Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Les professionnels africains du cuir créent leur corporation    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Virus : les Américains quittent le navire contaminé, le bilan grimpe en Chine    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    A Tata, l'éducation environnementale passe avant tout par celle des enseignants    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Ivanka Trump a encore parlé du Maroc    Trafic de drogue et de psychotropes : Arrestation à Tanger de deux Danois, objet d'avis de recherche internationaux    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    «Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tourisme rural, alternative pressante!
Publié dans Albayane le 05 - 04 - 2019

Le balnéaire n'est pas seul créneau sur lequel peut vivement compter le secteur touristique dans la région Souss Massa au potentiel indéniable. Le tourisme alternatif sous toutes ses formes dont le rural occupe une place de choix demeure une activité d'une importance capitale dans un environnement écologique aussi attrayant que porteur.
L'apport décisif de cette niche vitale, en termes de capitalisation de ces produits naturels vise à valoriser ces options intégrées. L'accompagnement que mène cette stratégie au niveau des projets micro-entreprises, de la protection juridique des produits du terroir, en particulier l'arganier, le safran, la figue de barbarie, la rose… Cette démarche fort-ambitieuse nécessite beaucoup de volontarisme, de méthodologie et de technologie.
Cet effort qui devrait être déployé de concert par tous les intervenants dans le domaine, notamment le réseau associatif qui s'organise en associations fédératrices pour affronter dans la synergie les contraintes et les entraves rencontrées.
Cet aspect touristique d'envergure draine, de plus en plus, une clientèle croissante. La mobilisation autour du site d'Imouzzer Ida Outanane ne fait que valoriser les potentialités dont regorgent ces zones attractives. Nul doute que ces approches tendent à la diversification des produits touristiques de l'une des destinations prisées du royaume où se côtoient mer, montagne, oasis, désert, verdure, neige…C'est dire que tous les goûts peuvent y trouver leurs comptes.
Il va sans dire également que le balnéaire a constitué, depuis des lustres, le levier incontestable de l'industrie touristique de la capitale du Souss. Pour ce faire, on avait misé, dès les années 80, à mener une course folle pour le montage d'unités hôtelières de haut standing, avec l'entrée en lice des Tours opérateurs, au côté des investisseurs et des opérateurs économiques marocains.
Cependant, au fil du temps, on s'est bien rendu compte que ces TO pratiquaient une véritable mainmise sur la destination et exigeaient une capacité d'accueil encore plus grossissante. Or, l'on constatera que les complexes hôteliers connaissent des fléchissements de plus en plus déconcertants. Nombre d'hôtels mettent les clefs sous le paillasson, d'autres trouvent beaucoup de mal à vivoter et tombent éperdument dans la vétusté.
L'option balnéaire de luxe s'avère, en conséquence, mise à rude épreuve, au détriment du tourisme destiné aux classes moyennes et petites, à grandes masses.
L'espoir repose sur Agadir, en tant que pièce maitresse de l'économie nationale. Toutes ces prévisions broient aujourd'hui du noir, avec l'effritement de la capacité litière d'Agadir qui connait des régressions désolantes.
Devrait-on se rabattre carrément sur le tourisme rural, avec ce que présente l'arrière pays, tel Imouzzer, comme potentiel naturel de qualité ? Ce serait dommage d'abandonner un investissement colossal, durant plus de quatre décennies. Toutefois, il va falloir concilier les deux volets complémentaires, en mettant en place une refonte de l'action touristique dans lé région, avec l'implication de tous les intervenants du secteur, toutes catégories confondues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.