«Positions et Propositions», nouveau recueil d'Abdeslam Seddiki    Le cri maghrébin!    Semaine dans le vert pour la bourse de Casablanca    Surveillance routière dans les zones à trafic intense : 139 agents assurent le contrôle routier à travers tout le Maroc    La sécurisation des voies ferrées est en marche    Contrôle et détection automatique : 552 nouveaux radars sur nos routes    Un levier important du nouveau modèle de développement escompté    Euromoney Awards 2019 : AWB « meilleure banque au Maroc » pour la 9è fois    L'heure de vérité pour l'Allemande von der Leyen au Parlement européen    Yemen : l'Arabie Saoudite isolée    Indonésie. Un fort séisme de magnitude 7,3 frappe les Moluques    Raid près de Tripoli : Rapatriement des dépouilles des victimes marocaines    Amende de 5 milliards de dollars pour Facebook    Avec des «si»    CAN 2019. Romain Saïss évoque un sentiment de "honte" après l'échec du Maroc    Les Fennecs prennent leur envol    Sport et politique : un mauvais mariage    Meeting de Monaco. Soufiane El Bakkali remporte l'épreuve du 3000 m steeple    Gares routières, ports, centres commerciaux : Le CNPAC prévoit une vaste opération de sensibilisation    Violence psychologique. Ce mal invivable des couples marocains    Baccalauréat 2019 : Plus de 253.000 candidats admis au total    Lancement de la plateforme nationale « Maroc Université Numérique » à Rabat    #CodeWahed : Plus de 10.000 automobilistes sensibilisés par Vivo Energy Maroc    David Elmoznino : une nostalgie joyeuse    Rapport du CESE: Défaut de Lecture au Maroc    Yahya Boudlal: le fils prodigue du théâtre national n'est plus    Firo 2019 : Hamid Bouchnak, Cheb Younes, Cheb Nasro et les autres    Procès Imlil : la défense demande une expertise psychologique    Livraison de missiles russes S-400 à la Turquie en dépit des mises en garde américaines    Importante participation marocaine au Sommet Pact for Impact    Création de l'Agence nationale d'évaluation et de garantie de la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique    Communication et modernisation de l'administration publique    Journée d'étude sur les terres soulaliyate et collectives    Du mental au physique, le tondeur de mouton se prépare comme de grands sportifs    Les stars qui vivent avec une maladie mentale : Kid Cudi    Appui financier de la Banque mondiale à l'éducation préscolaire au Maroc    La défense demande une expertise psychologique des accusés et la mère de l'une des victimes d'Imlil réclame la peine de mort    Sans l'Egypte, la fête est plus ouverte    La FIFA annonce des amendements majeurs à son code disciplinaire    Karim Adyel, premier juriste marocain nommé arbitre au TAS    Sylvie Pullès, l'accordéoniste qui règne sur le folklore et le musette    Bristol, tatouée Banksy    "Anna" Un thriller au féminin    Transfert d'un budget Santé pour un festival à Rabat. Balafrej questionne le chef de gouvernement    Bourita: nécessité d'un changement de paradigme fondé sur l'égalité    Les rythmes sénégalais et le jazz marocain enchantent le public    Le changement de croyance religieuse au cœur du nouvel ouvrage de Ayad Ablal    Enseignement: Les amendements de la loi-cadre bientôt votés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Younes Chaabi: «Les MOOCs jouent un rôle important dans l'apprentissage de l'amazigh»
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2019

Aujourd'hui, les Formations à distance (FD), les Technologies de l'information et de la communication (TIC) et les MOOCs jouent un rôle majeur dans le développement des pratiques pédagogiques et le domaine de l'enseignement des langues.
Al bayane : De prime abord, qui est Younes Chaabi?
Younes Chaabi : Je suis titulaire d'un doctorat en informatique à l'université de technologie de Belfort en France, et d'un doctorat en mathématiques, informatique et application à l'Université Ibn Tofail de Kenitra au Maroc. J'ai obtenu ma licence en administration des bases de données et mon master en qualité du logiciel à l'Université Ibn Tofail de Kenitra.
Mon père et ma mère sont amazighophones. J'ai passé presque toute mon enfance à Kasba-Tadla, où j'ai poursuivi mes études primaires, secondaires et collège. Actuellement, je travaille en tant que chercheur spécialisé en ingénieur pédagogique (E-Learning), traitement automatique des langues et l'analyse des données, à l'Institut Royal de la Culture Amazighe, au sein du Centre des Etudes Informatiques, des Systèmes d'Information et de Communication.(CEISIC).
Quel regard portez-vous sur la langue amazighe dans le système éducatif marocain?
Depuis 2001, l'identité amazighe bénéficie d'une reconnaissance institutionnelle avec la création de l'Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) et l'intégration (partielle) de la langue amazighe dans l'enseignement public et dans les médias. Deux ans après, depuis septembre 2003, le système éducatif marocain connaît l'intégration de la langue amazighe dans l'enseignement primaire suite à la convention liant l'IRCAM et le Ministère de l'Education Nationale et de la Jeunesse (MENJ) datée du mois de Juin de la même année.
Depuis sa création et en raison de la mondialisation de la société dans laquelle nous vivons, travaillons et apprenons, un besoin éducatif énorme pour apprendre la langue Amazighe, tant au niveau national qu'international, s'est accru de façon exponentielle. Dans la perspective de consolider l'apprentissage de la langue amazighe en vue de sa maîtrise et pour répondre au besoin, l'IRCAM a jugé nécessaire d'élaborer une plateforme d'apprentissage à distance de la langue et la culture amazighes.
Quelle place occupent les TIC, les FD et les MOOCs dans l'apprentissage de la langue amazighe?
L'intérêt croissant pour des opportunités d'apprentissage à distance massives et ouvertes ouvre de nouvelles perspectives pour la langue amazighe. Les Formations à distance (FD), les Technologies de l'information et de la communication (TIC) et les MOOCs viennent donner un nouvel essor à nos pratiques pédagogiques et le domaine de l'enseignement des langues n'est pas épargné par ce phénomène. On entend ici par ces nouvelles technologies (MOOCs, TIC et FD) non seulement la mise en place de réseaux et d'équipements, mais également l'utilisation de ces technologies pour des fins de développement économique, sociétal et culturel. D'un côté, ces technologies offrent un environnement d'apprentissage des langues interactif et authentique, qui favorise la collaboration, l'apprentissage autonome et libre, l'évaluation, etc.
Se cultiver en quelques clics, se former à la maison, apprendre en temps voulu et selon son propre emploi du temps… l'apprentissage en ligne grâce aux MOOCs facilite l'apprentissage des langues! Pour parler du phénomène MOOCs au-delà du buzz médiatique, il faut d'abord commencer par comprendre son fonctionnement et ses principes.
Quid des MOOCs dans le développement de l'apprentissage à distance des langues?
Aujourd'hui, les MOOCs jouent un rôle important dans le développement de l'apprentissage à distance des langues, qui a évidemment suivi la montée en puissance de l'éducation en ligne. L'acronyme MOOC signifie « Massive Open Online Course » que l'on peut traduire par « cours en ligne ouvert et massif ». Certaines personnes dans le monde ont également traduit MOOC en «Mu-Class». Le premier MOOC date de 2007, lorsque le professeur David Wiley de l'université Utah aux Etats-Unis a créé un cours en ligne ouvert basé sur wiki sous le nom « Introduction à l'éducation ouverte (INST 7150) ». En janvier 2008, le professeur Alec Couros de l'université de Regina au Canada a ouvert un réseau de cours ouverts « Médias et éducation ouverte (CE & I 831)», et a invité un grand nombre d'experts mondiaux dans l'enseignement à distance pour participer à ces cours. Ces deux cours ouverts de professeur David Wiley et Alec Couros ont jeté les bases de la naissance du MOOC. Quatre ans après, et depuis une publication d'un article de Laura Pappano dans le New York Times, le MOOC est devenu un sujet d'actualité. 2012 était l'année du MOOC.
Il est légitime de se demander si les MOOCs sont pertinents dans le cadre de l'enseignement de la langue amazighe. On peut noter quelques points intéressants : un MOOC permet à l'enseignant de diversifier les supports pédagogiques. Une grande place dans ce type de formation est consacrée aux interactions par le biais des forums de discussion asynchrones. Les échanges sur les forums de discussion permettent aux apprenants de communiquer avec des locuteurs natifs (amazighophones). Un autre avantage : les apprenants peuvent suivre des cours d'amazighe sur ces MOOCs à leur rythme, insister sur un point du cours ou passer plus rapidement sur un autre. Les MOOCs ont mis en lumière l'évaluation par les pairs et la possibilité d'évaluer le travail d'un autre apprenant à l'aide d'une grille d'évaluation.
Pourriez-vous nous en dire plus sur la conception de l'apprentissage en ligne de la langue amazighe sur les MOOCs?
La conception d'une expérience d'apprentissage en ligne de la langue amazighe sur les MOOCs nécessite un mélange de compétences. Trois domaines où l'expertise est nécessaire : la technologie de l'information, la conception pédagogique et l'expertise en outil et matière pédagogique. Le MOOC est cadencé dans le temps et se déroule sur quelques semaines, il est composé d'activités pédagogiques variées (courtes vidéos animées de 5 à 10 minutes, de quiz afin de vérifier l'acquisition de connaissances et des exercices pratiques et travaux collaboratifs pour développer ses compétences et son réseau). L'inscription et l'accès à des activités pédagogiques est gratuit et directement en ligne, car l'intégralité du MOOC est accessible sur internet. Aujourd'hui, les MOOC bénéficient d'innovations du Web car ils tirent le meilleur de la rencontre entre les nouveaux usages induits par les réseaux sociaux, et les apports de la pédagogique active. Grâce aux fonctionnalités sociales du MOOC, l'apprentissage sur ces plateformes n'est plus vertical, de l'enseignant vers l'apprenant, mais s'horizontalise grâce aux échanges entre apprenants et avec l'équipe pédagogique. Les MOOCs peuvent être suivis par un nombre illimité de participants (de plusieurs milliers à une centaine de milliers d'apprenants). Cette dimension massive porte ainsi la promesse d'une formation initiale et continue plus ouverte et évolutive.
Finalement, un MOOC de langue qui remporte du succès offre une belle vitrine pour l'établissement qui le produit. C'est aussi un moyen efficace de promouvoir une langue à l'international. Un MOOC pour l'apprentissage de la langue amazighe est une expérience d'apprentissage nouvelle, et ce n'est que le début ! De nombreux usages et outils sont encore à développer pour améliorer cette expérience. Inventons-les ensemble!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.