Collaboration entre la DGST et le FBI pour la neutralisation d' un soldat américain radicalisé    Le Maroc réitère son appel à la création d' une Plateforme des experts africains de la lutte contre les épidémies    Avancées substantielles du programme Compact II du Millenium challenge    La crise chamboule profondément l' activité des entreprises à fin 2020    Travail décent : une denrée rare en Afrique du Nord    Le Maroc et les USA organisent une réunion régionale sur la coopération en matière de lutte contre la prolifération nucléaire    Israël rouvre sa mission diplomatique au Maroc    Enfin, une victoire de l'EN avec la manière    Tuchel rebondit à Chelsea en quête de certitudes    Hommage appuyé au génie marocain dans la gestion de cette richesse vitale    1.776 douars ciblés par le Plan national de lutte contre la vague de froid    Derb jrane sous les décombres    Affaire "Hamza mon Bb" : Le verdict est tombé, prison ferme pour Batma    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Face à l'évolution du monde et de son voisin le Maroc, l'Algérie «semble absente»    Casablanca: La trémie des Almohades achevée « d'ici fin mars »    Madrid plaide pour le renforcement du dialogue et de la coopération avec le Maroc    La face cachée de la lune     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    Auschwitz. La Shoah et nous    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    CGEM : Un travail participatif en faveur de la relance    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Le dialogue interreligieux au service des nouvelles générations : Les Oulémas travaillent sur la transmission de la mémoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'heure du bilan !
Publié dans Albayane le 02 - 12 - 2020

L'actuel exécutif, à quelques mois de la fin de son investiture, aura-t-il pesé sur le cours de l'évolution globale du pays? Autrement dit, «l'Islam politique» tel que proposé, il y a une décennie, dans le contexte régional dicté par les circonstances du fameux Printemps, sera- t-il en mesure de prétendre porter une plus-value dans le processus des générations de réformes auquelles la nation s'est résolument engagée, à l'aune de l'Alternance?
Certes, la phase transitoire ordonnée par la ruée en force de ce qu'on eut communément appelé le «tsunami islamiste», s'est fluidifié de façon singulière, sans engendrer, pour autant, de dégâts dans notre pays, à la différence de ce qui s'est passé dans nombre de contrées régionales.
Cependant, au bout du compte, si la première manche du mandat dirigée par l' «impétueux» Benkirane, s'est relativement soldée par un «charisme sulfureux» étant, en fait, parvenue tout de même, à assurer une «cohérence édifiante» au sein de son équipe, la seconde, entamée dans la douleur par son successeur, El Othmani au tempérament plus «émoussé», fut truffée, de bout en bout, par une «nonchalance agaçante», pis encore une «désunion exaspérante» des composantes.
Il serait donc bien évident que l'efficience en ce terme de production en gestion publique, en pâtirait fort cruellement, d'autant plus que le pays est sensé relever tous les défis, définis par la nouvelle constitution, jugée novatrice à bien des égards.
En effet, tout au long de cette mandature, on n'avait pas l'impression que le présent gouvernement était capable de porter un projet de société volontariste, fondé sur une vision politique claire et un tact collectif harmonieux. Sa production fut alors en deçà des attentes escomptées, puisqu'en dépit de certaines avancées acquises, par-ci, par-là, les disparités sociales et territoriales se sont visiblement aggravées.
De même, le pouvoir d'achat s'est sensiblement détérioré, les souches les plus démunies de la société se plaignent de plus en plus, de la précarité et de la misère, les conduites de monopole, de corruption, de dépravation, d'impunité et de rente ne font que s'appesantir.
Les réformes qui avaient pourtant, pris une allure affirmée auparavant, semblent marquer le pas, à plus d'un titre...Fort heureusement, l'Etat dont les assises sont basées sur la primauté du Public compensait comme il se devait cet effroyable manque à gagner.
Sans trop avoir l'intention de remuer le fer dans la plaie, l'expérience de la tendance à charge des affaires publiques, conduite par la mouvance islamiste paraît se débouler comme un château de sable. Jamais notre pays n'a eu un exécutif aussi désagrégé et amorphe, à un moment où la nation avait grand besoin de continuité ascendante et de propension nationale dynamisée! On ne peut promettre des slogans si décisifs sans pouvoir les honorer au bilan. La «morale tamisée» se paie donc cash!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.