps à autres sur les ondes de radio nationale amazighe.
Si l'honorable madame Sfia s'est frayée son chemin avec ténacité et grand courage, il est à rappeler, ici, qu'elle a aussi souffert énormément. En effet, à ses débuts, elle a été l'objet de moqueries et de critiques de la part de ses proches et de son entourage. Cependant, malgré ces aléas, elle a su s'imposer de force sur la scène artistique amazighe. Son sort est similaire, à quelques nuances près de celui de tant d'autres artistes telles, par exemple, Yamna n Âaziz, Mimount n Serwan ou Hadda Ouâaki.
La tanazurt Sfia est considérée, de nos jours, comme une artiste professionnelle de l'art d'ahouach étant donné qu'elle a su conserver son grand amour, avec fidélité, pour cet art depuis son enfance jusqu'à son âge actuel.
Il est vrai que tanazurt Sfia Oult Télouat est, aujourd'hui, oubliée mais son nom restera à jamais inscrit, en gros caractères, dans les annales de l'histoire d'Ahouach qu'il faudrait préserver afin d'assurer sa continuité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.