Le Maroc reconnait le gouvernement de Bolivie, annonce le MAE    Coronavirus : un Marocain résidant à Wuhan lance un appel de détresse à l'ambassade marocaine en Chine    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Coronavirus : la Grande muraille de Chine et Disneyworld Shangai fermés à cause de l'épidémie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cinquième journée des Coupes africaines – Objectif : sceller la qualification    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    Feux en Australie: Les enquêteurs sur le site du crash qui a tué trois pompiers américains    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    La CSMD reçoit le Conseil de la Concurrence    El Othmani: La participation du Maroc au Sommet afro-britannique augure d'un nouvel élan aux relations bilatérales    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Banque mondiale: 1 MMDH pour les infrastructures de Casablanca-Settat    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fès : l'oratoire devenu mosquée des Andalous
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 10 - 2006

Au cœur d'une succession de changements importants et d'évolution s'est tissée l'histoire de la ville de Fès. Les différentes dynasties, qui se sont succédé, y ont marqué chacune de son empreinte. Ainsi, la première capitale impériale du Royaume regorge d'importants monuments historiques, qui font d'elle patrimoine universel. Chaque monument relate une période de l'histoire de la ville. L'un de ses lieux chargés d'Histoire est la mosquée des Andalous. Sa création remonte au IX ème siècle à l'époque des Idrissides. A l'origine simple oratoire élevée en 859 par Meryem Al Fihria, sœur de Fatima Al Fihria, fondatrice d'Al Quaraouiyine, la mosquée des Andalous est le principal lieu de prière du quartier éponyme, qui se trouve à Fès Bali, la partie la plus ancienne de la ville.
Après la mort de son père Mohammed Ben Abdallah Al Fihri, originaire de Quairaouan en Tunisie, cette grande dame a consacré tout son héritage au financement des travaux de construction de ce haut lieu spirituel, auquel a également participé des familles andalouses, d'où découle le nom de la mosquée.
A cette époque, des centaines de familles chassées par les Omeyyades de la ville espagnole de Cordoue, en Andalousie, se sont réfugiées sur la rive droite de l'oued Fès. Les familles Quaraouanaises, quant à elles, se sont établies sur l'autre rive. Les nouveaux arrivants apportèrent alors l'art et le savoir-faire artisanal d'une civilisation à l'apogée de sa gloire. En témoigne la magnifique architecture des mosquées Quaraouiyine et des Andalous. Sous leur impulsion, la ville de Fès devient un centre culturel important à rayonnement international.
Au fil des siècles, la mosquée des Andalous fut embellie et agrandie à plusieurs reprises par les souverains de toutes les dynasties ayant régné au Maroc. Aujourd'hui, ce lieu de prière s'étend sur une superficie de 1880 mètres carrés et se distingue par sa porte monumentale ornée de zelliges et d'un auvent de bois sculpté.
Ces dimensions actuelles remontent au temps des Almohades, qui ont procédé à sa restauration. Sous cette dynastie, l'architecture maroco-andalousie atteint son apogée. Les Mérinides perpétuèrent l'art andalou au Royaume. Ils dotèrent la mosquée d'une fontaine dans la cour et d'une bibliothèque riche de précieux documents anciens.
Ils enrichiront également la ville de grandioses constructions: palais, medersas et autres mosquées aux fastueux décors de zelliges. La medersa Sahrij, sise à deux pas de la mosquée des Andalous, est l'une de leurs œuvres. Sous les Alaouites, le Sultan Moulay Ismaïl procédera à la rénovation de la mosquée tout en respectant ses caractéristiques architecturales. Pour sa préservation, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a lancé en 1997 une nouvelle opération de réhabilitation de ce haut lieu spirituel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.