Covid-19 au Maroc : 153 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Compteur Coronavirus : les nouveaux cas continuent leur augmentation, 153 contaminations en 24h    Amélioration de l'école publique : le ministère de l'Education lance un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    RDC : au moins 1.284 cas suspects de variole du singe signalés depuis le début de l'année    La guerre en Ukraine sur fond de crise énergétique internationale, par Yassine Gamal    Températures prévues pour le dimanche 22 mai 2022    Tempête en Allemagne: un mort et près de 60 blessés    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Les supporters de l'OCK interdits de déplacement à Casablanca    Bourse de Casablanca : Une nouvelle semaine dans le rouge    Guerre en Ukraine : Joe Biden valide l'envoi de 40 milliards de dollars d'aide à Kiev    Boxe: Khadija El Mardi sacrée à Istanbul vice-championne du monde des poids lourds    Variole du singe : pas de raisons de s'inquiéter selon Tayeb Hamdi    Nostalgie : Hassan Sefrioui, un grand dirigeant sportif de Tanger    LaLiga : Dénouement dans les courses à l'Europe et au maintien    Photos. Le Maroc et la France unis dans un exercice militaire aérien    Le Directeur Général de l'ONEE explore de nouvelles possibilités de financement avec la Suisse    L'Ambassade du Maroc au Sénégal réfute les allégations de l'ambassadeur palestinien à Dakar    Melilla a enregistré une secousse de magnitude 4    INTELAKA : 44 695 crédits accordés depuis le début du programme    Voici la date de l'Aid Al Adha 2022 au Maroc    Première édition de "Safi Investor Day" : la cité portuaire en émergence    Région de Casablanca: les prix des légumes ce samedi    Quand Rico Verhoeven danse sur du Chaâbi (VIDEO)    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane suite à sa consécration à la coupe de la CAF-2022    Bono vainqueur du trophé Zamora    Le DG de l'ADM Anouar Benazzouz prend la présidence de la fédération routière internationale    France : grève au Quai d'Orsay le 2 juin contre les réformes qui décapitent le corps diplomatique    Nabila Mounib peut désormais accéder au parlement    ONU : engagement renouvelé aux objectifs du Pacte de Marrakech sur les migrations    Casablanca. Interdite d'accès en classe à cause d'une jupe: du nouveau dans l'affaire    Région de Khémisset: trois enfants meurent noyés    Maroc-Espagne: Plus de 2 600 véhicules ont déjà franchi les frontières    Dérives verbales de l'ambassadeur palestinien à Dakar : Hassan Naciri remet les pendules à l'heure    Etude : Vivre à proximité d'un feu de forêt augmente les risques de cancer    PSG où Real Madrid ? Mbappé se prononcera ce week-end    France : voici les 27 ministres du nouveau gouvernement Macron    Justice : réactivation de l'accord de jumelage maroco-belge    Le Maroc fait don d'un laboratoire de langues à l'Académie diplomatique en Mauritanie    Le Maroc appuie l'élargissement de la Convention contre la torture    Voici la météo pour ce samedi 10 mai 2022    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lotus Seven : «Light is Right»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 07 - 2013

Depuis plus de 60 ans la Lotus Seven sillonne nos routes. L'histoire de la Seven a commencé au tout début de l'année 50. Colin Chapman, fondateur et directeur de Lotus, a vu son entreprise en pleine effervescence. La MK6, première voiture au châssis purement Lotus, a posé les bases d'un succès : châssis tubulaire, simple, spartiate, rigide mais ultra-léger. Mais Chapman ne s'arrête jamais, et à l'image d'un certain Enzo Ferrari, pour lui «la meilleure voiture est la suivante».
Il s'est donc concentré sur les modèles Mk8 à 11 qui étaient prévus pour la course. Cependant les acheteurs réclamaient un successeur à la MK6 ! C'est ainsi que Chapman a construit, seul, la 7, numéro délaissé initialement prévu pour une Formule 2 mais repris en hommage à l'Austin Seven de 1922 qu'il avait piloté à ses débuts. Son défi était de réaliser une voiture de sport dont le prix serait de 1.000 livres et de 500 livres si vendue en kit. La légende voulait que le projet aurait été mis sur plan en une semaine.
Chapman a présenté le fruit de son travail pour la première fois en septembre 1957. Avec sa carrosserie en aluminium, celle qu'on allait nommer la Seven S1 a été couverte d'éloges et a procuré à Lotus les deniers nécessaires à sa pérennité.
Les premières S1 n'ont été vendues qu'un an après. Son châssis bien que simplissime était digne du génie de Chapman. Reprenant les formes de la MK6, il rappelait nombre de techniques apprises au cours des années et notamment la suspension avant, très proche de celle de la 1ère monoplace de la marque, la Type 12. Fait de tubes de 1 pouce et renforcé par d'autres de ¾ de pouce, le châssis rappelait aussi la fameuse MK11. Il conférait à l'ensemble un poids léger mais une très grande rigidité.
La S1 était un patchwork des pièces existant à l'époque : ailes avant de motos, moteur et boîte 3 vitesses Ford, roues de Ford puis de Triumph TR3, pont AR rigide d'Austin Healey «Frog-eye» Sprite, etc. archaïques bien souvent, mais largement dimensionnées pour l'engin qui doit aussi être vendu en kit (prix très attractif de 526 £ (livres) à la faveur d'une fiscalité plus avantageuse)!
La première version commercialisée de la légendaire Lotus Seven apparaît donc en octobre 1957. Dans le châssis tubulaire, Chapman avait installé un moteur Ford 1172cc (100E) de 40 ch à carburateur Solex. En option, la puissance pouvait être augmentée de 8 ch par 2 carbus SU H2 et un collecteur d'échappement 4 sorties. Chaussée de pneus en 135x15 et équipée de freins à tambours Girling, la Lotus 7 était pourtant à la hauteur de la demande. Seulement 40ch, mais en contrepartie 416 kg grâce à une carrosserie entièrement réalisée en aluminium lui assuraient des performances remarquables. La critique était unanime.
La MK6 avait son héritière! Elle n'était pas la reine en accélération, mais en virage elle terrassait toutes ses concurrentes. Elle était facile à prendre en main et son train arrière toujours en dérive en faisait un jouet extra. Lotus a fait évoluer son joyau au fil des ans en l'affublant d'une lettre. Ainsi on connaîtra la S1 A et C. La S1 a été produite au total à 242 exemplaires, tous modèles confondus, entre 1957 et 1960.
La première grosse évolution de la Lotus 7 est apparue en 1960 avec la S2. La S1 était coûteuse à produire, en temps et en composants, et Chapman a décidé de simplifier le châssis. Il avait retiré quelques tubes, les jugeant inefficaces à la rigidité de l'ensemble. Pour le nez et les ailes, l'aluminium a été remplacé par la fibre de verre teintée dans la masse. Cela avait permis d'alléger le coût de revient et donc le prix qui est ainsi redescendu sous la barre des 500 £ (livres). En parallèle, les suspensions avaient été revues et le diamètre des roues ramené à 13''. En octobre 1961, la Lotus 7 a abandonné le coûteux moteur Coventry Climax et a adopté le moteur Ford 105E de l'Anglia. Un 997 cm3 à soupapes en tête et 2 carbus SU d'une puissance de 39 ch à 5000 tr/mn. Tout le reste est égal à la S2 type A.
La 3ème génération n'avait pas tardé à se montrer pour remplacer la version S «2 1/2» de transition avec une évolution majeure du châssis et des trains roulants. L'abandon du vieil essieu rigide pour un pont de Ford Escort Mexico car plus fiable, plus apte à supporter le regain de puissance, mais aussi plus large était la première grande nouveauté du concept. La Seven quitte donc ses ailes arrières bombées pour des modèles plats recouvrant ainsi les pneus. Baptisée S3, elle a été produite jusqu'en 1970. Date à laquelle Lotus avait décidé d'étendre sa gamme afin d'obtenir un meilleur confort économique. Mike Warner, directeur de Lotus Components, avait reçu la lourde tâche de moderniser la Seven.
Elle devait être plus moderne afin d'élargir la clientèle et ainsi grignoter des parts de marché aux concurrentes qu'étaient la Midget ou la Spitfire. Pour la première fois, Lotus avait cédé à la pression de l'embourgeoisement. Ainsi était née la Sérié 4 ou type 60 dans la numérotation Lotus. C'est en 1971 que Colin Chapman a définitivement arrêté la production de la Lotus 7. Mais grâce à Graham Nearn, à la tête de sa concession Caterham, la Caterham Super Seven était née et s'en est suivie la renaissance de la Super Seven Type S3.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.