10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fadma Oult Hdidou, une voix mélodieuse venue des montages d'Imilchil
Publié dans Albayane le 30 - 08 - 2017

Une grande artiste. Une voix singulière. Fadma Oult Hdidou, de son vrai nom Fatima Ouahrouch, est la cousine du tambourinaire Zayd Ouhdidou. Elle a vu le jour à «Anfrguel» en 1950 dans la région d'Imilchil.
Avant l'âge de vingt-deux ans, Fatima, après son divorce, grâce à l'entregent de son cousin Zayd Ouhdidou a intégré le domaine artistique, pour la première fois, à Ain Leuh où elle rejoignait la troupe du célèbre anazur, Rouicha Ain Leuh.
Le surnom de : Oult Hdidou, lui a été attribué par son chef de groupe pour la différencier des autres femmes artistes qui portaient également le prénom de Fadma. Chaque nouvelle cheikha, même de nos jours, doit impérativement avoir un surnom qui s'associe avec son prénom, pratique qui permet de se produire dans un anonymat certain auprès des autres membres de la troupe.
Fadma (qui veut dire Fatima) Oult Hdidou, aimait chanter depuis son enfance, mais elle le faisait discrètement. Car son entourage familial ne lui permettait pas de faire ce qu'elle voulait par crainte d'emprunter le chemin artistique qui allait la conduire directement – selon ses parents- à devenir une chikha, une dévoyée. Fadma était influencée par une splendide nature dans laquelle elle évoluait des journées entières entre les cèdres et les sources d'eau qui entouraient son domicile familial.
Ces paysages et vues naturels étaient pour elle une source d'inspiration qui lui a permis d'apprendre à jouer sur l'instrument d'Alloune et d'emmagasiner dans sa mémoire tous les vers de poésie qu'elle entendait. Elle fût un grand tambourinaire et devint officiellement une tanazurte. C'est au sein de la troupe de l'artiste Yousfi Benmoha (ex- Rouicha) que cette chikha a évolué pendant de longues années pour acquérir une grande expérience artistique. Elle devint célèbre en un temps record grâce à sa voix mélodieuse et à sa grande dextérité dans la manipulation du Bendir. Oult Hdidou est une femme très intelligente qui savait saisir toutes les occasions pour arriver à ses fins artistiques.
Elle était ambitieuse, ce qui l'a amenée à s'imposer sur la scène artistique, au Moyen Atlas. Sa renommée a incité d'innombrables chefs de troupes à la solliciter pour rejoindre leur groupe afin d'animer des fêtes, des festivals, des enregistrements à la radio amazighe de l'ex RTM, ou bien des concerts conviviaux. Sa réputation grandissant, elle a opté pour le travail en toute indépendance afin de devenir chanteuse principale au sein de toutes les troupes qui l'invitaient à prendre part dans leurs prestations.
Durant cette période, elle a accompagné plusieurs artistes principaux tels les violonistes, Ayad Mahrach, Abahrar Mimoune, Ouâachouch Lahcen, Stitou Mohamed, Lahlou Mohamed, Chîioui Lahcen, Amlal Keddour, de même qu'elle a côtoyé aussi des «Outayris» considérés comme des sommités dans leur art : Houari Rouicha Mohamed ou Mustapha Aâkri pour ne citer que quelques-uns d'entre eux. Concernant les tambourinaires qu'elle avait connus durant sa carrière artistique, on cite quelques noms qui ont marqué l'histoire de l'art dans le Moyen- Atlas, dont Kadour Bouyaoui, appelé communément, Awaêdi a saêdi, le fameux général Hassan Bouykifi, Hachami Abidla, Said Ouhdidou, son cousin Zayd Ouhdidou,Hamouchi Mouloud ou bien Mohamed Chelh.
Cette dynamique cheikha a eu plusieurs occasions pour se produire presque dans toutes les villes du Maroc et en Europe, avec son premier « patron », le grand Yousfi Benmoha et ses troupes, surtout durant l'année de 1978.
Ouahrouch Fatima, demeurera éternellement une grande tanazurt dans les annales de l'histoire du patrimoine amazigh car elle fût une grande star. Actuellement, elle est toujours en vie et s'est retirée dans le village d'Ain Leuh. Il serait, à mon sens, important que les chercheurs consacrent une ou des études sérieuses à son parcours artistique dans la mesure où, non seulement elle le mérite, mais cela permettrait également de la faire connaître et de la faire sortir de l'oubli. Notons au passage qu'elle n'a ménagé aucun effort depuis son jeune âge, jusqu'à nos jours, pour contribuer fortement à la sauvegarde de la langue et de l'art amazighs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.