Coronavirus : 1.283 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 28.500 cas cumulés au mercredi 5 août, 18 heures    L'hôtel Avanti Mohammedia mis en vente dans le cadre de la liquidation de la Samir    Explosion à Beyrouth : Une Marocaine blessée    Le président portugais a envoyé un message au roi Mohammed VI    Covid-19: le Maroc toujours à la deuxième étape de propagation    Concours de médecine: plus de 80 centres d'examen mis à disposition    «Le sexisme n'est pas une fatalité»    Salé: la Brigade anti-gangs est intervenue à temps    Ligue de diamant : le meeting de Doha avancé au 25 septembre    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination ! (2e partie)    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Explosions au Liban: Macron attendu à Beyrouth    US Round Up du mercredi 5 août – Virgin Atlantic, Couple & Covid19, Neil Young, Beyrouth, Taiwan    Covid-19: une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages dans la région MENA    Football: le gardien de but Iker Casillas annonce sa retraite    120 MMDH seront injectés dans l'économie    Le ministère met les dernières touches au plan de relance économique    ONSSA: Franc succès pour l'opération Aid Adha    L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    Mise à jour de la 19ème et 20ème journée de la Botola Pro D1: Le fauteuil de leader en jeu    Ligue des Champions: voici le règlement des 8es    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Vidéo : Ce ministre se lance dans un un tour de France à vélo en solo pour défier le coronavirus    US Open: pourquoi Nadal ne défendra pas son titre    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    Covid-19. Une deuxième vague s'attaquerait-elle aux jeunes ?    Innovation : Al Akhawayn partenaire du projet EM4FIT    Liban : des tonnes de nitrate d'ammonium à l'origine des explosions    4 nouveaux cas de Covid-19 dans un club de Ligue 1    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mariage des mineurs : 18.422 demandes acceptées en 2018
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 07 - 2019


33.686 ont été déposées selon le ministère public
Le mariage des mineurs demeure encore élevé au Maroc. Selon les chiffres de la présidence du ministère public, 33.686 demandes ont été déposées en 2018. Dans le détail, il y a lieu de relever que de janvier à mars, 6.631 demandes ont été déposées, d‘avril à juin (7.048). Un pic a été observé de juillet à septembre avec 12.876 demandes. Durant la période allant du mois d'octobre à décembre, le ministère public fait état de 7.131 demandes. A noter que ces chiffres figurent dans le rapport annuel sur la mise en œuvre de la politique pénale du ministère public au titre de l'année 2018. Signalons que ce rapport regroupe les différentes activités du ministère public et les affaires traitées durant l'année 2018.
Dans son rapport, le ministère public signale que 18.422 demandes ont été acceptées dont 3.565 de janvier à mars, 4.097 du mois d'avril à juin, 7.315 de juillet à septembre et 3.445 d'octobre à décembre. Toujours selon les données du ministère public, 36% des demandes de mariage de mineurs ont été rejetées par les juridictions compétentes, soit un total de 12.140 demandes. Il faut toutefois remarquer que ces chiffres sont moins élevés que ceux qui avaient été annoncés le 22 mars dernier par le ministre de la justice, Mohamed Aujjar, qui avait indiqué que 25.514 actes ont été recensés en 2018, soit 9% du nombre total de mariages conclus durant l'année.
Le ministre avait relevé un recul du phénomène par rapport à l'année 2011 où 39.031 actes avaient été notifiés, soit 12% du total des actes de mariage établis au cours de la même année. Ces statistiques montrent bel et bien que le phénomène est encore largement répandu dans notre société. La situation est d'autant plus alarmante que des juges continuent de donner des autorisations de mariage sans se soucier des conséquences de tels actes. Ces mariages précoces entraînent souvent des violences et abus sexuels de la part du mari, et des relations sexuelles sont souvent forcées sans compter les risques sur la santé en raison des grossesses précoces.
Elles se retrouvent pour la plupart avec des enfants à un âge très précoce et n'ont d'autres choix que d'abandonner l'école. Dans la lutte contre ce phénomène, il faut rappeler que le président du ministère public, Mohamed Abdennabaoui, avait adressé le 29 mars 2018 une circulaire à l'attention des avocats, des procureurs généraux du Roi et des magistrats du ministère public, les appelant «à ne pas hésiter à s'opposer à toute demande de mariage ne tenant pas compte des intérêts du mineur». Ladite circulaire considère le mariage des mineurs comme une violation des droits de l'enfant.
Dans sa circulaire, le président du parquet cite pour référence l'article 32 de la Constitution et les articles 3 et 54 du code de la famille, tout en mentionnant les engagements pris par le Maroc dans le cadre des conventions internationales. M. Abdennabaoui avait aussi exigé qu'il lui soit soumis tous les trois mois des rapports comportant les statistiques des demandes de mariage des mineurs et des remarques et autres difficultés qui se posent dans ce domaine. Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) ainsi que la société civile exigent une révision du code de la famille en supprimant les dispositions juridiques autorisant le mariage des mineures, à savoir l'article 20 du code de la famille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.