Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle
Publié dans Albayane le 24 - 04 - 2019

Ce dimanche, au terme d'une campagne électorale «digitale et antipolitique», Volodymyr Zelensky, un comédien et humoriste juif qui dit ne pas être «un politicien mais un type normal qui est juste venu pour détruire le système» a détrôné le Président ukrainien Petro Porochenko.
Bien qu'étant néophyte en politique, le nouveau président n'est, cependant, pas un inconnu du grand public ukrainien dès lors que, dans la très populaire série télévisée «Le Serviteur du peuple», il avait joué le rôle d'un professeur, ardent défenseur des «petites gens» et pourfendeur des élites corrompus, devenu président de la république. Cette série télévisée lui a tellement donné le goût du pouvoir et l'envie de sauter le pas en passant de la fiction à la réalité, qu'il n'a pas hésité à déposer sa candidature pour les élections présidentielles. Une excellente initiative, à vrai dire, puisque, dès le premier tour, celui-ci était arrivé en tête avec 30,4% des voix devançant largement le président sortant Petro Porochenko, classé second avec un score de 17,8% parvenant, ainsi, à éliminer, sans coup férir, l'ex-première ministre Ioulia Timochenko qui n'avait pas attiré plus de 14% des votants.
Mais comment se fait-il donc que le président Porochenko se soit fait supplanter par un «vulgaire» comédien, un candidat atypique et, de surcroît, novice en politique alors même qu'il a, à son actif, le rapprochement de l'Ukraine avec les pays occidentaux, le redressement de l'armée et voire même le lancement d'importantes réformes économiques?
La seule explication qui vient à l'esprit est que l'ancien président ukrainien aurait été victime d'un vote-sanction de la part de ses compatriotes qui lui auraient reproché son incapacité à enrayer la corruption endémique qui gangrène toujours l'Ukraine et qui avait été la raison essentielle du soulèvement du Maïdan qui lui avait servi de tremplin et permis d'accéder au pouvoir cinq années auparavant.
Iryna Solonenko, spécialiste de l'Ukraine au sein de la Société allemande de politique étrangère (Deutschen Gesellschaft für Auswärtige Politik) estime que «voter Zelensky a été un vote de protestation (car) ses partisans en avaient eu assez des vieilles élites qui trempent encore probablement dans des affaires de corruption». Elle ajoutera que «rien que pour cela, de nombreux ukrainiens ont été prêts à lui donner un chèque en blanc».
Ce serait donc pour cette raison qu'au premier tour et malgré un programme plutôt «flou», Volodymyr Zelensky est, tout de même, parvenu à recueillir la majorité des suffrages exprimés alors même que sa seule expérience du pouvoir il l'avait vécue au cours de la fameuse série télévisée.
Lorsqu'en Janvier dernier des représentants de l'UE l'avaient questionné sur son programme politique, Zelensky les avait renvoyé vers ses conseillers et avait demandé à ses partisans de lui envoyer des propositions via les réseaux sociaux. C'est à la suite de cela que, dans le programme qu'il avait rendu public quelques temps plus tard, il s'est dit favorable «à un recours accru au référendum» et entend soumettre au vote populaire l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN. Il compte également construire de nouvelles voies terrestres aux normes européennes. En outre, dans le cadre de la lutte contre la corruption qui gangrène l'Ukraine, il menace d'exclure de la fonction publique toute personne condamnée pour des faits de corruption.
Mais si, en définitive, le programme présenté par Zelensky ne diffère pas outre-mesure de ceux présentés par ses concurrents, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.