Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maladies rares : Les enfants atteints de la phénylcétonurie en danger
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 07 - 2020

Ils luttent pour «la survie» à l'ombre de la Covid-19
L'Alliance des maladies rares au Maroc (AMRM) alerte sur la situation actuelle des enfants atteints de phénylcétonurie. «Cette atteinte grave est pourtant évitable au Maroc si l'on s'en donne les moyens», explique l'AMRM. Il s'agit d'une maladie rare causée par l'accumulation progressive dans l'organisme des bébés d'un composé toxique pour le cerveau entraînant un retard mental et des problèmes neurologiques. «Diagnostiquée, un régime alimentaire strict débuté avant 3 mois et poursuivi toute l'enfance assure pourtant un développement normal. Au Maroc, 1 enfant sur 4.000 environ est touché», relève la même source ajoutant qu'outre les contraintes générées par la maladie, les familles arrivent difficilement à couvrir les soins de leurs enfants atteints de cette maladie. A cela s'ajoute le fait que l'épidémie du coronavirus et le confinement qui s'en est suivi ont été vécus comme une tragédie par ces familles, selon l'alliance. «Elles n'arrivent à faire» survivre «leurs enfants en temps normal que par des dons de philanthropes étrangers et le blocage des frontières/confinement a pratiquement stoppé cette aide et affamé les enfants», précise-t-on.
Un régime contraignant et coûteux
Au quotidien, l'enfant atteint de cette maladie devra suivre un régime très faible en protéines (viandes, poissons, œufs, laitages, et féculents sont supprimés jusqu'à l'âge de 12 ans). Ensuite, selon les cas, ce régime est assoupli à l'adolescence. «C'est-à-dire que pratiquement tout lui est interdit au début. L'indisponibilité au Maroc et le coût très élevé de certains produits diététiques spécifiques font souvent que les enfants» meurent littéralement de faim «pour respecter ces règles», indique l'AMRM soulignant que les familles se débrouillent comme elles peuvent pour se les procurer. «De plus, un médicament, stimulant la dégradation de la phénylalanine et permettant d'atténuer le régime chez certains enfants, existe mais est indisponible au Maroc !», tient à préciser la même source.
Souffrance des familles pendant la Covid-19
Pour aider ces familles, l'Association marocaine de patients de la phénylcétonurie (présidée par Touriya Tughroudine) soutient les enfants et leurs familles en leur fournissant de la nourriture adaptée, reçue de bienfaiteurs (pour la plupart des MRE) et leur fournit assistance. Les enfants effectuent des analyses biologiques régulières et indispensables tous les 15 jours. Il s'agit d'un test de contrôle du taux de la phénylalanine coûtant environ 250 DH. «Une dépense que beaucoup de familles sont incapables d'assumer», explique l'alliance soulignant que pendant le confinement, l'approvisionnement est devenu «mission impossible». En effet, les parents n'avaient pas le droit de se déplacer pour aller au siège de l'association qui se trouve pour certains à plus de 100 km de leur domicile. Parallèlement, l'association était en manque de moyens financiers pour leur envoyer des colis express de nourriture importée (elle a pu seulement en distribuer de petites quantités à 70 enfants).
Un simple dépistage suffit pour éviter cette maladie rare
1 nouveau-né sur 20.000 et 1 enfant sur 4.000 est touché par la phénylcétonurie, et ce selon les pays. «Sachant qu'on a un fort pourcentage de mariage consanguin, l'AMRM estime que le nombre d'enfants atteints au Maroc est certainement proche de 1 sur 4.000, soit plusieurs milliers de gens handicapés mentaux ! Une très lourde charge pour les familles, pour le système de santé marocain et pour la société dans son ensemble !», précise la même source. Sur le plan médical, un test spécifique effectué à partir de quelques gouttes de sang prélevé au 3e jour de vie et déposé sur un buvard permettrait de l'éviter. Ce test pourrait assurer une vie normale ou presque à des milliers d'enfants. Notons qu'à l'occasion de la journée internationale de la phénylcétonurie qui s'est déroulée le 28 juin dernier, l'AMRM avait appelé à un large programme de dépistage néonatal systématique de la phénylcétonurie et pour les 4 autres maladies rares qui méritent d'être signalées : l'hypothyroïdie congénitale, l'hyperplasie congénitale des surrénales, la drépanocytose et la mucoviscidose.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.