Coronavirus : 826 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 34.063 cas cumulés lundi 10 août à 18 heures    Maigre salaire et grosse déconvenue    Covid-19 : 826 nouveaux cas, 18 décès et 1.177 guérisons en 24H    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Louis Tripard ou les souvenirs d'un colon exproprié    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Alerte météo: averses orageuses ce lundi au Maroc    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Le Conseil National des Droits de l'Homme plaide pour un nouveau contrat social    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maladies rares : Les enfants atteints de la phénylcétonurie en danger
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 07 - 2020

Ils luttent pour «la survie» à l'ombre de la Covid-19
L'Alliance des maladies rares au Maroc (AMRM) alerte sur la situation actuelle des enfants atteints de phénylcétonurie. «Cette atteinte grave est pourtant évitable au Maroc si l'on s'en donne les moyens», explique l'AMRM. Il s'agit d'une maladie rare causée par l'accumulation progressive dans l'organisme des bébés d'un composé toxique pour le cerveau entraînant un retard mental et des problèmes neurologiques. «Diagnostiquée, un régime alimentaire strict débuté avant 3 mois et poursuivi toute l'enfance assure pourtant un développement normal. Au Maroc, 1 enfant sur 4.000 environ est touché», relève la même source ajoutant qu'outre les contraintes générées par la maladie, les familles arrivent difficilement à couvrir les soins de leurs enfants atteints de cette maladie. A cela s'ajoute le fait que l'épidémie du coronavirus et le confinement qui s'en est suivi ont été vécus comme une tragédie par ces familles, selon l'alliance. «Elles n'arrivent à faire» survivre «leurs enfants en temps normal que par des dons de philanthropes étrangers et le blocage des frontières/confinement a pratiquement stoppé cette aide et affamé les enfants», précise-t-on.
Un régime contraignant et coûteux
Au quotidien, l'enfant atteint de cette maladie devra suivre un régime très faible en protéines (viandes, poissons, œufs, laitages, et féculents sont supprimés jusqu'à l'âge de 12 ans). Ensuite, selon les cas, ce régime est assoupli à l'adolescence. «C'est-à-dire que pratiquement tout lui est interdit au début. L'indisponibilité au Maroc et le coût très élevé de certains produits diététiques spécifiques font souvent que les enfants» meurent littéralement de faim «pour respecter ces règles», indique l'AMRM soulignant que les familles se débrouillent comme elles peuvent pour se les procurer. «De plus, un médicament, stimulant la dégradation de la phénylalanine et permettant d'atténuer le régime chez certains enfants, existe mais est indisponible au Maroc !», tient à préciser la même source.
Souffrance des familles pendant la Covid-19
Pour aider ces familles, l'Association marocaine de patients de la phénylcétonurie (présidée par Touriya Tughroudine) soutient les enfants et leurs familles en leur fournissant de la nourriture adaptée, reçue de bienfaiteurs (pour la plupart des MRE) et leur fournit assistance. Les enfants effectuent des analyses biologiques régulières et indispensables tous les 15 jours. Il s'agit d'un test de contrôle du taux de la phénylalanine coûtant environ 250 DH. «Une dépense que beaucoup de familles sont incapables d'assumer», explique l'alliance soulignant que pendant le confinement, l'approvisionnement est devenu «mission impossible». En effet, les parents n'avaient pas le droit de se déplacer pour aller au siège de l'association qui se trouve pour certains à plus de 100 km de leur domicile. Parallèlement, l'association était en manque de moyens financiers pour leur envoyer des colis express de nourriture importée (elle a pu seulement en distribuer de petites quantités à 70 enfants).
Un simple dépistage suffit pour éviter cette maladie rare
1 nouveau-né sur 20.000 et 1 enfant sur 4.000 est touché par la phénylcétonurie, et ce selon les pays. «Sachant qu'on a un fort pourcentage de mariage consanguin, l'AMRM estime que le nombre d'enfants atteints au Maroc est certainement proche de 1 sur 4.000, soit plusieurs milliers de gens handicapés mentaux ! Une très lourde charge pour les familles, pour le système de santé marocain et pour la société dans son ensemble !», précise la même source. Sur le plan médical, un test spécifique effectué à partir de quelques gouttes de sang prélevé au 3e jour de vie et déposé sur un buvard permettrait de l'éviter. Ce test pourrait assurer une vie normale ou presque à des milliers d'enfants. Notons qu'à l'occasion de la journée internationale de la phénylcétonurie qui s'est déroulée le 28 juin dernier, l'AMRM avait appelé à un large programme de dépistage néonatal systématique de la phénylcétonurie et pour les 4 autres maladies rares qui méritent d'être signalées : l'hypothyroïdie congénitale, l'hyperplasie congénitale des surrénales, la drépanocytose et la mucoviscidose.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.