Casablanca : La commune mobilise plus de 2300 agents pour Aïd Al Adha    PUMA signe Luis Suarez    PLF 2018 : la lettre de cadrage de El Otmani    Aïd Al Adha : les conseils de Autoroutes du Maroc    Le tramway de Casablanca s'adapte à Aïd Al Adha    Transfert : La nouvelle destination de Hamza Mendyl    Munir El Haddadi décide de rester au FC Barcelone    Italie : un séisme d'une magnitude de 5,2 touche le centre du pays    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le Maroc et l'Australie-Méridionale examinent les opportunités de coopération    Le cadrage royal    Le BCIJ loue la coopération antiterroriste avec l'Espagne    La crise de la livre turque : est-ce vraiment un complot ?    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    50.000 enseignants contractuels déjà en ordre de bataille    Averses orageuses fortes et temps chaud attendus vendredi et ce weekend dans plusieurs provinces ce weekend    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Recrudescence de cyberattaques sur les comptes Instagram    Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus selon les médias italiens    Facebook offre la diffusion de la Ligue des champions à l'Amérique latine...et la Liga à l'Asie du Sud    Israël: Netanyahu entendu par la police pour corruption présumée    Pakistan: Imran Khan sur le point d'être élu Premier ministre    Le Médiateur dresse son bilan : Près de 10.000 plaintes en 2017    Edito : Jeunesse d'esprit    «Hacky hack hack» : un adolescent australien de 16 ans pirate les systèmes d'Apple    Les jeunes, notre avenir    Un Canadien à la tête d'Air France-KLM    Le «Ceuta est marocaine», fait refuser la nationalité espagnole à une résidente marocaine    Emploi, social, politique : Ce que propose le CESE    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Classement mensuel de la FIFA: La Maroc perd 5 places et pointe au 46ème rang    Aretha Franklin la reine de la Soul s'est éteinte    760.000 spectateurs au Festival Jawhara    Le Festival des plages Maroc Telecom touche à sa fin    3e tour de qualification pour la Ligue des champions d'e l'UEFA : Elimination précoce de Celtic et Fenerbahçe    Appel à l'Union    Vaste opération de ratissage de l'Etat!    Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    Les recherches de survivants continuent dans les décombres    Le «Momo challenge», un nouveau défi dangereux pour nos enfants ?    Loi sur l'avortement : Les Algériennes gagnent une partie du pari    Méningite : La situation épidémiologique n'est pas préoccupante    Le Paraguay soutient la marocanité du Sahara    L'Atlético de Madrid bat le Real Madrid et remporte la Super coupe    Agadir accueillera une conférence internationale sur la gestion de la pénurie d'eau    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 07 - 2018

Entretien avec Christian Adda, directeur du Centre culturel africain au Maroc
ALM : Le Centre culturel africain au Maroc a été créé en 2010 et vient d'être rénové. Ses missions ont-elle changé?
Christian Adda : Tout d'abord, la rénovation a été faite en termes d'images. Autrement dit, nous avons travaillé sur les couleurs. Ainsi, le centre est devenu une galerie murale ouverte. C'est d'ailleurs une première au monde. En optant pour ce décor, nous permettons au public de Rabat de nous découvrir. Par là, nous procédons également à la promotion de la culture africaine qui peut se faire même en exploitant des espaces culturels. L'ambition du centre étant de travailler sur l'intégration qui est notre thème cette année. Cette intégration passe aussi par les couleurs et l'art. C'est pourquoi notre galerie ouverte est composée d'une mosaïque mêlant les couleurs marocaines à celles africaines.
Quelle est la vision du centre?
Nous sommes là pour la culture africaine dans sa particularité, sa créativité et sa richesse. Il est étonnant que nous, Africains, ne connaissons pas notre culture qui se réinvente. C'est pourquoi notre vision consiste à la faire connaître aux Africains et étrangers à la fois. Cette promotion va nous permettre de repousser l'ignorance parce qu'il y a beaucoup de clichés sur l'Afrique qui dispose d'un patrimoine culturel immense. Dans ce sens, nous organisons, dans le centre, des ateliers et des activités sur l'art, la peinture, le théâtre, le cinéma, la sculpture, l'art culinaire, la littérature et l'écriture. Nous disposons même d'une bibliothèque participative et d'une web radio appelée Kulture Mozaik que nous avons créée en 2013. Sur les ondes, nous avons programmé l'émission «Migraction» afin de révéler le côté positif de la migration et l'hospitalité des peuples qui accueillent. Le Maroc, qui peut être un carrefour de la culture africaine, est un exemple parfait dans ce sens. Nous organisons également des séminaires et des conférences autour de la migration, la culture, la coopération et l'intégration. De plus, nous accueillons des troupes. Cette année, nous recevons « Les messagers des messages » qui sont en résidence au centre. L'objectif ultime étant d'offrir un divertissement éducatif. Par l'occasion, nous travaillons avec d'autres espaces culturels afin de créer des ponts.
Pourquoi le centre n'informe-t-il pas assez sur ses activités?
Il est vrai qu'il y a un manque de communication de notre part. Il y a, peut-être, aussi un manque de demande d'information par le public marocain. Ce qui nous manque également, c'est que les événements que nous organisons ne soient pas éparpillés et très souvent autour de Rabat et Casablanca. Cependant, nous avons besoin d'appui médiatique.
Qui finance vos activités ?
Nous avons des mécènes marocains et africains. C'est le cas de la société Somagec dont le directoire est présidé par Roger Sahyoun. Nous travaillons également avec les fondations OCP et ONA ainsi que le ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration, Morroco Mall, l'OIM, l'ONU Femmes…
Et quels sont vos projets ?
Nous en avons beaucoup. Nous souhaitons travailler avec les sociétés marocaines représentées en Afrique à l'instar de Maroc Telecom, Attijariwafa bank, BMCE, Banque populaire, Saham et les Eaux minérales d'Oulmès entre autres. Nous sommes convaincus qu'il faut mettre l'humain au centre de toute coopération. Cela peut se faire à travers l'art et la culture.
Un dernier mot ?
Il faut que les citoyens, à leur tour, viennent participer à la promotion et au financement de la culture africaine et des artistes du continent. Déjà, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a beaucoup fait pour l'intégration des Africains au Maroc et, par ricochet, de leur culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.