Sahara : « L'Egypte soutient l'intégrité territoriale du Maroc »    Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    Cours de change des devises étrangères contre le dirham du 25 janvier 2022    Covid-19: la pandémie a coûté 350 milliards d'euros à l'économie allemande    La diaspora marocaine fortement sollicitée lors de la Morocco Tech    Compétition intellectuelle : Coup d'envoi de l'opération Ingénieuses 2022    La fondation Arrawaj recrute plusieurs profils    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Le Sénégal au complet face au Cap-Vert    Historique des confrontations entre le Maroc et le Malawi    Le Burkina Faso sort le Gabon aux tirs au but    CAN 2021 / Bilan officiel du drame du stade d'Olembé : 8 morts et 38 blessés    En Algérie, stupeur et effroi après la satisfaction engendrée par l'élimination des Fennecs    Tanger : L'association Ghaith vient en aide aux familles des victimes du drame de l'usine de textile    INDH à Nouaceur : Des efforts inlassables pour généraliser le soutien scolaire dans la province    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    Casablanca: un policier use de son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    Bamako demande au Danemark de retirer «immédiatement» ses forces spéciales    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    La Cour des comptes européenne appelle l'UE à mettre un coup d'accélérateur au déploiement de la 5G    Démission de la directrice de cabinet du président Kaïs Saïed    La capacité d'accueil des cités universitaires en hausse de 7% pendant l'année en cours    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    9 millions de personnes risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, rappelle Véran    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Conseil de gouvernement : l'ordre du jour de la réunion du jeudi 27 janvier    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce mardi 25 janvier    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nicaragua: Mandat d'arrêt contre Cristiana Chamorro
Publié dans Albayane le 06 - 06 - 2021

Quelques heures à peine après que la journaliste Cristiana Chamorro, 67 ans, non-membre d'un quelconque parti politique mais étoile montante des opposants au chef de l'Etat, ait fait part de son intention de solliciter l'investiture de l'opposition pour l'élection présidentielle du 7 novembre 2021 à l'issue de laquelle Daniel Ortega, au pouvoir depuis 2007, entend briguer un quatrième mandat à la tête du Nicaragua, un communiqué de presse a annoncé, ce mercredi, qu'un tribunal de Managua a ordonné «l'intervention [de la police au domicile de l'intéressée] et (son) arrestation».
Aussi, au moment-même où Cristiana Chamorro, qui ambitionne de vaincre le président Ortega par les urnes en suivant les pas de sa mère, Violeta Barrios de Chamorro, qui avait présidé aux destinées du Nicaragua de 1990 à 1996 après avoir été élue sous la bannière de la coalition «Union National Opositora» (Union nationale d'opposition) opposée aux «sandinistes», s'apprêtait à donner une conférence de presse à partir de son domicile pour dénoncer ce qu'elle considère comme étant une «farce macabre» montée par le pouvoir pour empêcher sa candidature au scrutin présidentiel, plusieurs dizaines de policiers ont formé un périmètre de sécurité autour de sa maison et fait évacuer, par la force, tous ceux qui s'en approchaient.
Pour rappel, la veille, le ministère public nicaraguayen avait mis en accusation la journaliste et demandé qu'il lui soit interdit de briguer un quelconque mandat au motif que cette dernière «ne jouit plus pleinement de ses droits civiques et politiques car elle est impliquée dans une procédure pénale».
Les griefs retenus contre l'intéressée dans le but évident de l'empêcher de faire de l'ombre à Daniel Ortega, lors du prochain scrutin présidentiel, sont «délits de gestion trompeuse (et) fausseté idéologique en vue de commettre le délit de blanchiment d'argent, de biens et d'actifs, au détriment de l'Etat du Nicaragua et de la société nicaraguayenne».
Or, de l'avis de plusieurs juristes, cette flagrante procédure très grossièrement cousue de fil blanc reste « illégale » en l'absence d'une résolution du Conseil Suprême électoral.
Si donc pour l'euro-député espagnol José Ramon Bauza, le mandat d'arrêt émis à l'encontre de Cristiana Chamorro est une «attaque très grave contre la démocratie», le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh), y voyant «un outrage aux droits de l'Homme», a même demandé au chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, d'envisager des sanctions immédiates contre le gouvernement Ortega.
Du Costa Rica, où il se trouve dans le cadre d'une mission, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a déclaré que l'interdiction «arbitraire» dont a fait l'objet Cristiana Chamorro «reflète la crainte d'Ortega d'élections libres et justes» et rappelé que «les Nicaraguayens méritent une vraie démocratie».
En outre, en considérant que «le Nicaragua se dirige vers les pires élections possibles», le Secrétariat général de l'Organisation des Etats américains (OEA) a dénoncé «cette nouvelle attaque contre la démocratie» qui «rend impossible la tenue d'élections libres, équitables et transparentes dans le pays» et qui «délégitime le processus électoral avant même qu'il n'ait lieu».
Il convient de signaler, par ailleurs, que Cristiana Chamorro qui ressemble beaucoup à sa mère sur le plan physique et qui est, par ailleurs, la fille de Pedro Joaquin Chamorro, un héros de la lutte contre la dictature des Somoza dont l'assassinat, en Janvier 1978, avait entraîné le début de l'insurrection contre le régime, avait dirigé, jusqu'en février dernier, la fondation de défense de la liberté de la presse qui porte le nom de sa génitrice et qui soutient les journalistes et les médias indépendants.
Au vu du tollé international que son arrestation a provoqué et du fait qu'elle appartient à une famille qui possède un grand groupe de presse, fait partie de l'oligarchie nicaraguayenne et dont le nom est intimement lié à l'histoire du pays, tous les ingrédients semblent a priori réunis pour permettre à Cristiana Chamorro de s'extirper des griffes de la justice de son pays, voire même de participer au scrutin présidentiel. Parviendra-t-elle à affronter Daniel Ortega lors des élections du 7 novembre prochain ? Attendons pour voir...
Nabil El Bousaadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.