Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Indécente richesse    Coupe de la CAF: Raja, HUSA et RSB dans un même groupe    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Le chaud et le froid pour le foot national    Forever aide les hommes à maintenir une fertilité normale    Tata: Exhausser le patrimoine immatériel!    Après Casablanca : «Chantons notre patrimoine commun» prévu dans d'autres villes    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    7 universités françaises refusent d'appliquer la hausse des frais d'inscription    WhatsApp limite le partage de messages    Quand l'Algérie noie le poisson    Prévisions économiques. Les bonnes notes de la CNUCED    Tijani en tournée mondiale    Ghosn se voit refuser une nouvelle demande de libération    Aujjar rend hommage aux victimes du génocide de 1994 au Rwanda    L'enfant terrible des islamistes    Doukkala : La culture de la betterave dépasse les prévisions    Faible progression de l'indice des prix en 2018, selon le HCP    Benkirane: « Je reviens »    Nominations aux Oscars : Cap sur l'audace pour Hollywood ?    Le Groupe BMCE Bank Of Africa lance officiellement sa nouvelle filiale OGS    Norvège: L'ambassadrice du Maroc dénonce la barbarie aux funérailles de Maren Ueland    "TDM Aerospace" signe son premier contrat officiel avec Boeing    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    Brexit : Theresa May compte retourner négocier à Bruxelles    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Liga : Le Barça conserve sa cadence victorieuse    Laâyoune abrite la 1ère compétition sportive féminine inter-régionale    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Le Maroc parmi les pays émergents les plus performants en Afrique    Le Maroc, l'un des trois marchés émergents les plus prometteurs pour le secteur automobile au monde    Federer jouera Roland-Garros    Le réchauffement des océans revu à la hausse    Dix Casques bleus tchadiens tués dans la pire attaque contre l'ONU au Mali    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    Divers    Divers Economie    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    Premier League : City et Tottenham dans le rythme de Liverpool    "Indigo", seul film marocain en lice pour l'Etalon d'or de "Yennenga"    "Glass" et Shyamalan cassent tout au box-office nord-américain    Hausse significative des bénéficiaires de la répartition des droits d'auteur entre 2017 et 2018    Vidéo : Bagarre générale entre les joueurs du Raja et de l'African Stars…    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Compétitions africaines de football, le bilan du weekend    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 07 - 2018

Entretien avec Christian Adda, directeur du Centre culturel africain au Maroc
ALM : Le Centre culturel africain au Maroc a été créé en 2010 et vient d'être rénové. Ses missions ont-elle changé?
Christian Adda : Tout d'abord, la rénovation a été faite en termes d'images. Autrement dit, nous avons travaillé sur les couleurs. Ainsi, le centre est devenu une galerie murale ouverte. C'est d'ailleurs une première au monde. En optant pour ce décor, nous permettons au public de Rabat de nous découvrir. Par là, nous procédons également à la promotion de la culture africaine qui peut se faire même en exploitant des espaces culturels. L'ambition du centre étant de travailler sur l'intégration qui est notre thème cette année. Cette intégration passe aussi par les couleurs et l'art. C'est pourquoi notre galerie ouverte est composée d'une mosaïque mêlant les couleurs marocaines à celles africaines.
Quelle est la vision du centre?
Nous sommes là pour la culture africaine dans sa particularité, sa créativité et sa richesse. Il est étonnant que nous, Africains, ne connaissons pas notre culture qui se réinvente. C'est pourquoi notre vision consiste à la faire connaître aux Africains et étrangers à la fois. Cette promotion va nous permettre de repousser l'ignorance parce qu'il y a beaucoup de clichés sur l'Afrique qui dispose d'un patrimoine culturel immense. Dans ce sens, nous organisons, dans le centre, des ateliers et des activités sur l'art, la peinture, le théâtre, le cinéma, la sculpture, l'art culinaire, la littérature et l'écriture. Nous disposons même d'une bibliothèque participative et d'une web radio appelée Kulture Mozaik que nous avons créée en 2013. Sur les ondes, nous avons programmé l'émission «Migraction» afin de révéler le côté positif de la migration et l'hospitalité des peuples qui accueillent. Le Maroc, qui peut être un carrefour de la culture africaine, est un exemple parfait dans ce sens. Nous organisons également des séminaires et des conférences autour de la migration, la culture, la coopération et l'intégration. De plus, nous accueillons des troupes. Cette année, nous recevons « Les messagers des messages » qui sont en résidence au centre. L'objectif ultime étant d'offrir un divertissement éducatif. Par l'occasion, nous travaillons avec d'autres espaces culturels afin de créer des ponts.
Pourquoi le centre n'informe-t-il pas assez sur ses activités?
Il est vrai qu'il y a un manque de communication de notre part. Il y a, peut-être, aussi un manque de demande d'information par le public marocain. Ce qui nous manque également, c'est que les événements que nous organisons ne soient pas éparpillés et très souvent autour de Rabat et Casablanca. Cependant, nous avons besoin d'appui médiatique.
Qui finance vos activités ?
Nous avons des mécènes marocains et africains. C'est le cas de la société Somagec dont le directoire est présidé par Roger Sahyoun. Nous travaillons également avec les fondations OCP et ONA ainsi que le ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration, Morroco Mall, l'OIM, l'ONU Femmes…
Et quels sont vos projets ?
Nous en avons beaucoup. Nous souhaitons travailler avec les sociétés marocaines représentées en Afrique à l'instar de Maroc Telecom, Attijariwafa bank, BMCE, Banque populaire, Saham et les Eaux minérales d'Oulmès entre autres. Nous sommes convaincus qu'il faut mettre l'humain au centre de toute coopération. Cela peut se faire à travers l'art et la culture.
Un dernier mot ?
Il faut que les citoyens, à leur tour, viennent participer à la promotion et au financement de la culture africaine et des artistes du continent. Déjà, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a beaucoup fait pour l'intégration des Africains au Maroc et, par ricochet, de leur culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.