Elections : Pour un pluralisme politique dans les médias    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    Traitement Covid-19 : Entre forte demande et pénurie    Entreprenariat : La BAD lance une garantie de transaction en faveur des PME africaines    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Nouvelles restrictions au Maroc: les explications d'El Othmani    Un an après les explosions de Beyrouth, les besoins des enfants restent critiques (UNICEF)    Le pacte faustien de Soulaiman Raissouni    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Affaire Pegasus: le Maroc porte plainte en Allemagne    Accidents de la circulation : 20 morts et 1.786 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Edito : XXIème    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    ADII: Sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    VIDEO// Maroc-Algérie : Que doit-on retenir du discours du Trône ? le décryptage de Zakaria Abou Dahab    Marché automobile : Les ventes en hausse de 14,5% par rapport aux 7 premiers mois de 2019    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    Affaire Pegasus : Le Maroc dépose une demande d'injonction à l'encontre de la société "Süddeutsche Zeitung GmbH"    L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Usage licite du cannabis : Vers l'adoption définitive de la loi
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 06 - 2021

Les députés entament l'examen du texte en deuxième lecture, ultime étape pour sa validation finale
Ce texte vient ouvrir des perspectives de développement au profit de la population des zones concernées par la culture illicite du cannabis, d'autant plus que la communauté internationale est aujourd'hui de plus en plus consciente que la pure approche répressive adoptée par le système mondial de contrôle des drogues a limité les programmes de développement alternatifs et n'a pas permis de résoudre les problématiques économiques, sociales et environnementales rencontrées par les pays producteurs de cette plante, notamment ceux du Sud.
Dernière ligne droite pour le projet de loi sur le cannabis. Après son adoption par la Chambre des conseillers à la majorité, lors d'une séance plénière, le projet de loi n°13-21 relatif à l'usage licite du cannabis entame l'étape ultime précédant son entrée en vigueur. En effet, la commission parlementaire permanente chargée de l'Intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, entame les travaux de la deuxième lecture. Dans ce sens, une réunion a été programmée lundi 14 juin, pour statuer sur le texte amendé par les conseillers parlementaires à la deuxième Chambre.
Il faut dire qu'il s'agit d'un texte très attendu. Présentant ce projet de loi, le ministre de l'intérieur, Abdelouafi Laftit, a indiqué que ce texte vient ouvrir des perspectives de développement au profit de la population des zones concernées par la culture illicite du cannabis, d'autant plus que la communauté internationale est aujourd'hui de plus en plus consciente que la pure approche répressive adoptée par le système mondial de contrôle des drogues a limité les programmes de développement alternatifs et n'a pas permis de résoudre les problématiques économiques, sociales et environnementales rencontrées par les pays producteurs de cette plante, notamment ceux du Sud. Il a aussi rappelé que le ministère de l'intérieur a réalisé des études de terrain qui ont démontré les effets catastrophiques des cultures illicites du cannabis sur la santé des citoyens et la pollution des sols en raison de la déforestation et la surexploitation de la nappe phréatique. Evoquant les retombées positives du projet de loi sur l'économie nationale en général et le développement local en particulier, le ministre a affirmé que ces études ont révélé que le Maroc disposait de fortes potentialités lui permettant de se positionner sur les marchés mondiaux de cette plante, qui connaissent des taux de croissance importants.
Le projet de loi vient mettre de l'ordre dans la culture et la transformation de cette plante. Une régulation qui va se faire à travers l'Agence nationale de réglementation des activités liées au chanvre indien verra le jour. Selon l'article 31 du projet de loi, «Est créée sous le nom d'«Agence nationale de réglementation des activités liées au chanvre indien», une institution publique dotée de la personnalité juridique et de l'indépendance financière. Le siège de l'Agence est situé à Rabat et des antennes régionales et provinciales de l'Agence peuvent être créées par décision du conseil d'administration». De son côté, l'article 32 prévoit que «l'Agence est soumise à la tutelle de l'Etat, son objet est d'œuvrer au respect des dispositions relatives à l'Agence, de la présente loi, notamment celles liées aux missions qui lui sont confiées, et de manière générale, de veiller à l'application des textes législatifs et réglementaires relatifs aux institutions publiques. L'Agence est soumise au contrôle financier de l'Etat applicable aux institutions publiques et autres organismes conformément aux textes législatifs en vigueur».
Par ailleurs, il sera obligatoire pour les paysans de se constituer en coopératives. L'article 7 du projet de loi stipule que «l'accord de la licence de la culture et la production du chanvre indien est conditionné par la présentation d'un dossier qui prouve que le demandeur de licence satisfait les conditions suivantes : Être de nationalité marocaine ; avoir l'âge légal de la majorité ; résider dans l'un des douars constituant l'une des provinces fixées par décret ; s'engager dans des coopératives spécialement créées à cet effet conformément à la loi relative aux coopératives du Dahir n°1.14.189 établi le 27 Moharam 1436 (21 novembre 2014). Enfin, la transformation de la récolte sera également encadrée.
Concrètement, les activités de transformation seront à leur tour soumises à une autorisation préalable. Selon l'article 15, «les entreprises de transformation et d'industrialisation devraient disposer d'entrepôts sécurisés et gardés pour stocker les récoltes de chanvre indien qu'elles achètent des coopératives. Il est interdit de détruire toute quantité de cultures ou partie de culture du chanvre indien, et ce quelle qu'en soit la raison, sauf en cas de présence de la commission spécifiée dans l'article 10 ci-dessus et conformément aux quantités spécifiées dans le même article».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.